06/09/2016

et voici la 250ème chronique de DAZ

La chronique quotidienne de DAZ

 

Entendu, vu, eu ou lu le deux cent cinquantième jour de l'An 2016.

 

  • o   Immiscé de près (un peu) et de loin (un peu) à la Vogue de Carouge, il me plait de signaler le dévouement grandiose et "hénaurme" de tous les bénévoles qui se donnent corps, cœur et âme pour la réussite de cette gigantesque manifestation. Pour gagner quelques centaines de francs, des gens se mouillent pour leur société, leur corporation, leur club, sans compter, et ils méritent bien un petit hommage. Chapeau, les bénévoles, sans vous, rien ne serait possible…

 

    •  
  • o   Ca fait 3 semaines ou plus qu'il n'a pas plu par chez nous et ce matin, les averses arrivent. A chaque rencontre de connaissances, la météo est évoquée. On se demande parfois de quoi parleraient les gens s'il n'y avait pas la météo?

 

    •  
  • o   Je ne suis pas fan de Sarkozy, mais quand j'entends que la Justice française le poursuit encore une nouvelle fois pour des questions concernant sa campagne présidentielle de 2012, je me dois de me dire que certains aimeraient bien l'éliminer…

 

    •  
    • o   (Route de Ferney, carrefour du Grand-Saconnex, ce lundi passé, 12h15). Un cycliste sur un vrai vélo de course se dirige en direction de la Ville de Genève. Jusque là rien de spécial. Mais il pilote sa machine d'une seule main parce que dans la main gauche, il a deux sacs-cornets style Migros/Coop qui paraissent bien remplis. Une voiture juste devant lui doit freiner parce qu'un piéton malotru a passé sur le passage protégé au rouge pour lui. Résultat des courses: le gars de vélo de course freine d'une main, les deux cornets tombent et la chaussée est pleine de pommes, de bananes, de lait, de bouteilles et autres, etc. Plus j'avance en âge, plus je vois des cons sur la route…
    •  
  • o   Connaissez-vous l'étymologie du mot Dimanche? Issu du gallo-romain didominicu puis muté en diominicu et finalement en latin dominicus qui devient alors Dies Dominica, jour du Seigneur. C'était le chapitre culturel de la chronique…Si la connerie était de l'essence, on pourrait se passer des Arabes. (Jean Vautrin)06 septembre 2016

 

  • Daniel Zurcher
  •  
  •  

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.