18/04/2018

No 108

Les ECHOS de DAZ # 108

 

Le présent passe, le passé n'est plus rien et l'avenir est incertain! (Proverbe français)

 

Avant le premier tour des élections, les partis se tirent dans les jambes. Entre les deux tours, ils sont souvent cul et chemise! Après les élections, les partis se font à nouveau la gueule. Et c'est ainsi tous les 4 ou 5 ans. Finalement les élections, c'est comme les enterrements. Au début, on pleure ensemble, à la fin on rigole et un peu plus tard, on se déchire pour la succesion... (Qui a pensé Johnny)?

 

Utilisation tardive du tram TPG # 18 mardi soir. A l'arrêt Coutance, montent 4 jeunes gens (disons la trentaine), l'air sympa qui se mettent à discuter gentiment et qui demeurent debout. Ils parlent anglais, plutôt Oxford que Cambridge, donc très bien. A l'arrêt Cornavin monte un mec pas tibulaire comme aurait dit Coluche habillée d'une veste et d'une salopette jaune/vert fluo un peu comme les gars de la Voirie. Il semble alcoolisé et plutôt du genre 1,9 pour mille que 0,49 si vous voyez le genre. Il se plante au milieu des quatre anglophiles et se met à leur dire des conneries à voix haute et quasiment inintelligibles. Les Anglais ne réagissent pas, mais le "bourré" se met à les insulter du genre: – eh je vous parle, répondez bande d'impolis, etc, etc. Bref, le spectacle est désolant, mais enfin, dans les transports publics, après minuit, il ne faut pas s'attendre à rencontrer l'élite genevoise. Puis le mec en fluo essaie de donner des coups à ces 4 jeunes qui ne réagissent pas et qui continuent de parler entre eux. Je me dis qu'il est temps d'intervenir sinon la situation va dégénérer. Je dis donc à ces 4 jeunes, en anglais, excusez du peu: - you better change your position otherwise... (vous feriez mieux d'aller ailleurs, sinon), ce que les jeunes firent sur le champ en allant tout derrière du tram. Je me trouvai donc seul en face de l'ivrogne qui sortit un truc du gernre: - pauvre con tu les as fait partir! Je fus sauvé, je descendais à l'arrêt suivant:

 

Assisté à une conférence de dirigeants de l'audiovisuel à qui l'on pouvait poser des questions en fin de présentation. Vu le grand nombre de participants, il y avait des micros à disposition. Les gens qui voulaient poser une question recevaient donc un micro pour se faire. Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, pour la plupart des concernés, dès qu'ils ont un micro devant la bouche, ou ils ne savent plus quoi dire ou alors ils se mettent à faire des théroies sans plus finir et oublient de poser leur question. C'est fou ce qu'un bout de métal ou de plastic devant la bouche peut perturber certaines personnes...

 

 

DAZ alias Daniel Zurcher

18 avril 2018

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.