08/04/2017

No 098

La chronique quotidienne de DAZ No 098 Entendu, vu, eu ou lu samedi 8 avril 2017

 

  • o   Chantier naval de Richelien, à l'entretien du bateau. Le ponçage et ensuite la peinture me font tousser plus que d'habitude. Un voisin de bateau qui bricole vient me dire bonjour en précisant: - vous toussez beaucoup vous! Je hoche du chef en lui disant que le ponçage et la peinture me font tousser, effectivement. Et le gars de renchérir: - moi, ce sont les cons qui me font tousser et je tousse encore plus que vous… Ben voilà qui fut clair!

 

    •  
    • o   Quittant Jumbo à Vernier, une dame âgée et bien en chair (vous noterez que je n'ai pas dit, vieille et grosse) me précède et se débarrasse d'une bouteille plastic vide en la posant sur une table de jardin d'exposition. Je la dépasse (la femme, pas la bouteille) et interviens en lui disant: - vous avez oublié quelque chose sur cette table. Elle se retourne, reprend la bouteille et ajoute : - pauvre con, de quoi tu te mêles. Je n'ai rien ajouté, mais c'était une grosse vieille et qui plus est stupide…
    •  
    • o   Un ami qui errait dans les couloirs des HUG m'a informé qu'en passant parfois devant certains espaces, il y avait des relents de fumée de cigarettes de masse et qu'après contrôle, ça n'étaient pas des patients, mais des toubibs et des infirmières qui toraillaient…
    •  
  • o   Coïncidence: un ami lecteur me signale: - tu te souviens peut-être de mon ”coup de gueule” dans la TDG concernant la fumée aux entrées des HUG, que tu avais partiellement repris dans une de tes chroniques. Eh bien il semble qu’il ait eu des effets! Je me suis rendu à l'hôpital et j’ai constaté de nouvelles peintures sur les sols des entrées de l’hôpital interdisant la fumée. La nouvelle direction des HUG aurait-elle pris conscience des dangers de la cigarette?

 

  •  
  • o   Un autre lecteur fidèle revient sur le détricotage: - je vous cite: - à quoi bon tricoter si c'est pour détricoter ensuite? C'est pourtant ce qu'a fait Pénélope (l'autre!) en expliquant à des prétendants insistants qu'elle ne se remarierait que lorsqu'elle aurait fini de tisser sa toile, qu'elle défaisait la nuit. Astucieuses, les femmes. Le retour d'Ulysse mit fin au suspense. Votre culture connaissait certainement cette histoire, simplement vous n'y avez pas pensé. Merci l'ami…Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose! (François Fillon ou Marine Le Pen, ah non, François Bacon)DAZ alias Daniel Zurcher   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.