08/06/2017

No 159

La chronique quotidienne de DAZ No 159 Entendu, vu, eu ou lu ce jeudi 8 juin 2017

 

    • o   La Ville de Genève se fend en quatre pour ses vieux. Elle leur envoie un dépliant explicatif quant aux mesures à prendre en cas de canicule. La meilleure précaution est de rester chez soi et de se détendre, précise-t-elle! Et qui plus est, elle définit la canicule en ces termes: - 1/c'est plus de 32° la journée, 2/c'est plus de 20° la nuit, et 3/durant 3 jours consécutifs ou davantage. Larousse l'avait fait plus courte, la définition. Période de très grande chaleur, l'été. Bref, on se réjouit déjà des informations de la Ville de Genève lorsqu'il fera une vague de froid
    •  
  • o   Aux Etats Unis d'Amérique, certains établissements scolaires pratiquent le "lunch-shaming", horrible mot composé. De quoi s'agit-il? C'est une détestable habitude qui consiste à faire honte aux élèves dont les parents ont du retard dans le paiement des repas de leurs enfants; les humilier devant tous leurs camarades en jetant ostensiblement leur repas dans la poubelle. "Lunch shaming" = fait de faire honte à quelqu'un en pleine cantine. Heureusement, certains élus veulent faire adopter par le Sénat américain une loi anti "lunch shaming".   Et heureusement, encore, cette locution n'a pas d'équivalent en francophonie et il n'est donc pas nécessaire de l'importer ici…

 

    •  
  • o   Un ami et lecteur du Nord se plaignait récemment du bruit que font certaines dames sur les courts de tennis à Roland Garros à Paris. Il avait certes raison. Ce mercredi vers midi, j'ai quelque peu vu une partie de la rencontre entre Dominic Thiem l'Autrichien et Novak Djokovic, le Serbe. Mais à les ouïr, j'ai remarqué qu'ils criaient, que dis-je, siclaient, tout autant que les joueuses de l'avant veille. L'égalité des sexes est bientôt partout…

 

    •  
  • o   Mis des bouts de pain à sécher sur mon balcon dans l'intention d'en faire de la panure. (Et oui, il y a encore des vieux qui font leur panure eux-mêmes). Pour se faire, il faut que le pain soit archi sec, d'où l'entreposage à l'air et au soleil. Et pour éviter d'éventuelle poussière, le récipient est couvert par un linge torchon. Et bien vous n'allez pas le croire, mais un "spatz" terme neuchâtelois pour moineau est venu sur la table du balcon, a soulevé de son bec le linge, s'est emparé d'un morceau de pain sec et s'en est reparti dare dare. Il aurait au moins pu remettre le torchon…L'été, les vieux meurent de la canicule chaude et l'hiver de la canicule froide! 

 

  • (Jérôme Duhamel)
  •  

DAZ alias Daniel Zurcher

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.