07/08/2018

No 219

Les ECHOS de DAZ # 219

 

On ne peut pas faire de cuisine si on n'aime pas les gens! (Joël Robuchon)

 

Visiblement, je n'étais pas le seul à avoir volé dans le Ju-52 (A-702 ou plus tard HBHOT). Voici un commentaire d'un ami du Sud et fidèle lecteur: - grande tristesse d’avoir appris le crash d’une Tante Ju, le A-702 ou HB-HOT, sur le Piz Segnas dans les Grisons. Je garde un souvenir marquant de ce JU 52, à 3 moteurs 9 cylindres BMW en étoile, car j’ai eu le privilège d’en être le passager avec d’autres membres des troupes d’aviation en novembre 1973 sur un vol Dübendrof - Rarogne - Dubendorf, en passant par l’Oberland bernois et les Alpes valaisannes. J’y avais surtout été impressionné par les courtes distances au décollage et à l’atterrissage. Créé en mars 1932, il avait rejoint l’armée suisse le 4 octobre 1939 pour servir jusqu’en 1982. Des passagers civils ont vécu son dernier vol pour disparaître avec lui. Et un autre lecteur me signale que dans les mêmes conditions, il a volé comme co-pilote. C'est vrai qu'en 86 ans d'existence, il doit avoir vu beaucoup de passagers...

 

 

Dans le cadre de cet accident, plusieurs experts émettent beaucoup d'hypothèses, mais personne ne sait rien pour le moment sur les causes réelles de cette catastrophe. Dans le cadre de la disparition du vol Malaysian MH370, on ne sait toujours rien après 4 ans d'enquête. Il en ira certainement de même avec de Junker qui n'était pas équipé d'enregistreurs de paramètres. Tout ceci n'a pas empêché un journaliste soi-disant spécialiste aéronautique d'écrire que si l'avion s'était écrasé, c'est parce qu'il volait trop bas. Ça, on l'avait aussi compris sans expert...

 

D'aucuns s'insurgent contre les travaux en Ville ou Canton de Genève cet été et les 41 ou 43 chantiers ouverts en même temps avec à chaque endroit un ou deux ouvriers qui brossent du sable ou remue de la terre. Ce n'est pas contre les travaux qu'il faut s'insurger, mais contre les édiles de notre Ville ou Canton qui ne sont pas foutus de solliciter un plan d'organisation. Certes, il faut faire des travaux, mais il faudrait les faire les uns après les autres avec à chaque fois tout le potentiel possible sur un chantier et en une semaine ou même trois jours, le chantier serait terminé et on passerait à un autre. Mais comme nos gouvernements se moquent éperdument de leurs citoyens, sauf en période électorales, ils accordent des travaux sans réfléchir et surtout sans donner des instructions et des délais. On est vraiment diriger par des ânes...

 

 

Bizarrement, on fait recours à l'Armée helvétique et à ses hélicoptères pour transporter de l'eau sur les alpages touchés par la canicule et la sécheresse. Je n'ai pas entendu de remarques du GSSA, le Groupe pour une Suisse Sans Armée... Au juste, quand il n'y aura plus d'armée, c'est le GSSA qui œuvrera avec des bidons.

 

"Bon appétit, bien sûr," le chef de cette émission télévisée et néanmoins grand maître de cuisine Joël Robuchon s'en est allé hier à Genève. Il mangeait pourtant bien, mais le cancer l'a tout de même emporté...Tu bouffes, tu bouffes pas, tu crèves quand même, comme disait Pierre Péchin!

 

DAZ alias Daniel Zurcher

07 août 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.