31/08/2016

dernière chronique d'aout No 244

La chronique quotidienne de DAZ

 

Entendu, vu, eu ou lu le deux cent quarante quatrième jour de l'An 2016.

 

    • o   Lors des rencontres de Servette FC, les grands écrans d'information demeurent éteints. Le problème n'est pas technique, mais administratif et financier. Il s'ensuit qu'il n'y a plus d'horloge et que c'est le speaker qui doit annoncer par haut-parleur le temps joué. Plus de fric, plus d'info. Quand on entend tous les quarts d'heure: - Mesdames et Messieurs, on joue depuis 15 minutes et le score est de 1 à 0 pour Servette, on se dit qu'on rétrograde…
    •  
  • o   Un fidèle lecteur m'a fait remarquer qu'il y avait des fautes dans la chronique d'hier. Après contrôle, il y en avait 2. Donc il avait raison et je le prie de m'excuser. Mais votre chronique ne dispose que d'un correcteur orthographique informatique et non pas d'un correcteur metteur en page privé. Alors 2 lapsus calami (erreurs en écrivant) sur 1'955 signes. c'est excusable, non…

 

    •  
    • o   Emmanuel Macron quitte le gouvernement français. Ben en voilà un au moins qui annonce clairement ses intentions présidentielles… Bravo!
    •  
  • o   On pourra se faire vacciner dans les pharmacies et certains médecins expriment leurs craintes. Il me souvient qu'à l'Ecole de recrues en 1961, et oui comme le temps passe, le gars qui nous piquait n'était pas professeur de médecine à l'Université de Genève, mais plutôt lanceur de fléchettes…

 

  •  
  • o   On empêche les jeunes de se baigner dans les piscines avec des bermudas ou des slips sous le costume de bain, mais on va autoriser les burkinis. Cherchez l'erreur…  Daniel Zurcher
  • 31 août 2016
  • Quand les choses sont trop évidentes, c'est qu'elles sont fausses! (Entendu par un policier dans un film récent).
  •  

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.