05/12/2016

No340

La chronique quotidienne de DAZ

 

Entendu, vu, eu ou lu le trois cent trente quarantième jour de l'An 2016.

 

  • o   Je vous avais promis de vous dire un jour comment j'ai passé 90 minutes assis à côté de Fidel Castro. Ben il est temps que vous le sachiez. En 2000, j'avais fait avec un ami un immense tour au Canada, et notamment à Vancouver et sur l'île du même nom. En rentrant, je faisais escale à Montréal pendant quelques jours. Je me rendis donc le 3 octobre 2000 au centre de Montréal, mais toutes les rues et trottoirs étaient bouclés par des policiers ou des barrières. Impossible donc de visiter le centre ville et la cathédrale dite basilique de Notre Dame de Montréal. Je demandai alors à un policier pourquoi tout était fermé et il me dit avec l'accent du coin: - mais ce sont les obsèques de Pierre Eliott Trudeau, dit PET, ancien premier-ministre. Et soudain, un éclair, je sors ma carte de presse qui m'était attribuée comme rédacteur en chef du mensuel "L'Arbitre Suisse". Le flic s'excusa alors, et me dit que j'aurais du la lui montrer tout de suite, m'ouvrit le passage, et après quelques centaines de mètres, je me trouvai é l'entrée de la basilique. Il y avait un monde fou et surtout un défilé de bagnoles noires qui amenaient les chefs d'état. Il y avait un second cordon de gendarmes en tenue d'apparat et je pus passer une nouvelle fois en montrant ma carte. C'est alors que Fidel Castro s'engouffra dans l'église et j'en fis de même juste derrière lui. Avant que de s'asseoir sur le banc, il fit quelques génuflexions et je m'assis à ses côtés. Je choisis cet instant pour me présenter: -DAZ, Suiza, et il me tendit la main en me disant: - Fidel Castro, Cuba. Suivirent alors sur le banc d'autres personnalités dont je ne savais pas le nom, mais je dus rester au moins 90 minutes à côté du leader cubain parce qu'il n'était évidemment pas question de se tirer avant la fin de la cérémonie. Pour un gars qui n'apprécie guère les obsèques, je fus servi. C'est ainsi que j'ai vécu 90 minutes à côté de Fidel Castro. Il ne s'en souvient certainement pas ou plus, mais croyez-moi que je m'en rappelle comme si c'était hier.
  •  
  • o   Ce matin, à 08h30, on entend sur tous les postes de radio que Manuel Valls annoncera sa candidature à la primaire socialiste ce soir. Pourquoi donc annoncer une annonce, il pourrait le dire tout de suite, non…Avec de l'audace, on peut tout entreprendre, mais on ne peut pas tout faire! (Napoléon Bonaparte)
  •  
  •  

 

 

Daniel Zurcher

05 décembre 2016

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.