04/01/2019

No 004

Les ECHOS de DAZ No 004

 

Je n'ai pas de leçons à recevoir d'un blaireau qui a les sens des responsabilités aussi développé que ceux d'une mouette! (de Nos jours heureux, film)

 

Il était dans mon intention de vous parler des discours de Nouvel an, mais un lecteur et néanmoins ami du Sud n'a pas aimé mes critiques des souliers militaires, alors je le laisse s'exprimer:

 

Permets-moi juste un petit commentaire sur les chaussures militaires! J’ai porté les mêmes deux paires en cuir qui étaient de vraies pantoufles pour moi pendant toute ma période militaire. Elles ont été ré-ressemelées plusieurs fois. Tout simplement parce que nous avions suivi à la lettre les instructions de notre sergent-major à l’école de recrues, soit: 

- Brosser à l’eau chaude (avec brosse ZED) pendant près d’une heure avant de les porter la première fois; laisser sécher.

- Recouvrir de cire-crème en imprégnant totalement le cuir.

- Nettoyer tous les jours à sec (avec brosse ZED) et graisser avec la cire au moyen d’une autre brosse pour que la cire atteigne toutes les anfractuosités.

- Enlever la semelle intérieure le soir pour laisser sécher totalement la chaussure.

- Ne les porter qu’une journée, soit changer chaque jour de paire.

- Et, pour éviter les cloques, les porter avec deux paires de chaussettes (une plus fine contre le pied). Paradoxalement, il est préférable de ne pas porter des chaussettes propres avant les marches.

J’ai effectué toutes les marches imposées (de 20 à 100 km) sans aucune cloque et à l’aise dans mes chaussures.

Merci pour ce magnifique résumé. Il y a tout lieu de croire que mon sergent-major était moins bon que le sien ou alors que je n'ai pas suivi correctement le mode d’emploi.

 

Suivi quelque peu, pour une fois, une rencontre de tennis sur Internet, RTS Sport ce jeudi matin entre Tsitsiras et Federer. Il n'y a pas de commentaire et c'est formidable. On entend juste l'arbitre indiquer les points et c'est empalement suffisant. Et sans le titi Marc Rosset, c'est un vrai régal. Et qui plus est, ça fait des économies pour la RTS qui doit en faire avec la baisse de la redevance. Joindre l'utile à l'agréable, un vrai délice...

 

Selon le quotidien préféré des Genevois, la TDG, il semblerait des les blaireaux ont tendance à se rapprocher des villes en Suisse. Rappelons qu'un blaireau ou au féminin une blairelle est un animal nocturne doté d'une vision normale mais d'un odorat exceptionnel et d'une ouïe très performante. Il faut le protéger parce qu'il est rare. Par métonymie, c'est une brosse pour effectuer de la peinture ou un pinceau pour étendre la mousse à raser. En argot, c'est aussi le nez, mais surtout, un individu stupide, sans intérêt, ridicule, antipathique et grossier. Et cette dernière catégorie existe depuis très longtemps en grand nombre dans les villes suisses ou d'ailleurs.

 

Dans mes diverses appellations citées hier, un lecteur de l'Est me signifie que j'ai oublié "le grand Z" dans le domaine professionnel. Ah la mémoire...

 

"TGIF",* alors bonne fin de semaine à tous!

* Grâce à Vénus, c'est vendredi!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

04 janvier 2019

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.