26/12/2017

No 360

La Chronique de DAZ

No 360 de mardi 26 décembre 2017

 

Passé par hasard devant la Migros de la Gare Cornavin le dimanche 24 décembre 2017 vers les 13 heures. Il y avait tellement de chalands qu'un garde laissait passer les clients entrant en fonctions de ceux qui sortaient. Et dire que d'aucuns sont encore contre l'ouverture des magasins le soir et le dimanche…

 

Toujours dans la même gare de Genève, il y avait un groupe de Chinois en visite, probablement prêts à prendre le train. Alignés en colonnes par quatre, comme à l'armée. Alignez, couvrez, repos! Que de bons souvenirs militaires et de voyage récent en Chine…

 

Passé par hasard par le parc Beaulieu en promenade. Une dame avec deux chiens de race genre Huskies s'arrête, sort son appareil téléphonique et se met à bricoler. J'admire la scène et soudain les chiens se mettent à tirer sur les laisses comme des chiens de traîneau. Alors la madame déclare haut et fort: - oh les chiens, ça va, vous voyez pas que je suis en train de téléphoner. Le prie, c'est que les chiens se sont couchés… Ils devaient savoir qu'ils en avaient pour un moment à attendre!

 

Un lecteur assidu et néanmoins ami me demande pourquoi j'aime les corneilles. Profitons de ce jour de Noël pour répondre.

Il y a 3 sortes d'oiseaux nombreux dans le quartier. Les pigeons, c'est con, c'est bête, ça roucoule à longueur de journée, ça chie partout et ça ne sert à rien. Les mouettes, ça rit, ça ne sert à rien non plus, ça bouffe tout le temps et ça ne vous porte de l'attention que si vous leur lancer du pain. Quant aux corneilles, c'est beau, c'est tout noir, ça croaille seulement quand c'est nécessaire et pour avertir d'un danger et ça vous reconnaît. Quand je sors de chez moi avec un cornet de couennes pour les corneilles, elles viennent et s'arrêtent. Quand je passe sans rien, elle me survole comme pour me dire bonjour et t'as rien à bouffer aujourd'hui. J'aime les corneilles…

 

Vous l'avez peut-être lu ou entendu, le cadeau de swisscom pour 2018, c'est la suppression de toutes les cabines téléphoniques. C'est vrai qu'avec plus de téléphones portables que d'habitants en Suisse, on peut probablement s'en passer. Mais tout fout le camp…

 

Sur ce, pur ceux qui bossent. bonne dernière semaine de travail…

 

Quand on passe de la littérature à la politique, on descend de 4 étages! (Jean d'Ormesson)

 

DAZ (alias Daniel Zurcher)

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.