22/11/2016

327

La chronique quotidienne de DAZ

 

Entendu, vu, eu ou lu le trois cent-vingt septième jour de l'An 2016.

 

 

  • o   Dans la fièvre des élections primaires de la droite de dimanche soir, une journaliste s'est un peu emballée: - nous sommes en plein dépouillage! Pauvre bête comme disait mon confrère du Sud…

 

    •  
  • o   Jusqu'à présent on parlait du Brexit, maintenant on parle aussi du SARKOexit. C'est la vie… Mais comme l'a si bien dit un ancien premier-ministre: - en politique, il faut se méfier des annonces de départ!

 

 

  • o   (Propos transmis par un ami du Sud et fidèle lecteur, à propos de la primaire de droite). La politique est aux ambitieux énarques obnubilés par leur ego, ce que la Formule Un est aux pilotes de bolides qui parfois confondent vitesse et précipitation. Au prix de leur carrière et celui de leur vie, et à la fin de l'envoi, ils terminent tous dans le bac à sable. Comme il a raison l'ami quand on voit comment après les résultats, les anciens adversaires et touts ceux qui tournent autour et qui veulent se placer change de veste ou de candidat…

 

    •  
  • o   (Attitude) L'autre dimanche, à 15h00, assis dans la tribune principale du Stade de Genève à La Praille, un honorable personnage, BCBG, sapé nickel, costard cravate et manteau à 2 mille balles, écharpe de cachemire, etc. vient s'asseoir à mes côtés, me salue poliment et regarde la rencontre SFC – FCZ. A chaque intervention de jeu contre Servette, il se met à invectiver les arbitres qui étaient au nombre de 6 en l'occurrence et j'ai noté quelques-unes de ses envolées : - conards - fils de pute, - mais casser lui la gueule, - manoilloon, et encore bien d'autres que je n'oserai pas citer ici si jamais de jeunes lecteurs consultent. La rencontre s'est terminée sur un sec et sonnant 0 - 4, le personnage s'est levé, m'a dit bonsoir poliment et s'en est allé. Il était venu faire sa cure de défoulement dominicale… C'est mieux qu'une séance chez un psy, mais ça n'est pas très sympa pour les arbitres!

 

  •  

 

 

 

Un homme est fait pour être mobile. Tout le malheur vient de l'immobilité. On use les choses en étant immobile! (Jacques Brel)

 

Daniel Zurcher

22 novembre 2016

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.