15/12/2017

No 349

La Chronique de DAZ

No 349 de vendredi 15 décembre 2017

 

No Billag, oui ou non, that is the question? Le 4 mars 2018, le peuple devra décider. L'intitulé de cette initiative est trompeux et finalement n'a que peu à voir avec billag qui n'est qu'une société de recouvrement. La question demeure: - voulez-vous une radio-télévision de service public, donc d'Etat, oui ou non? Donc si vous voulez que la situation actuelle perdure, il vous faut voter NON! Quelque peu impliqué dans ce combat par la vice-présidence de la SRT Genève (Société des Auditeurs et Téléspectateurs de la Radio Télévision Suisse Romande, je voterai bien évidemment NON, mais "sollicite" quelques aménagements que la SSR SRG (organe suprême de l'audiovisuel en Suisse) devrait aussi comprendre.

 

Il s'agira tout d'abord de faire des économies substantielles, car notre télévision helvétique ne peut ni ne doit se comparer aux grandes télévisions des Etats voisins. On est à peine un million en Suisse romande, et les Allemands sont 80 millions. Dont acte! Pour se faire, voici quelques exemples: point n'est besoin d'employer 4 ou 5 consultants par rencontre de football qui nous expliquent, nous répètent, nous réitèrent et nous ressassent que le joueur XYV a manqué son penalty ou que le ballon est sorti en touche. Les téléspectateurs ont tous aussi un écran, généralement plus grands que celui des consultants, et il n'est point besoin de jouer les Squibbs, Vico et Lelio Rigassi ou encore Humbert-Louis Bonnardelly d'antan qui faisaient de la radio. Avec toutes les retransmissions sportives que nous passe la RTS, ça fera beaucoup d'économie avec un seul journaliste compétent et Rosset pourra rester chez lui. Le spectateur n'est pas un idiot et il remarque aussi les beaux coups sans qu'un gouailleur le lui explique.

 

A-t-on vraiment besoin que l'on nous explique les conditions météorologiques alors que chacun a sur son portable 3 ou 4 applications avec les prévisions?

 

Il faut supprimer les émissions mauvaises, ou alors vachement les améliorer par exemple comme Infrarouge, qui sont mal dirigées et dont le client de la SSR ne comprend rien parce que tous les invités parlent en même temps, que la présentatrice ne sait pas ou plus mener le débat ou celles qui traitent des sujets totalement tertiaires comme le harcèlement sexuel aux Chambres fédérales.

 

Il semblerait aussi que la redevance va être diminuée à CHF 1.00 par jour, et ça devrait amplement suffire avec CHF 365.00 l'an.

 

Enfin, le mode d'encaissement actuel, c'est à dire CHF 430.00 en une seule fois n'a jamais été apprécié du grand public et l'on comprend aisément qu'une famille sans grand revenu voit mal arriver une telle facture à la veille des vacances. Chacun possède un pourvoyeur de téléphone, d'Internet ou encore de télévision et il serait facile d'encaisser chaque mois CHF 30.00 par leur intermédiaire ce qui ferait moins mal aux revenus fragiles.

 

Si la SSR SRG veut bien se mettre à niveau et la RTS supprimer les mauvaises émissions et faire des économies dans beaucoup de domaine, alors je voterai NON, sinon, le pire nous attend…

 

Je ne cherche pas à comprendre, je chercher à vivre! (Jean Troillet)

 

DAZ (alias Daniel Zurcher)

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.