31/05/2018

No 151

Les ECHOS de DAZ # 151

 

 

Le but de l'économie n'est pas le travail mais la consommation! (Alfred Sauvy)

 

Carouge Tours, mardi, 17h00, en attente du bus TPG # 41. Passe devant moi un handicapé sur sa chaise roulante motorisée à relative grande vitesse. Étonné, je me dis, ben machin il va drôlement vite. Par la suite, le trottoir fait un angle droit que prend le véhicule, mais vu sa vitesse, tout son chargement, soit deux cornets de commissions tombent et le trottoir se couvre de yoghourts, petits suisses, fromage frais et autres denrées liquides périssables. Bref, la totale! Le gars arrête son véhicule et les passagers qui attendaient le bus se précipitent pour ramasser ses affaires, tentant de tout remettre dans les cornets. Mais le quidam nous dit: - faut pas remettre dans les cornets, foutez tout dans la poubelle juste à côté. On peut être handicapé et avoir le porte-monnaie solide!

 

A l'arrêt TPG #11, Queue d'Arve direction Bout du Monde, il y a un magnifique abribus mais pas de banc. Quid? Comme la pluie est plus rare que la fatigue, un banc serait préférable à un toit, non! Renseignement pris aux TPG, c'est la Ville de Genève qui s'occupe des abribus. Alors on attendra debout...

 

Puisqu'on est dans les TPG, restons-y! Bus 41, à l'arrêt Tours de Carouge, monte un jeune homme soigné, beau mec, bien habillé, propre qui s'assied en face de moi. Il est coi et ne dit mot. Puis quelques arrêts plus tard, le quidam se met à taper fortement, rapidement et non-stop au moins 100 fois contre la paroi du bus. Tiens, bizarre, me dis-je! Et soudainement il s'est mis à crier et à répéter au moins deux cents fois: - t'es un fainéant, travaille correctement, t'es un fainéant, travaille correctement. J'en ai donc déduis qu'il n'avait pas ou plus la lumière à tous les étages. Nous n'étions plus que les deux dans le bus comme passagers. A l'arrêt Millière, je suis descendu par l'avant et le machiniste à qui j'ai dit au revoir m'a répondu: - au revoir, oh là là, vous me laissez seul avec ce dingue! J'ai presque eu pitié de lui...

 

Un petit imparfait du subjonctif pour terminer: il eût mieux valu que nous nous assissions pour assister à cette rencontre!

 

Belle journée à chacun et courage pour certains!

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

31 mai 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/05/2018

No 150

Les ECHOS de DAZ # 150

 

Qui croit facilement est trompé de même! (proverbe français)

 

On peut lire un peu partout que des vins sont biologiques. Selon Larousse, biologique signifie: - sans engrais ni pesticide, naturel. Dont acte!

Sans être spécialiste du domaine bio, bien au contraire, mais un peu spécialiste des vins, on peut lire plus avant: En France, le taux de sulfites accepté dans le vins biologiques est plus faible que le taux dans les vins en conventionnel . Cette teneur est inférieur de 50 mg/L pour les vins secs (moins de 2 g/L de sucres résiduels), soit un maximum de 100 mg/L pour les vins rouges secs, et de 150 mg/L pour les vins blancs et rosés secs.

Elle est inférieure de 30 mg/L pour tous les autres types vin. Et encore plus loin, on note que le dioxyde de soufre est utilisé en œnologie principalement du fait de ses différentes propriétés. En résumé, vins bio ou conventionnel, c'est kif kif bourricot. Peut-être un peu moins de saloperie dans le vin conventionnel, mais on ne peut pas faire du vin sans chimie.

 

Rencontré l'autre jour un bel imparfait du subjonctif: il eût fallu que nous crussions! Joli, non!

 

Avais rendez-vous chez un toubib à 10h30. Arrivé à 10h25 et me présente à la réception. La secrétaire, jolie, et encore heureux qu'elle le fût, chez qui je me présentai me dit: - mais Mossieur, vous avez rendez-vous à 14h30. Désappointé, je repars et reviens à 14h25 après 2 heures de transports publics en tout avec le petit billet de rendez-vous, celui qu'on dispose contre la porte du réfrigérateur pour ne point oublier, sur lequel il était bien noté 10h30 en le présentant à ladite secrétaire. J'attendais des excuses ou quelque chose du genre, mais la remarque fut: - vous savez, j'en donne une vingtaine par jour alors on peut bien se tromper, non! J'ai gardé mon sang froid, mais que n'eussé-je du le faire! Il m'est souvenu ma profession première qui consistait à séparer 200 avions par jour, sans faire d'erreur et pendant 25 ans...

 

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

30 mai 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

29/05/2018

No 149

Les ECHOS de DAZ # 149

 

Une organisation doit être conçue pour le changement, pour créer le changement plutôt que de réagir au changement! (Peter Dfrucker)

 

Il me souvient qu'il y a quelques années, les quais de la Gare CFF de Genève Cornavin étaient munis de bancs qui profitaient aux usagers en attente de leur train. Puis ces bancs ont disparu. J'avais alors questionné la direction locale qui m'avait répondu que les bancs avaient été enlevés parce que certains quidams se couchaient dessus.

 

Hier, je lus dans "20 Minutes" que le banc situé devant la gare Cornavin à la hauteur des arrêts de bus 5 et 8, mais sur la parcelle des CFF avait été enlevé et qu'un râleur comme moi avait questionné itou la Direction des CFF qui lui répondit: - le banc a été supprimé parce que des squatters l'utilisaient en permanence.

 

Primo: Il existe pourtant des bancs publics qui sont munis d'arceaux tous les 60 centimètres évitant ainsi à certains malfrats de se coucher.

Secondo: Si on se met à supprimer tout ce qui est mal utilisé ou ce qui dérange, il faudra un jour se mettre à supprimer des gens!

 

Les Suisses et Suissesses disparaissent gentiment des tableaux du tournoi de tennis de Roland Garros à Paris. Quand Roger Federer n'est pas là, le tennis helvétique a de la peine. Quid de la relève?

 

Sur ce, excellent anniversaire à tous ceux qui l'ont aujourd'hui...

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

29 mai 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |