20/01/2017

la vingtième

La chronique quotidienne de DAZ No 020

Entendu, vu, eu ou lu vendredi 20 janvier 2017

 

  • o   Ai croisé ce matin l'ahuri gentil du quartier. (Et oui, ça existe toujours). Il m'interpelle en me disant: - croyez au tout puissant Mo'sieur et vous serez sauvé! Comme les rentiers ont du temps, je lui réponds:- mais de quoi voulez-vous qu'il me sauve? Et le quidam d'ajouter: - de la tentation! Il m'a fait rire et fait me rappeler d'Oscar Wilde qui avait dit un jour: - je peux résister à tout, sauf à la tentation!

 

    •  
  • o   Apprends qu'une grande banque de la place licencie tous les mois 29 personnes. Pourquoi 29 me direz-vous? Parce que si vous employez plus de 300 personnes et que vous en licenciez 30 d'un coup, il s'agit d'un licenciement collectif soumis à de nombreuses règles et lois. Alors que 29, ce sont des licenciements individuels ne nécessitant pas d'intervention externe. Et 12 x 29, ça doit faire 348. Elémentaire, non…

 

    •  
    • o   Gros lapsus calami hier dans le 19ème. (un lecteur du Sud assidu qui s'est se moquer de lui-même…) Un lecteur assidu, et pourtant d'origine d'Outre Sarine m'a remis à l'ordre en me signifiant que mon correcteur automatique avait foiré. Il était gentil, en fait, c'est le chroniqueur qui avait foiré. Tout le monde sait pourtant que sait s'écrit sait dans il s'est se moquer…
    •  
  • o   La lambada s'est éteinte à jamais, ou du moins celle qui l'a chantée en premier. Faudra trouver autre chose pour cet été!

 

  •  
  • o   Reçu ce matin le matériel de vote fédéral pour le 12 février 2017. C'est magnifique, c'est propre, c'est clair, c'est net et ça pèse 99g sur ma balance de "haute précision" Sur 8.600'000 d'habitants, il doit y avoir 6 millions de votants soit 600'000 kilos de paperasse à trimballer pour les postiers. Et si on ne compte que les frais d'envoi, ça fait déjà 6 millions de CHF. Alors si on ajoute les frais d'impression du matériel, une votation fédérale doit coûter la peau des fesses, et même e plus… 
  • Il vaut mieux viser la perfection et la manquer que viser la médiocrité et l'atteindre. (Francis Blanche)

DAZ alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

19/01/2017

No 019

La chronique quotidienne de DAZ No 019

Entendu, vu, eu ou lu jeudi 19 janvier 2017

 

    • o   Sur France Inter, tôt et tous les matins, il est procédé à une interview d'une personnalité et les auditeurs peuvent intervenir en direct. Hier, c'était l'ancien premier-ministre Manuel Valls qui était l'hôte de ce poste. A un moment, un auditeur est intervenu en direct sur l'antenne en disant à peu près ceci: - dis donc Manu, la baffe que tu as reçue hier, on était 66 millions à vouloir te la donner et le mec il a super bien fait… et à ce moment la conversation a été coupée. Quand Charlie Hebdo se fout de la g. de tous, on appelle ça e la liberté d'expression, mais quand un gars s'exprime à la radio, on lui coupe la parole. Cherchez l'erreur…
    •  
  • o   Dans mon quartier, il y a des pigeons et des corneilles. Ces races vivent séparément car les pigeons sont chassés par les corneilles. Je déteste les pigeons, ces rats des villes, qui roucoulent tout le temps, inutiles, bêtes, envahissantes qui ne servent à rien sauf à transmettre la psittacose. J'aime donc bien les corneilles. Certes, elles croassent quelquefois, mais c'est leur langage. Et elles sont utiles puisqu'elles bouffent les parasites comme les souris, les rats, etc. Il est donc hors de question en ce qui me concerne de mettre les couennes de lard, de fromage et les pelures de saucissons dans le ruclon, je les distribue aux corneilles qui en sont friandes et reconnaissantes. Hors donc, hier, je procède à une distribution près d'un pré. Un quidam avec un minuscule chien au bout d'une interminable laisse me voit faire et me dit: - vous ne savez pas que c'est interdit de donner à manger aux bêtes? Je suis tellement surpris qu'il me faut une seconde pour trouver la répartie: - et à votre bête, vous ne donnez rien à bouffer? Et le mec s'en est allé pantois. Il y a des cons, même dans mon quartier chic…

