04/11/2017

No 308

La Chronique de DAZ

No 308 du samedi 04 novembre 2017

 

On va bientôt pouvoir remonter une file de voiture par la droite sur les autoroutes, selon la nouvelle loi sur la circulation. On pourra devancer mais pas dépasser. Vive les différences. Mais de toutes façons, il y a déjà beaucoup d'automobilistes qui le faisaient avant cette modification…

 

Devant le passage protégé d'un EMS de mon quartier, j'observe une dame handicapée qui parle toute seule sur ou dans un fauteuil roulant électrique du dernier modèle. Je m'inquiète quelque peu et lui demande si elle a besoin d'aide. Et sa réponse fusa, dans un accent ibérique inimitable: - je parle à la téléco de ma machina, mais elle ne comprend rien cette abrutie… N'ayant aucune connaissance dans ce domaine, j'ai continué mon chemin après l'avoir poussée sur le passage pour piétons de l'autre côté de la rue!

 

Toujours à propos de la fillette de 7 ans qui a pris un avion toute seule, un ami du Sud conte ses aventures: 1954. Au Grand Passage à Genève. Je suis avec ma grand-mère maternelle. A côté d'elle, Vergès était un enfant de chœur. Dans un moment d'inattention, elle me paume. Branle-bas de combat dans cette immense grande surface où un agent de sécurité me repêche et me conduit à l'accueil. Deux gentilles dames m'offrent des bonbons et lancent toutes les minutes des appels par haut-parleurs: " Le petit XYZ attend sa grand-maman à l'accueil du magasin ". Au bord de la crise cardiaque, ma grand-mère me récupère. 1954. Rotonde de Cornavin, mais cette fois-ci avec ma grand-mère paternelle. Le tram 6 et ses deux remorques sont bondés, car il y a un match aux Charmilles. Elle me fait monter dans le tram qui démarre. Je vois encore ma grand-maman courir après le convoi. 1994. Aéroport de La Guardia à New-York. Trois heures d'attente avant un vol vers Orlando. Dans un kiosque, je paume mon fils qui, petit et curieux, donc invisible, s'est faufilé entre des rayons. Tous les flics sont mis en alerte, retrouvent le gamin, mais me font subir un grand interrogatoire avant de me le rendre. J'en conclus que dimanche passé à Cointrin, ce fut une scène de la vie de tous les jours. A vos harnais !

Reçu une facture d'honoraires d'un médecin samedi matin passé. Scanné ladite facture à la caisse maladie valaisanne d'un grand groupe le jour même. Lundi, reçu le décompte de la caisse, mercredi, le paiement était sur le compte bancaire. Parfois l'informatique a du bien… Avant, il fallait attendre un mois!

 

Dès fois, le moins gagne le plus! (Norbert Talayre)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.