05/01/2017

No 005

La chronique quotidienne de DAZ No 005

 

Entendu, vu, eu ou lu jeudi 05 janvier 2017

 

    • o   De retour de Stomp, ce merveilleux spectacle de percussion et de bruit, ai encore un peu la tête qui fait boum! Maintenant, on sait ce que Stomp veut dire…
    •  
  • o   J'ai parfois l'impression que certains de mes lecteurs attendent avec impatience la chronique du jour. Il arrive qu'à peine distribuée, elle est instantanément lue par mes fidèles…

 

    •  
    • o   Une statistique récente de la santé publique informe que 150 personnes meurent chaque année par suite de manque d'organes. Et une autre enquête précise que 85% des personnes interrogées sont pour le don d'organes. Cherchez l'erreur…
    •  
    • o   Un fidèle lecteur et néanmoins ami (ça arrive encore) qui s'était trompé et qui voulait me le faire savoir m'écrit: - autant pour moi! Si phonétiquement, la locution est correcte, elle ne s'écrit pas ainsi mais : - au temps pour moi! En effet, l'expression est issue du langage militaire ou l'injonction "au temps" se dit d'un ordre pour ordonner la reprise d'un mouvement depuis le début suite à une erreur. Mais comme la plupart des gens utilisent "autant pour moi", on leur pardonnera leur erreur, au temps pour eux… Pas facile notre magnifique langue française!
    •  
    • o   Un fidèle lecteur du Sud me communique qu'il a reçu le courrier d'une maison vantant les mérites de funérailles soigneusement organisées. Si on souscrit à leur offre, on n'aura plus à s'inquiéter lorsqu'on sera mort. En plus, on recevra 3 cadeaux: - une montre, un sac de voyage et un chèque de 5'000 €uros à valoir si on meurt dans les 30 jours qui suivent ta souscription. Or ce chèque est libellé au nom du souscripteur, donc personne ne pourra l'encaisser. J'aime la Maison XYZ!
    •  
  • o   Une lectrice domiciliée à Trient me signale que malade pendant les fêtes, elle s'est adressée aux services d'urgence du Canton du Valais qui l'ont priée de se rendre à Fully parce que l'Hôpital de Martigny était surchargé ce qu'elle a refusé. 26 km par le Col de la Forclaz quand on n'a pas de voiture, ça fait cher en taxi, même avec UBER qui n'existe pas par là-bas. Elle est donc allée à Vallorcine, en train, 9km et n'a du attendre que 15 minutes chez le toubib. On critique souvent La France, mais parfois, il faudrait regarder chez nous…La politique, c'est l'art de promettre, de ne pas tenir et de réussir quand même! (Léo Campion)

 

  •  
  •  

DAZ alias Daniel Zurcher

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.