24/05/2017

No 144

La chronique quotidienne de DAZ No 144 Entendu, vu, eu ou lu ce mercredi 24 mai 2017

 

    • o   Entendu sur France 2, lors du départ du président Hollande une journaliste précise : -Le départ de Monsieur François Hollande devrait arriver dans quelques minutes. Et pourtant il y a longtemps qu'on savait que ça devrait arriver! (Propos aimablement transmis par un fidèle lecteur et néanmoins ami).
    •  
  • o   Amené un ami à l'aéroport international de Genève. Utilisé le système dit "kiss and fly" ou en français dans le texte, "dépose rapide" ce qui ne veut pas du tout dire la même chose, par ailleurs. Devant nous au moins 3 voitures. D'une sortent 4 personnes qui s'embrassent un peu partout pendant de longues minutes, d'une autre, le coffre s'ouvre avec au moins 5 valises et un gars les sort une à une en traversant chaque fois les deux files réservées au "kiss and fly", et de la troisième enfin, ce sont des enfants en bas âge, des poussettes, des bagages, bref, une longue, très longue attente. Vous avez dit "dépose rapide? L'ingénieur qui a conçu ce système n'a certainement jamais pris l'avion et ne sait pas qu'avant un départ, on s'embrasse généralement. Même un idiot aurait eu l'idée de mêttre une deuxième voie permettant le dépassement…

 

    •  
  • o   Suite au menu signalé hier "ein Topf Gericht", un ami et néanmoins lecteur me signale qu'il préfère de loin le "Rom Topf". Chacun ses goûts…

 

  •  
  • o   A propos des bourdes de français des journalistes, sujet inépuisable, j'ai entendu sur les ondes hertziennes mais néanmoins françaises, ce joyau: - le candidat X a commencé à battre la campagne. On sait qu'il faut être fou pour vouloir devenir président de la République, mais faut pas le dire. (Message reçu d'un fidèle lecteur).
  •  
  • o   Voici que mes lecteurs se battent sur ma chronique au sujet de la langue française. Un lecteur tient à préciser: Sur ce coup, vous n’avez que partiellement raison. Battre la campagne est bien devenu dans son sens figuré délirer, divaguer, dérailler, déconner et j’en passe, mais à l’origine l’expression signifie sillonner la campagne… Le journaliste avait peut-être en tête les vers de Brassens: "Je bats la campagne à la recherche d’une nouvelle compagne…." On peut ne pas aimer Tonton Georges (tous les mauvais goûts sont dans la nature), mais certainement pas lui reprocher d’ignorer l’usage de la langue. Voilà pour les mises au point…
  •  
  • o   Et voici même que James Bond, alias Roger Moore ou le contraire s'en est allé. Décidément, tout fout le camp…My name was Bond, James Bond!
  •  
  •  

DAZ alias Daniel Zurcher

 

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.