01/04/2018

No 091

Les ECHOS de DAZ # 091

 

L'erreur est humaine, mais il y en a qui poussent l'humanité vraiment trop loin! (Grégoire Lacroix)

 

Pour réveiller vos méninges en ce premier dimanche d'avril: - quel est le féminin de fauteur de troubles? Et bien, ça n'est pas fauteuse, mais fautrice de troubles. Et ça n'est pas un poisson d'avril..,.

 

Le Matin de vendredi matin offre deux immenses photographies, dont une à la une, du tyran lubrique incestueux et violeur de ses propres huit enfants et qui vient d'écoper seulement de 16 ans de taule. Le plus effrayant dans tout ça, c'est que le tyran a, par feux fois le visage tronqué sur les photos, alors que celui du flic qui le tient est clair et net. C'est le contraire que Le matin aurait du montrer. Il fut un temps où on exposait les malfrats, les voleurs et les violeurs sur la place public, maintenant on les cache. Cherchez l'erreur...

 

La Conseillère d’État genevoise, et accessoirement cheffe des Sports du Canton Anne Emery-Torracinta vient de commettre sa 3ème bourde en quelques semaines. Ça commence à bien faire et à suffire comme me disait un voisin. Pour les élections audit Conseil dans quelques jours, on peut biffer des noms pour ceux qui ne le sauraient pas... Une erreur, on peut pardonner, deux, ça fait des dégâts, trois, on corrige et on s'en va!

 

A ce propos, il me souvient d'une anecdote. Je me trouvais être instructeur de tir à 300m dans une École dite de recrues. Un des soldats que j’observais tirer lâcha un coup nettement à droite. Je lui dis de corriger sa visée. Le deuxième coup fut également à droite. J'avais contrôle le fusil qui tirait pourtant bien. Et son troisième coup fut également à droite... Mais derrière nous, il y avait un colonel, commandant de ladite École qui intervint sèchement et dit au tireur: quand on tire 3 coups à droite et qu'on ne corrige pas, on est un imbécile. Je vais aller à côté de la cible sur laquelle vous tirez et je me mets sur la droite de la cible. Je suis sûr que vous allez enfin corriger. Le colonel qui n'était pourtant pas téméraire fit ce qu'il avait dit et quelques minutes plus tard, il était à droite de la cible No 6 sur laquelle la recrue tirait. Je tremblait, le tireur aussi, et probablement le colonel encore plus. Le mec tire. Rien sur la cible No 6. Mais sur la cible No 5 qui n'avait pourtant pas de tireur, il y avait un 10. L'histoire est authentique. Et pour les lecteurs qui ont suivi un peu la même carrière militaire que moi, le colonel, décédé depuis lors avait un nom qui commençait par Ran et finissait par ni...

 

Un lecteur et néanmoins ami de l'Ouest me fait remarquer, à propos des Échos sur les Verts que leur Conseiller d’État Hodgers est plus un bétonneur qu'un jardinier. C'est vrai que lorsqu'on est en charge des constructions à Genève, on ne peut pas faire des cabanes en bambou...

 

Comme d'aucuns le savent, j'aime les corneilles. Je commence à les connaître et elles aussi. Je rappelle que certains veulent éliminer les corneilles sous prétexte qu'elles font parfois du mal aux autres oiseaux plus petits. Un jour, on lira des pages sur la disparition probable et prochaine des corneilles comme on peut le lire en ce qui concerne d'autres animaux comme le rhinocéros ou encore les panthères blanches. C'est une des raisons pour lesquelles je les défend et les protège. Qui plus est, c'est intelligent, la corneille. Une corneille, ça pique un noix sous un noyer, ça prend la noix dans son bec, ça vole au dessus d'une route goudronnée, ça laisse tomber la noix et ça attend qu'une voiture passe dessus pour venir manger la noix ainsi ouverte. Ainsi donc, ce matin, je descends avec mon petit cornet plein de couennes de fromage, de pelures de saucisse et autres restes de nourriture. Généralement la sentinelle des corneilles (ces oiseaux vivent en communauté) supervise ma sortie éventuelle, mais elle était absente. J'appelle donc la corneille de garde et une autre apparaît à quelques mètres et me toise silencieusement. Je verse donc le contenu de mon cornet dans la prairie. L'observatrice s'en vient tout bouffer et repart comme si de rien n'était alors que sa mission était d'appeler les autres. Donc même chez les corneilles, il y a des faux-jetonnes et des faux-culs! C'est pour ça que je les aime... C'est comme chez les humains!

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

01 avril 2018

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.