No 309

Les ECHOS de DAZ No 309

La vraie peur, c'est quelque chose comme une réminiscence des terreurs fantastiques d'autrefois. (Giy de Maupassant)

Le tremblement de terre d'hier
mentionné dans les Échos d'hier, ce tremblement en a fait tremblé plus d’un. Voici ce qu'un lecteur de l'Est et néanmoins ami signale: -tremblement à 01h50: ou tu vas te coucher à des heures indécentes ou tu es insomniaque, ma parole! Il pourrait avoir raison, mais en fait, n' l'un ni l'autre! Pour avoir vécu un grave tremblement de terre à New-Delhi il y a quelques décennies au 25ème étage d'un très grand hôtel, heureusement sans graves conséquences excepté la chute du lit, on se souvient très bien de ces sensations et ça reste ancré en soi. La réminiscence, c'est comme l'ombre du souvenir selon Joseph Joubert. Et bien un tremblement de terre, si on en a vécu un, on ressent instinctivement les suivants.

Chariots - suite -
D'un ami lecteur du Sud: - à propos des chariots baladeurs, il existe une solution utilisée au Centre commercial  de Lancy. Ces chariots disparaissant régulièrement et coûtant plusieurs centaines de francs, ils ont inspiré un système qui doit aussi valoir son pesant de cacahuètes. Ils sont équipés d'un bloqueur de roue radiocommandé ou "wificommandé" qui s'enclenche dès que l'on sort des limites du centre. Des panneaux informent les clients aux accès et sorties du centre. Si l'on fait ses courses en voiture, pas de problème dans le parking souterrain, mais impossible de rejoindre un véhicule stationné à l'extérieur avec un chariot. En cas de charges lourdes (réserves d'eau minérale ou provisions de chasselas), mieux vaut accéder au parking payant en sous-sol. Inconvénient: il arrive parfois qu'on tombe sur un chariot mal débloqué en glissant sa pièce de 2 francs. Reste à savoir si l'investissement en vaut la peine... Si ce système se répand, c'est que le jeu en vaut la chandelle. Pas bête..

Dilemme(s)
Une dame d'un certain âge se sent soudainement mal. Une amie l'accompagne dans une permanence où on lui fait des examens et l'on décide par la suite de la transporter par ambulance aux Urgences des HUG. (Il vaut mieux arriver en ambulance aux urgences des HUG, sinon on attend des heures dans des corridors sans soin). La dame est prise en charge, est soignée merveilleusement et souhaite ressortir le plus tôt possible. Mais les toubibs souhaitent encore lui faire subir d'autres examens. La dame refuse, les médecins aussi, mais c'est la dame qui commande et qui paie et elle sort alors comme prévu sans examens complémentaires. Elle continue de vivre et va de mieux en mieux et on n'en parle plus, elle est guérie. Youpie!
Mais si la dame était sortie malgré l'avis des médecins et que 3 jours plus tard, elle meurt dans son lit chez elle sans rien n'y voir, qu’auraient dit les enfants de la défunte? QUID?

DAZ, alias Daniel Zurcher
05 novembre 2019

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.