01/06/2017

No 162

La chronique quotidienne de DAZ No 152 Entendu, vu, eu ou lu ce jeudi 1er juin 2017

 

  • o   Mes remarques concernant le tennis professionnel font des vagues. Ainsi, un lecteur fidèle et ami me signale ce qui suit: - ce qui me conforte dans mon refus de suivre, depuis des décennies, un match de tennis! Je ne suis donc pas le seul à trouver ce sport un peu …(mettre le mot qui vous convient)!

 

    •  
    • o   Hier, c'était la Journée anti-tabac ou sans fumée (comme vous voulez), et pourtant j'ai rencontré de nombreux fumeurs. Vous me direz que lors de la Journée sans alcool, il y en a aussi qui boivent. Mais pure coïncidence, dans la grande maison où j'habite, la Régie avait apposé un avis comme quoi les fumeurs étaient dorénavant priés de ne plus balancer leur mégot par-dessus les balcons ou les bords de fenêtres, puisque, paraît-il d'aucuns le font. Qu'on fume, bof, mais qu'on foute les mégots par la fenêtre…
    •  
  • o   Dans la série tennistique des tics et maniérisme, aperçu ce jour l'Italien Simone Bolelli. Alors lui, il met sa casquette à l'envers. Bon, vous ne direz que ça n'est pas le seul. Mais il n'a peut-être pas vu qu'il y a un devant et un arrière. Qu'il la mette, la visière derrière quand il a le soleil dans le dos, on pourrait le comprendre, mais qu'il la laisse ainsi quand il a le soleil dans les yeux, faut être un peu c.. tout de même, non… Mais personne n'est obligé de regarder le tennis à la RTS…

 

    •  
  • o   Me rend à scooter dans un petit supermarché de mon quartier et parque à côté d'une magnifique super jolie et colorée moto de marque Harley-Davidson, sur laquelle je jette un coup d'œil. Arrive une dame d'une soixantaine d'années que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam qui observe aussi la belle moto. Puis elle me dit: - est-ce que si je m'assieds dessus, vous pourriez faire une photo avec mon portable. J'acquiesce bien évidemment tout en lui disant que ma moto à moi c'est celle d'à côté et qu'un vulgaire scooter chinois de Taiwan, et que je ne prends aucune responsabilité de la Harley. Elle se met donc sur la selle de la moto, je fais deux photos et elle redescend. Puis, elle enchaîne: - vous savez Mossieur, j'ai été opérée de la hanche puis après encore ailleurs et depuis j'ai mal au dos et je suis dépressive mais je ne veux pas prendre de médicaments contre la dépression parce qu'on s'y habitue, etc., etc. Bref, je fais de l'écoute active. Et avant de s'en aller, elle précise: - vous savez Mossieur, ça va faire tellement plaisir à mon mari quand il verra que je m'occupe encore d'autres choses que de mes bobos… Le plaisir qu'on éprouve à parler de soi-même est rarement partagé! (Jules Petit-Senn)

 

  •  

Et bien pour une fois, il le fut pour cette dame, du moins je l'espère!

 

DAZ alias Daniel Zurcher

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.