DAZette du 16 février 2020

DAZette du 16 février 2020

 

Les souvenirs enfouis au fond d'une armoire ont moins de valeur que lorsqu'ils sont enfouis dans la mémoire!

Incompréhension d'annonces tardives

Les propos tenus dimanche passé concernant le délai entre le viol de jeunes enfants et les annonces tardives après 20 ou 30 ans ont été l'objet de commenaires.

 

Il faut écouter les femmes qui expliquaient combien il est difficile de porter plainte contre ces salauds de violeurs. Critiquer les victimes d’avoir attendu des années avant de parler. Or, même si elles dénonçaient les faits, elles se faisaient harceler par des questions sans fin, pour prouver la Vérité et le plus souvent devant des hommes  qui prenaient un malin plaisir à poser des questions très intimes, difficiles à extérioriser. Les victimes se sentent seules et incomprises et se taisent mais la douleur reste à vie....

 

et encore: à propos de ta remarque sur les plaintes tardives des sportives à l’égard de leur coach, il n’y a jamais d’oubli. La parole se libère, enfin, et il faut du temps, le moment propice et l’effet des plus "courageuses". Car oui, il faut beaucoup de courage pour s’attaquer à ces mecs, même des années plus tard. 

Ceci étant dit et repris, si l'église catholique autorisait enfin le mariage de ses différents fonctionnaires, il y aurait peut-être moins de viols de jeunets. Quant aux entraîneurs sportifs,. il faudrait aussi que les parents cessent de croire que ce sont des dieux sous prétexte qu'ils ont gagné une fois des médailles ou des concours et qu'ils les surveillent de temps à autre...

 

 

Quarantaine

Hormis le fait que ce substantif signifie 40 (une quarantaine de personnes) ou encore un âge ( il est dans la quarantaine), il indique aussi une mise à l'écart ou un isolement de personnes ou d'animaux pendant un certain temps comme aurait dit Fernand Reynaud. A l'époque, la mise à l'écart lors de contagion, par exemple, durait 40 jours d'où cette appellation conservée. Qui plus est, c'est aussi un champignon (girolle annuelle). Pas facile le français...

 

Le cache-cache des TPG

Déambulant le long de l'avenue Motta, j'aperçois à un arrêt de bus une patrouille     d'agents de contrôles des documents dee transport des Transports Publics Genevois (TPG), visiblement en train d'attendre l'arrivée d'un prochain bus. Soudain le chef de la patrouille déclare: - on se camoufle, et les 4 ou 5 membres du groupement se cachent derrière des buissons tout proches. Arrive alors le bus! Les portes s'ouvrent pour laisser descendre un passager et se referment. Et le chef de commander: - on y va! Les portes s'ouvrent alors une nouvelle fois et les contrôleurs de pénétrer dans le bus.

La ruse supplée à la force : si on n'est pas lion, on se fait renard.
(Citation de
Octave Feuillet)

 

Sachets en plastic

Passant l'autre jour par devant une pharrmacie, il m'est souvenu que j'avais besoin d'eau distillée. J'achète donc un demi litre de ce précieux liquide et le paie un franc suisse. Le transport d'une bouteille étant relativement difficile sur une longue distance, je demande un sachet ou un cornet en plastic. Et la vendeuse me répond: - oui, mais ça fait 10 centimes. Etonné, je le prends et voulant le payer constate que je n'avais plus de monnaie. Je tendis alors ma carte de crédit que la dame refuse gentiment. Je sortis lors un billet de cent francs, n'ayant malheureusement pas de billet de mille et elle me rendis CHG 99.90. Il n'y a pas de petits profits... Renseignements pris, les sacs en plastic ne devraient plus être offerts dans le Canton de Genève depuis le premier janvier 2020, mais vendu pour soi-disant protéger la nature. Comme si un sac payé et perdu dans la nature polluait moins qu'un sac vendu! Et les sachets en papier, ne polluent pas non plus!

 

Gros bénéfice

3,42 milliards de bénéfice au Crédit Suisse, mais les taux d'intérêts sont toujours aussi ridicules...

 

 Sur ce, excellent dimanche à tous

DAZ alias Daniel Zurcher

La Gazette de DAZ paraît irrégulièrement!

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.