20/08/2018

No 232

Les ECHOS de DAZ # 232

 

Il ne faut pas confondre gestion et contrôle! (Nanan-akassimandou)

 

Le géant orange met en place un nouveau système de contrôle des produits appelé "M-Check". Hormis le fait qu'elle aurait pu choisir une appellation française et non anglaise, il s'agit d'affirmer que les produits "contrôlés M" sont issus du commerce équitable et dont la traçabilité s'en va jusqu'au paysan producteur. Jusque là, tout va bien, mais l'annonce montre une immense bouteille de jus d'orange. Quand on sait que les oranges proviennent dans ce cas là, généralement, des Amériques (Nord, centrale et Sud), qu'elles sont pressées sur place, que le jus est transformé en poudre ou dans certains cas congelé, que le trajet se fait par bateaux appartenant à d'immenses groupes, que le chargement est vendu jusqu'à 10 fois pendant le transfert maritime, ou avant et après, que le tout est reconstitué quelque part en Suisse ou en Europe, on se demande si la traçabilité existe encore à l'arrivée. Et en Floride ou en Californie, les petits paysans producteurs, ça n'existe pas vraiment, ce sont d'immense domaines. Encore une tentative de Migros de faire croire que tout ce qu'elle vend est parfait!

 

Visiblement, certains Français habitant les environs de Genève s'emmerdent le soir et la nuit et viennent profiter de la vie nocturne genevoise pour s'empiffrer, se saouler et se droguer, selon la Police d'ici. Puis certains "p'tits mecs des cités" en profitent pour tabasser de braves dames qui voulaient aussi s'amuser, mais tranquillement. Une fois le tabassage effectué, les mecs s'en retournent dans l'Hexagone et la Police genevoise se met à enquêter. Elle trouve les malfrats et demande alors à La France d'intervenir, d'arrêter, de punir ou que sais-je encore. Mais la France s'en fout éperdument et les troublions s'en sortent sans autre forme de procès. Je comprends mieux maintenant pourquoi certains Suisses ne voulaient pas de l'Europe!

 

L'équipe nationale suisse de football qui va fort mal en ce moment, fut-ce sur le plan du jeu (éliminée par la Suède en Coupe du Monde) et sur celui de l'administration (démission des pontes ou exclusion de joueurs) se fait couramment appelée par certains journalistes francophones qui ignorent tout de la langue de Goethe, NATI. Or, Nati vient de Nationalmannschaft en allemand et se prononce nazional. Nati devient donc nazi, et c'est un triste souvenir. Est-ce vraiment ringard de dire la Suisse ou l'équipe suisse?

 

L'éloge du Schabziger a été apprécié. Il est vrai que c'est un excellent fromage, peu commun qui s'écrit avec un B et non un p comme mentionné par erreur.

 

Puis pour terminer, Federer a perdu, mais la vie continue! Belle semaine!

 

DAZ alias Daniel Zurcher

20 août 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.