21/08/2017

No 233

 

La Chronique de DAZ

No 233 du lundi 21 août 2017.

 

Pour commencer bien la semaine, dans le dictionnaire du sourire transmis par un ami du Sud, cette jolie définition du mot Ramadan: C'est un encouragement d'Eve à son mari pour faire avancer le bateau…

 

S'il vous arrive de prendre un avion en classe économique à l'Aéroport International de Genève, vous avez peut-être déjà noté que les contrôles de sécurité sont précédés de queues interminables prenant souvent 30 à 45 minutes d'attente. Je vous avais conté, il y a peu, le passage en force d'un soi-disant retardataire. Mais j'ai appris incidemment aujourd'hui qu'on pouvait "by-passer", que dis-je, court-circuiter lesdites queues en faisant la demande à l'AIG et surtout en payant CHF 8.00 par personne. Décidément, avec le fric, on peut tout faire et n'importe quoi…

 

Je vous avais fais part, il y a peu, des châtiments que l'on devrait imposer aux incendiaires, chronique qui avait fait couler passablement d'encre. Un ami lecteur du SUD m'envoie la note suivante: Voici une lettre de Napoléon 1er envoyée le 21 août 1809 au préfet du Var concernant les incendies de forêt. Napoléon, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, Empereur de France, au Préfet du Département du Var. Monsieur le Préfet, J’apprends que divers incendies ont éclaté dans les forêts du Département dont je vous ai confié l’administration. Je vous ordonne de faire fusiller sur le lieu de leur forfait les individus convaincus de les avoir allumés. Au surplus, s’ils se renouvelaient, je veillerai à vous trouver un remplaçant. Fait à Schoenbrunn le 21 août 1809. Napoléon Empereur. A l'époque on discutait moins et on agissait plus…

 

Et pour terminer cette première chronique de la semaine, une histoire transmise par une fidèle lectrice du Sud: Un homme âgé est arrêté par un barrage de police vers 2 heures du matin. Le policier lui demande où il va à cette heure de la nuit. L'homme répond: - je me rends à une conférence sur l'abus d'alcool et ses effets sur le corps humain, ainsi que ceux du tabac et des soirées tardives. Le policier pas convaincu demande alors: - vraiment, et qui est ce qui donne cette conférence à une 

heure pareille? L'homme répond: - comme d'habitude, ça va être ma femme." Pas joli, non…

 

En apparence, les gens ne sont pas ce qu'ils sont! (Proverbe hindou)

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.