 

  •  
  • o   Ai traversé le mail de Balexert ou Migros tient un stand de nippes démodées avec un immense écriteau: "SALE". Je dis au vendeur qui glandait: - pourquoi vous mettez "SALE"? Et l'employé de me répondre: - ça veut dire vendre en anglais! Ah bon et vous savez l'anglais? poursuis-je! Et le mec en orange surenchérit: - Non, mais on m'a dit. Qu'est-ce qu'on leur apprend aux jeunes vendeurs à la Migros…
  •  
  • o   Attends le bus sous un abribus à Pailly/Balexert. Une jeune dame arrive, allume une clope et de demande gentiment: - ça ne vous gêne pas si je fume? Je lui réponds tout aussi gentiment: - non, on est à l'extérieur, mais vous allez attraper le cancer! La jeune femme maugrée à la Sarkozy: - pauv' con! Bon ben je l'avais un peu chercher celle-là…

 

En Corse, le coq chante chaque matin. Vers seize heures! (Jacques Dutronc). (Propos aimablement transmis par un lecteur du Sud assidu qui s'est se moquer de lui-même)

 

DAZ alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18/01/2017

No 018

La chronique quotidienne de DAZ No 018

Entendu, vu, eu ou lu mercredi 18 janvier 2017

 

  • o   Dans l'affaire des entraîneurs virés, hier, il a été confondu Doug Shedden avec Gary Shehan. C'est bien Shedden qui s'est fait lourder du HC Lugano. C'est vrai que ça se ressemble un peu! Mea culpa, errare humanum est…

 

    •  
    • o   Felipe Massa le coureur de formule 1 brésilien avait annoncé la fin de sa carrière en 2016 en coulant de chaudes larmes par-devant les journalistes et les télévisions. Il a décidé de poursuivre en 2017. Un jour tu ris, un jour tu pleures…
    •  
    • o   On a beau être le président du plus grand Etat du monde, le Chinois Xi Jinping a dû se faire aider par Didier Burkhalter pour manger la fondue. C'est vrai que la fondue ne se mange pas avec des baguettes, ou alors ça doit être difficile
    •  
    • o   L'autoroute Lausanne – Genève a été fermée pendant une heure hier matin à cause des congères qu'on appelle aussi menées en Suisse romande. Les bateaux de la CGN n'ont pas pu naviguer sur le Léman (pour les Vaudois) et le Lac de Genève (pour les Genevois) pour cause de vagues fortes et de bise. Il faut donc que j'arrête de me moquer de l'Hexagone quand il neige…
    •  
  • o   Par les temps qui courent, il est difficile, même quasiment impossible de trouver quelqu'un qui vous dise bonjour sans parler du froid et de la bise. Il y en a qui sont même tellement omnibus par cette météo qu'ils oublient de vous dire bonjour et commencent par: - oh la la, pas chaude c'matin…

 

    •  
    • o   Quand l'informatique ou le numérique comme on dit maintenant a été inventé, personne ne se doutait qu'un jour il y aurait une application qui informe sur les contrôles des billets dans les bus TPG. Et comme disait un quidam, les TPG n'ont qu'à inventer une application qui contrôle les billets automatiquement… Elémentaire, non!
    •  
  • o   Et Genève-Servette en hockey sur glace s'est encore planté hier dans les tirs aux buts après les prolongations. Mc Sorley ne doit pas lire mes chroniques et les joueurs non plus. Dommage!Le paon est réputé pour sa flûte! (Jean Yanne).

 

  •  

DAZ alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |