12/11/2018

No 316

Les ECHOS de DAZ No 316

 

Je vais au-delà des bornes quand je loue Corneille et en deçà quand je le critique ". (Voltaire).

 

Suite au descriptif concernant la Mosquée, une lectrice en ajoute: - les pieds, et le reste! Imaginez ce que respirent ceux qui sont perdus au milieu des rangées, au milieu de ces centaines, ces milliers de fondements souvent mafflus, qui se meuvent simultanément et en cadence, en haut, en bas et rebelote, un peu comme les flasques des soufflets, après un bon repas bien tassé de légumineuses hautement fermentescibles. Sait-on s'ils ont la climatisation au moins dans les grandes? Bon, il y a encore la pollution sonore. En tous cas, à Genève, il n'y a pas de climatisation et les voisins entendent tout...

 

Belle histoire d'une lectrice du Nord, peut-être déjà connue, mais si belle qu'il vaut la peine de la relire. Un jour, un fleuriste se rendit chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux. Après sa coupe, il demanda combien il devait.
Le coiffeur répondit: "c'est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine". Le fleuriste s'en alla tout content.
Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur trouva à sa porte une carte de remerciements et une douzaine de roses.

Plus tard, c'est le boulanger qui se présenta pour se faire couper les cheveux. Quand il demanda à payer, le coiffeur lui dit : "Je ne peux accepter d'argent, cette semaine, je fais du bénévolat".
Heureux, le boulanger s'en alla tout content.
Le lendemain, il déposa à la porte du coiffeur une demi-douzaine de croissants, avec un mot de remerciements.

Puis, ce fut le député du coin qui se présenta. Lorsqu'il voulut payer, le coiffeur lui répondit : "Mais non, cette semaine c'est gratuit, je fais mon bénévolat! Très heureux de cette aubaine, le député quitta la boutique.

Le lendemain, quand le coiffeur arriva pour ouvrir, une douzaine de députés et de sénateurs attendaient en ligne pour se faire couper les cheveux gratuitement...

Voilà, la différence fondamentale entre les citoyens de ce pays et les politiciens qui nous gouvernent.

Et il paraît que dans la file, il y avait même des chauves! Si, si!

 

Aperçu l'arrivée des invités à l’Élysée lors du déjeuner du 11 novembre 2018 avant la commémoration de l'armistice. Qu'est-ce qu'elle avait l'air de s'emm..., Madame Macron, sous la pluie et dans le froid à être léchée par des centaines d'édiles.

 

Sur ce, belle semaine à tous!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

12 novembre 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.