04/03/2017

No 063

La chronique quotidienne de DAZ No 063

Entendu, vu, eu ou lu samedi 04 mars 2017

 

  • o   Toujours en difficulté de lecture avec les numéros des lignes de trams et de bus, j'attends patiemment à l'arrêt "Servette" le # 14 prévu à l'horaire dans 2 minutes sur la magnifique application des TPG. Et au bout de 90 secondes arrive un tram qui s'arrête. Impossible de lire le numéro, parce que ça bouge, je demande à un quidam assis sous l'abribus: - quel est le numéro de cette ligne svp?. Et le gars de me répondre: - vous vous foutez de ma gueule, c'est écrit sans voyageur et il n'y a pas de numéro. Je le remercie et lui dis gentiment: - excusez-moi, mais je ne vois pas très bien! Et le quidam a ajouté: -excusez-moi, mais je ne savais pas… C'est tout de même bizarre qu'il faille toujours tout savoir avant que de répondre…
  •  
  • A propos des achats des Helvètes en France, un lecteur ami me signale: - quand les commerçants genevois auront compris que leurs prix sont trop élevés, ils auront fait un pas immense vers un recul des achats à l'étranger. Et il ne faut pas critiquer ceux qui achètent en France. Allez voir à Bâle le nombre d'Helvètes qui vont juste à côté, à Weil am Rhein! Un trafic au moins aussi important que celui de Genève à Ferney/Annemasse/Gex, etc... C'est donc qu'il y a aussi des amis lecteurs qui ont un autre avis. Ouf!

 

  • o   Entendu sur France: - le problème de Fillon, c'est Fillon et le problème de la droite, c'est Fillom! ça doit donc être un vrai problème ce Fillon…

 

    •  
  • o   Tous les matins, il y a 86'277 frontaliers qui viennent travailler à Genève. Le jour où ils feront tous la grève, Genève sera paralysée…Tous les chemins sont longs.Tous les autres sont gratifiants!

 

  • Mais si le premier pas est laborieux,
  •  

(D'un inconnu et transmis par un lecteur de l'Haxagone)

 

 

DAZ alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

A propos de votre précédente chronique: si on fait le compte de ce qu'on a chez soi d'objets 'made in China', ce pays où les salariés sont payés au lance-pierre, on s'aperçoit qu'on n'est pas les seuls à faire nos achats là où c'est moins cher.
Moi par exemple, je suis un mauvais Suisse, je préfère le comté, introuvable à Genève, au gruyère.
Mais c'est nous les péquenots qu'on montre du doigt, les capitaines d'industrie ne sont jamais stigmatisés. Quod licet Jovi non licet bovi.
Bien à vous, Thomann

Écrit par : thomann | 04/03/2017

Les commentaires sont fermés.