19/11/2016

324

La chronique quotidienne de DAZ

 

Entendu, vu, eu ou lu le trois cent-vingt quatrième jour de l'An 2016.

 

  • o   A la présidentielle américaine, les "Noirs" ont voté Clinton et les "non-blancs" aussi! (Axel de Tarlé à C' dans l'air jeudi soir). J'avais une fois cru comprendre que le mot "Noirs" ne s'utilisait plus et que "non-blancs" signifiait "noirs". Visiblement, ça n'est pas le cas partout…

 

    •  
  • o   Il y aura bientôt un tel métissage dans ce bas-monde qu'il n'y aura plus de race! (Marie-Cécile Naves, politologue). Elle a tout à fait raison, et il y a des endroits où ça a déjà commencé…

 

    •  
    • o   Intercepté un dialogue entre deux vieux quidams dans un centre commercial. - t'as regardé le débat à la télé entre les candidats de la droite? - ouais bien sûr, mais de toute façon c'est Fillon qui sera le prochain président! - Ah ouais et pourquoi? Ben parce qu'il y a eu François premier, François Mitterrand, François Hollande et Fillon, il s'appelle François, non! Belle déduction, n'est-ce pas…
    •  
    • o   A propos des commentaires concernant le service de la bière dans du plastic au stand de Genève Région Terre Avenir des Automnales, un lecteur fait la remarque suivante: - gare aux attentats si la bière est servie dans du plastic! Joli, non…
    •  
  • o   (Vendredi 13h15, arrêt TPG Colladon) C'est la fin du prêche musulman de la Mosquée. 500 fidèles s'entassent vers l'arrêt de bus. Le bus arrive mais comme il ne doit pouvoir accueillir que 120 passagers, c'est le Bronx pour ne pas dire La Mecque. Ca pousse, ça braille, ça s'insulte, ça gueule, tout le monde veut entrer et les portes ne se ferment plus. Donc le bus reste sur place… Pendant 30 minutes, leur imam leur a parlé d'Allah, mais il ne leur a pas dit qu'on ne pouvait pas être plus dans un bus que sa contenance et que s'il y avait des gans entre les portes, le bus ne pouvait pas partir. Le côté pratique devrait parfois remplacer la religion…

 

  •  
  • o   Au tennis, les balles sont changées tous les 8 jeux, sauf erreur, et le serveur en reçoit des nouvelles. Il n'y a rien qui ressemble plus à une balle de tennis neuve qu'une balle de tennis neuve. Mais il y a quand même des joueurs qui lorsqu'ils reçoivent des balles neuves se mettent à en choisir deux. Certains tennismen ont plus de tics et de maniérismes que Noël Roquevert et Louis de Funès réunis…

 

Le plus bel instant, c'est maintenant! (Abd Al Malik) propos transmis par un fidèle lecteur du Sud de la France.

 

Daniel Zurcher

19 novembre 2016

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.