08/07/2018

No 189

Les ECHOS de DAZ # 189



Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres? (Philippe Bouvard)

Cette fois,comme promis, en cette période de Mondial de foot 2018, quelques commentaires sur les journalistes sportifs ou s'occupant de sport et plus précisément de football, de la RTS, qui nous serinent, ressassent, redisent et réitèrent leurs connaissances, rencontres après rencontres.

Si on les écoute souvent, à défaut de les voir, on peut les classer. Il y a ceux qui se débrouillent très bien tout seul, qui sont là depuis des décennies, qui sont sobres et qui connaissent leur métier parce qu'ils nagent là dedans. Il y a hélas aussi ceux qui ont besoin d'un consultant non pas pour leur dire santé, si soudainement ils éternuaient, mais pour meubler, pour faire comme en France, pour causer dans le poste, pour faire bien croient-ils! Dans cette catégorie, le journaliste qui reporte, comme Philippe von Burg, par exemple, est généralement très bon aussi, mais il lui faut un consultant qui redit en moins bien ce qu'il avait dit lui-même en mieux. Le pire exemple, c'est Marc Rosset, bien qu'il ne s'agisse pas de football. Le journaliste: - la balle est sortie! Marc Rosset, - oui, la balle est sortie... Avec cet exemple, vous avez tout compris, ce d'autant qu'on avait vu avant qu'ils nous le disent que la balle était sortie.

Dans un autre genre, il y a les petits nouveaux qui ont tous leurs particularités, et qui sont généralement pas mauvais du tout. La liste suivra plus bas. Seulement ces derniers ont souvent la légère tendance de s'emporter quand il y a un but (de la Suisse, par exemple, mais ce fut rare) à tel point qu'ils crient souvent tellement fort ou alors se mettent à parler si vite qu'on ne comprend plus rien de ce qu'ils essayaient de nous dire. Je pense ici à David Lemos, Matthieu Juttens, Steve Roth, Marc-André Berset, ou encore en Formule 1 automobile, le déjà ancien Fabrice Jaton. Ce dernier, lorsqu'il s'emporte avec son consultant, Luc Domenjoz (excellent), parle plus vite que ne tourne une voiture de course en 7ème vitesse sur un long bout droit

Pour les anciens, comme moi, qui écoutaient la radio ou la TSF, à défaut de la télévision qui n'existait pas encore, les reportages étaient faits par Squibbs, Vico Rigassi et son fils Lelio, Humbert-Louis Bonardelly,(que de souvenirs) et peut-être d'autres dont j'ai oublié les noms. Ces "speakers" nous racontaient les rencontres, et ils étaient bien obligés de le faire attendu que l'auditeur ne voyait rien. Bizarrement, beaucoup de nouvelles têtes à la RTS n'ont pas encore compris que les auditeurs sont devenus des téléspectateurs, qui possèdent un écran généralement immense qui voient ce qui se passe exactement, et que la nécessité de décrire ce qui se déroule a disparu complètement. Qui plus est, ce qui est étonnant, c'est que leur chef ou patron ne leur a jamais dit comment ils devaient se comporter. Seules des informations techniques ou des anecdotes deviennent alors nécessaires. Mais visiblement, la formation adéquate ne se fait pas.

Puisqu'on est dans le football, restons-y. Je n'arriverai jamais à comprendre pourquoi donc un entraîneur d'une équipe de footballeurs juniors décide d'aller visiter une grotte dangereuse et plus est pendant des pluies torrentielles? C'est pourtant pas là-dedans qu'on apprend à tirer des penalties! Espérons qu'ils s'en sortent, mais le chef, faudra le recycler...

Encore un mot au sujet des pronostics de votre échotier: 3 sur 4 de justes. Pas mal, non? La Croatie m'a trahi. Tant mieux pour elle et tant pis pour moi. Mais de 50%, je suis passé à 75% de justes. C'est pas mal. Bientôt vous aurez mon pronostic pour les demi-finales,

Et voici mon classement des journalistes sportifs ès football de la RTS:

 

First, 3 étoiles, ***

Cerf Christophe, la classe, la connaissance.

Droz Pascal, excellent s'il est seul. Très clair

Montesissa Alberto, le rigolo de l'étape. Super!

von Burg Philippe, le connaisseur al entouré.

Develey Jean-François,toute grande classe.

Pierre-Alain Dupuis, bientôt la retraite.

 

Business, 2 étoiles **

Berset Marc-André, bon mai s'excite trop.

Dominik Olivier, connaît bien les gardiens.

Grivel Joël , rare mais très efficace.

Lemos David, ne se contrôle pas toujours.

Pouiller Pierre, un peu trop pasteur, parfois.

Juttens Matthieu, parle trop vite si ça va vite.

Rossé Jean-François, pas loin de la retraite.

Roth Steve, le bon enfant tranquille.

Stéphane Rinaldi, vivant mais parfois commun.

Nicolet John , trop rare, hélas.

Scola Frédéric, bon sauf s'il s'emporte.

WaKker Brian, très prochainement plus haut.

Eco, 1 étoile

il n'y en a point, ils ont tous été surclassés.

 

DAZ alias Daniel Zurcher

08 juillet 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.