No 042

Les ECHOS de DAZ No 042

 

Si tu commences à pleurer, ça n'est pas bon! (Adolfa)

 

Deux remarques sur le prix des vins dans les restaurants:

 

Bu un demi d'Aigle dans un restaurant suisse d'Interlaken dont le nom a trait au drapeau helvétique: CHF 28.00, soit CHF 56.00 le litre. Le même vin en même contenance est CHF 8.50 chez Landi.

 

Bu un demi de Gamay de Genève dans un restaurant de Genève-Cointrin qui porte le même nom qu'un tableau célèbre de Michelangelo exposé au Louvre de Paris, CHF 25.00, soit CHF 50.00 le litre. Et combien ont reçu les vignerons dans tout ça?

 

Championnats du monde de ski à Are:

Bizarrement, la plupart des panneaux publicitaires posés le long des pistes de ces courses se nomment PIRELLI. Pirelli qui doit être une marque de pneumatiques. Quel est le rapport entre des pneus et de la neige? Peut-être sont-ce des pneus-neige!

 

Dans le même cadre, la RTS a changé son consultant pour le ski et a remplacé le Valaisan William Besse par un autre Valaisan, Patrice Morisod, très bon connaisseur puisqu'il avait entraîné Cuche et Défago, et moins mauvais que le précédent en matière de langue française. Parfois, on se demande si les Valaisans parlent le même français que les autres romands... Oh là là, ça ça va créer des commentaires!

 

Toujours dans le même chapitre du sport de la RTS, certains commentateurs sportifs veulent démontrer aux téléspectateurs qu'ils possèdent en plus de la langue française, l'allemand, l'anglais, voir le "schwytzerduetsch" ou mieux dit le suisse-alémanique. Ils interviewent donc des skieurs pendant 3 minutes dans une langue étrangère et une fois l'interview terminée, traduisent en une dizaine de secondes ce que le mec ou la skieuse a mis 3 minutes à expliquer. Ces gens-là devraient savoir que l'on ne peut pas interroger quelqu'un dans une langue et faire soi-même la traduction. C'est impossible. C'est déjà extrêmement difficile de traduire instantanément, donc s'il faut réfléchir, parler dans une langue différente de la sienne, puis traduire, c'est parfaitement impossible. La RTS qui copie généralement toutes les autres chaînes devrait s'inspirer de France-Télévision qui a toujours un traducteur ou une traductrice pour ce genre d'opérations. Le téléspectateur helvétique mérite plus qu'un semblant d'interview bâclé, surtout en considération de la redevance qu'il paie chaque année à feu Billag et maintenant Serafe. Traducteur ou interprète, c'est une profession qu'il ne faut pas essayer de faire soi-même si on n'a pas été formé pour...et il m'étonnerait qu'un journaliste sportif passe l'aspirateur dans son studio sous prétexte qu'il sait le faire?

 

DAZ alias Daniel Zurcher

11 février 2019

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.