18/10/2018

No 291

Les ECHOS de DAZ No 291

 

Je ne sais pas si c'est une bonne chose de choquer... En tous cas, c'est une source d'emmerdements! (Michel Houellebecq)

 

Je n'ai absolument rien contre les maçons, profession totalement indispensable, difficile, pénible et contraignante, dont un tiers des pratiquants, en Suisse, se trouve être de nationalité suisse! Qu'ils se mettent en grève pour différentes raisons, je peux encore éventuellement le comprendre, bien qu'ils gagnent tout de même vers les CHF 6'000.00 au mois. Mais où j'enrage, c'est quand ils bloquent la moitié d'une ville pendant plusieurs heures et jours pour stopper les transports publics et embêter les automobilistes et mêmes les piétons. Le mécontentement des uns ne doit pas amener à emmerder les autres...

 

A ce propos, quand on a enfin pu prendre un bus de la ligne No 3 à la Gare de Cornavin pour aller au Petit-Saconnex et que ce même bus indique à la Servette qu'il faut le quitter et attendre le suivant parce qu'il est en retard suite à des manifestations, les maçons ont pénalisé des gens qui n'ont rien à voir avec leurs affaires... Alors les maçons étrangers mécontents en Suisse, retournez chez vous. C'est plus cool, c'est plus sympa et vous gagnerez moins! Est-ce vraiment votre désir?

 

Quand nous étions jeunes, oui oui, ça fait très longtemps, nous allions à l'école à pied et les trajets duraient souvent 20 à 30 minutes chacun si ce n'est pas plus. Puis, au fur et à mesure de la période d'enseignement, les écoles nécessitaient de faire jusqu'à 30 minutes de vélo pour s'y rendre. Passé hier à 11h30, en bus, toujours le célèbre No 3 à l'arrêt Tourelle. Une vingtaine d'étudiants au Cycle de Budé pénètrent dans lé véhicule, par ailleurs déjà bondé suite aux grèves des maçons. L'arrêt suivant "Colldon" se trouve à 300 m à vol d'oiseau via les jardins et 500 m par les trottoirs. Et bien figurez-vous qu'à cet arrêt, la même vingtaine d'écoliers est descendue du bus. Il ne faut pas s'étonner si la jeunesse devient obèse...

 

Fan du scanning que l'on peut très bien appeler "balayage" en français dans le texte, dans les grands supermarchés commençant par Mi et finissant par gros,. j'en profite aisément. Hier, la machine indique: - contrôle, appelez la préposée! Ce que je fis. L'avantage du balayage consiste, surtout en ce qui me concerne, de pouvoir tout disposer avec ordre et desiderata dans mon propre caddy, évitant ainsi des grandes manipulations inutiles ultérieurement. Mon chariot était plein et la préposée s'en est emparée. Il était tellement lourd, le chariot, qu'elle n'a pas pu le soulever pour le mettre sur la banquette facilitant le déballage. Or donc, elle a ressorti chaque objet en se baissant, et comme il y en avait bien une trentaine, d'objets, elle s'est baissée 30 fois. Elle s'est même mise à se tenir le dos au milieu de l'opération. Quand elle est arrivée au quasi fond de mon caddy, elle a vu qu'il était tapissé de nombreux berlingots de jus d'ananas. N'y tenant plus, elle me demanda combien il y en avait. Je lui répondis: - mais huit, comme indiqué sur le ticket. Et dépitée et désolée, elle ajouta:- ben je vous crois et elle remit tout en place ou à peu près. Son ticket de contrôle était exactement le même que celui que j'avais "scanné", pardon, balayé. J'ajoutai alors discrètement: - vous savez madame, le jour où je ferai un vol, ce qui n'est pas encore arrivé, ce sera de l'argent liquide et avec au moins 6 zéros après le premier chiffre, sinon ça ne vaut pas la peine. Elle a souri, s'est tenue le dos à nouveau et m'a remercié. Horreur, derrière moi, il y avait déjà une nouvelle chalande qui devait attendre pour un nouveau contrôle. Avant au moins les caissières étaient assises, maintenant, les contrôleuses doivent puiser, debout, dans les caddies... C'est la vie!

 

Vous connaissez tous ma relative allergie aux paroles de Sophie Davant, une des présentatrice idole de France Télévisions et de son émission phare "Affaire conclue". Je ne parle pas de son physique, bien au contraire, mais de ses déclarations souvent fausses et insupportables. Bien figurez-vous que je ne suis visiblement pas le seul et pas plus tard qu'hier, un fidèle lecteur me faisait parvenir la remarque suivante à son propos: Sophie Davant, c'est bientôt Sophie d'Après... Et un autre lecteur, du Sud, de m'écrire: - quand je la vois à la télé, je zappe!

