10/12/2016

345ème chronique de DAZ du samedi 10 décembre 2016

La chronique quotidienne de DAZ

 

Entendu, vu, eu ou lu le trois cent trente quarante cinquième jour de l'An 2016.

 

  • o   Visite dans un restaurant des Acacias: On a demandé 5 décilitres de Valpolicella au garçon comme boisson rouge. Sa réponse fut: - on n'a pas de 50cl, mais on a des bouteilles de Valpo à 7 dl. 5 ou 7, c'est pas très beaucoup plus a-t-il ajouté. Alors on s'est pris une bouteille. Et comme il était bon, on sen 'est même pris une deuxième. Au moment de payer, le trésorier du soir fait remarquer que la bouteille est au prix de CHF 89.00. On s'insurge, on demande à voir le patron qui ne daigne pas bouger. Un patron qui ne se déplace pas lors d'un litige est un incompétent malpoli. On déduit alors tout simplement le prix d'une bouteille partant du principe que le Valpolicella dans une pizzeria est à CHF 15.00 à CHF 25.00 le demi. Le garçon concède qu'il aurait dû nous dire le prix. Résultat des courses: on est allé deux fois dans ce bistrot, la première et la dernière…
  • o   Entendu dans les bus et trams genevois ce vendredi: - en raison d'un cortège, certains bus et trams ne circuleront pas entre 18h45 et 19h45. Si on nous avait dit lesquels, c'eût été une bonne information…

 

    •  
    • o   Dans le bus 3, un monsieur d'un certain âge dit à son voisin et visiblement ami: - t'as entendu à la radio, il y a des jeunes qui ont fait les cons et qui sont tombés d'un char de l'Escalade! Et l'autre de répondre: - il y a biens des vieux cons, pourquoi n'y en auraient-ils pas des jeunes? Elémentaire comme raisonnement…
    •  
  • o   Utilisé pour la première fois un taxi UBER. On manipule la commande sur son portable, 5 minutes après le taxi est devant l'endroit prévu. La voiture est toute neuve, le chauffeur est sympathique, nous emmène à deux endroits différents et le total de la course sera porté sur le compte mentionné. Mieux, tu meurs. Pour le tarif, on en reparlera lors de la réception du décompte…

 

  • Je me suis aperçu que le travail bien fait était source de joies puissantes; la paresse savourée en gourmet ne l'est pas moins! (François Cavanna)

 

 

 

Daniel Zurcher

10 décembre 2016

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.