22/06/2018

No 173

Les ECHOS de DAZ # 173

 

Devant les réformes religieuses, les dieux sont toujours restés passifs! (Valeriu Butulescu)

 

Le pape pourra venir à Genève tous les ans, il ne changera jamais sont opinion vis-à-vis des autres églises.

 

La RTS a consacré 18 minutes sur 29 lors de son journal de 19h30 et Darius Rochebin s'est gargarisé sans plus finir. On est en droit de se demander ce qu'il nous aurait raconté si le pape n'était pas passé par Genève. En Suisse alémanique, il y a parfois de la "Vetterliwirtschaft", alias copinage en français dans le texte, mais alors à Genève, c'est de l'adoration pure et simple. Cherchez l'erreur...

 

Les Echos des échos:

Un fidèle lecteur du Nord-Ouest me communique que la visite du Pape à Genève, les Jeux Olympiques et les championnats du monde de football peuvent être réunis dans un même combat. Chacun veut les organiser, mais chacun a de la peine à les payer. Et oui, comme il a raison...

 

Un ami et fidèle lecteur me communique son désarroi à propos des bouquets de fleurs offerts dans les cliniques. Cet ami s'occupe en effet d'une connaissance qui se trouve dans un centre de réadaptation du bord d'un grand lac helvétique qu'il visite pratiquement chaque jour. Lors de ses visites, il y a toujours d'autres visiteurs qui viennent visiter (réitérations volontaires) des patients et qui amènent à chaque fois des bouquets de fleurs. A l'arrivée devant la chambre où réside la personne qu'il désire rencontrer, ils sonne nt pour que l'infirmière arrive et tendent généralement à cette dernière le bouquet de fleurs en question en précisant: - il faut le mettre dans un vase, il faut couper les tiges du bas en biais pour qu'il se conserve et il faut changer l'eau tous les jours, etc. avec parfois encore plus de précisions. Et pendant ce temps, les infirmières ou éventuellement leurs assistantes s'occupent des bouquets de fleurs et délaissent les autres patients qui sonnent pour avoir de l'aide ou des soins. Et l'ami est en droit de se demander si les infirmières ou leurs aides sont là pour les fleurs et les vases ou pour leurs patients, ce d'autant que parfois en fin de semaine, il y a 4 ou 5 visites par chambre individuelle, donc autant de bouquets et s'il y a cent chambres ou plus, faites de comptes vous-mêmes. Clinique ou serres florales, choisissez votre camp? De toutes façons un malade ou un patient avec 5 ou 10 bouquets de fleurs croulent sous les fleurs qui doivent amener pas mal de parasites ou autres insectes détestables et pour autant qu'il ne soit pas en grande forme il ne sait plus qui les a amenés et s'en fout d'ailleurs complètement. Il vaut mieux distribuer une fleur aux bien-portants tous les jours pendant longtemps qu'un immense bouquet à un malade ou une gigantesque gerbe sur un cercueil. Voilà encore un écho qui va me faire des supporters...

 

Et un écho sur la Coupe du Monde de football 2018 en Russie: - La France n'a pas son drapeau sur le devant des maillots de ses joueurs, comme toutes les autres 31 équipes, d'ailleurs, mais dans le dos. On se distingue comme on peut, n'est-il point vrai!

 

Les belles sorties sur la RTS.

De Jean-Philippe Brandt, officier de communication de la Police de la République et du Canton et de Genève: - bien entendu, le Saint-Père, il fait ce qu'il veut! Tiers j'avais cru que la Loi était la même pour tous...

 

De Frédéric Scola, journaliste commentateur de la Coupe du Monde football 2018 en Russie pour la rencontre Iran contre Espagne: - c'est presque du handball avec les pieds! Mais si c,'est avec les pieds, c'est du football, mon cher...

 

Sur ce. belle dernière journée travaillée de la semaine.

 

DAZ alias Daniel Zurcher

22 juin 2018

 

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.