 

Belle journée!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

18 octobre 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

17/10/2018

No 290

Les ECHOS de DAZ No 290

 

Une vache sans corne, c'est comme un taureau sans couille, c'est bœuf! (Proverbe valaisan)

 

Swiss, la compagnie d'aviation helvétique propose maintenant à bord des ses courts courriers du jus de tomate et le personnel de cabine se plaint parce que ça fait une boisson de plus à servir. Il y en a vraiment qui ont de graves problèmes...

 

Le clapping est une technique de kinésithérapeute qui concerne la respiration. C'est aussi une œuvre de musique. Mais, c'est surtout un mode d'applaudissement. C'est utilisé parfois lors de manifestations sportives et c'est aussi appelé Vikingclap, parce que fréquent dans le Nord. Le clapping est un applaudissement collectif caractérisé par des coups répétés sur un rythme lent, avec les mains en l'air. Il peut être précédé pour l'indication du rythme par un jeu de  tambour en quatre coups (deux noires puis deux croches). Il peut être accompagné d'un cri commun (généralement la voyelle U). Dans une version alternative, les supporters peuvent aussi crier ensemble le nom de leur équipe. Il est parfois considéré comme étant intimidant. Voici donc ce qu'0en dit Wikipedia. Tout ceci pour vous signaler qu'il a été utilisé à 3 ou 4 reprises par les spectateurs de la rencontre de football en la Suisse et l'Islande lundi passé. Quand c'est bien fait, c'est hallucinant!

 

Entendu lundi soir dans une émission de la RTS un où Toute Taxe est Comprise, sauf la redevance annuelle Billag, un commandant de bord d'une grande compagnie à bas coûts commençant par easy et finissant pat jet se plaindre du fait qu'il devait payer pour le stationnement de sa bagnole à l'Aéroport International de Genève. Je n'ai pas eu l'occasion de lui répondre, mais pendant 37 ans que j'ai travaillé sur cet emplacement, j'ai réglé mensuellement par déduction de salaire la location de ma place de stationnement réservée. Je ne vois pas pourquoi un commandant de bord qui se fait 200 mille balles par an serait dispensé des frais de stationnement de sa voiture alors qu'un manoeuvre-bagagiste les paient aussi...

 

Les belles sorties de nos télévisions: Sur France 2, mardi, émission "Affaire conclue", la présentatrice Sophie Davant à qui on montre un meuble de typographe ajoute de son "immense" savoir: - alors on peut mettre des cartes dans les tiroirs?

Typo, ça n'est pas topo, mais c'est difficile à comprendre!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

17 octobre 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/10/2018

No 289

Les ECHOS de DAZ No 288

 

J'ai toujours eu deux mots dans la vie: merci et pardon! (Jean d'Ormesson)

 

Hier midi, balade sur le lac de Genève, et disons sur le Léman pour ne pas vexer mes lecteurs vaudois, valaisans et français. La mer, non, le lac est une tache d'huile immense, pas une vague, pas un pet de vent, pas un autre bateau dans tout le petit lac. Pas besoin de tenir le gouvernail non, même mon fond plat maintien le cap sans ne rien toucher. En plus il fait beau et chaud, rien que du bonheur. Puis soudain, quelques vagues grosses et profondes, du genre de celles que font 3 navires à vapeur de la Compagnie Générale de navigation en défilé annuel. Et ça continue, et ça balance pas mal comme auraient dit Michel Berger et France Gall. Et finalement, c'est un mini tsunami avec encore 4 ou 5 immenses vagues. Et pourtant aucun bateau à l'horizon. Là, il faut tenir le gouvernail. Puis, tout s'arrête, le silence revient, le calme plat est de nouveau là et la nappe d'huile reprend ses reflets. On a certainement vécu un éboulement sous marin. Même le Léman possède des mystères...

 

Suivi un peu la rencontre de la Suisse hier à Reykjavík contre l'Islande pour la Ligue des Nations ou quelque chose comme ça. Avant que des lecteurs ne me disent joli match, formidable la Suisse, la classe les Helvètes, je préciserai qu'en ce qui me concerne, ce fut une rencontre misérable et si elle avait encore duré quelques minutes, les Islandais auraient égalisé. Quand je vois cette équipe jouer, je ne suis pas fier d'être suisse...

 

Grosse manifestation ce matin à Genève. Un cortège bloque le pont du Mont-Blanc et certaines lignes de bus ne fonctionnent plus, entend-on aux nouvelles de 09h00 sur Option Musique. Ça doit être la joie pour certains qui bossent sur la rive gauche et qui viennent du Canton de vaud...

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

16 octobre 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |