11/07/2017

No 192

La chronique quotidienne de DAZ No 192 Entendu, vu, eu ou lu ce mardi 11 juillet 2017.

    • o   Observé un couple de quidams qui regardait du tennis sur une télévision dans un grand centre commercial. Le gars dit à, visiblement, sa compagne: - tiens, il y a des ecclésiastiques qui font du tennis à Wimbledon maintenant! Et la dame de préciser: -pourquoi tu dis ça.- ben il y a Paire Benoît qui joue contre Murray Andy! Il y a encore des quidams qui ont de l'humour…
    •  
    • o   A propos tennis, la RTS n'a rien trouvé de mieux que de remettre aux côtés de Pascal Droz, excellent reporter ès tennis, le consultant Rosset pour la deuxième semaine de ces championnats anglais. Est-ce vraiment nécessaire de mettre un consultant qui répète mal ce que le journaliste dit si bien?
    •  
  • o   Le président français Emmanuel Macron est venu à Lausanne pour défendre la candidature de Paris aux Jeux olympiques. Mais ses avions ont posé à Payerne, aérodrome militaire Est-ce à cause de l'état d'urgence en France ou est-ce parce que la piste de Lausanne n'accepte pas les jets? On ne le saura jamais…

 

    •  
  • o   Entendu une définition brève de la bonne cuisine: COS comme Couleurs, Odeur, Saveur! Joli, non…

 

    •  
  • o   Entendu encore de Caroline Roux, la présentatrice de C' dans l'air: - On ne peut pas être sur le quai et dans le train! Et oui, sinon on est mal…

 

    •  
  • o   Le Tour de France repart après une journée de repos pour les coureurs et les téléspectateurs. Les téléviseurs vont encore chaufferUn homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. (Albert Camus)

 

  •  
  •  

DAZ alias Daniel Zurcher

 

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

10/07/2017

No 191

La chronique quotidienne de DAZ No 191 Entendu, vu, eu ou lu ce lundi 10 juillet 2017.

 

    • o   Sui et fin des remarques sur la nouvelle langue française transmises par un lecteur fidèle du Sud. MORALE, à force d'être inemployée a disparu. Ne demeure que "ordre moral", mais attention: connoté de fascisme. Toutefois personne ne se réclame du désordre moral. La morale n'est plus enseignée, elle est remplacée par éducation à la citoyenneté, et MOURANT: il n'y a plus de mourant mais des malades en phase terminale. Afin d'éviter une regrettable confusion ne dites pas à votre fils qu'il est en terminale mais qu'il va passer son bac! Pour désigner un mort, doit-on parler d'un individu en phase terminale? Ah ce français, quelle horreur…
    •  
  • o   Remarque justifiée d'un lecteur et ami: -tous ces instits, maîtres ou profs, étaient pour nous, à l'époque des "roille-gosses"! Et oui, les anciens se sont encore vus tirer les cheveux et taper sur les mains. Tempi passati…

 

    •  
    • o   Un lecteur attentif se plaint d'une station radio et me fait signe: Ce samedi sur France inter au journal de 19 heures, on annonce les résultats du Tour. Alors joie, larmes de joie, c'est un Français le vainqueur du jour. Alors interviews hystériques, du coureur, de son entraîneur, etc. Mais dans les bonnes cinq minutes qu'aura duré la séquence, ils n'ont pas été fichus de nous dire d'où était partie l'étape et où elle était arrivée, ce qui aurait pu intéresser quelques-uns. L'information était la-cul-naire. Comme tout cela est joliment dit…
    •  
  • o   Dans un match de football quand un joueur tombe et fait semblant d'avoir mal, un coéquipier ou un adversaire met la balle en touche pour arrêter le jeu. Dans le Tour de France, quand un coureur chute violemment et crie à la mort, les autres coureurs passent devant en le regardant. Cherchez l'erreur? Qui a dit: fair-play SVP!

 

  •  
  • o   Entendu de voisins ce matin dans le hall d'entrée: - ouf, aujourd'hui y a pas le Tour de France, on aura la paix, et sa femme de renchérir: - ouais mais y a le tennis à Wimbledon. C'est la vie…
  •  

 

Demander à quelque 'un s'il e de gauche ou de droite, c'est savoir la réponse avant d'avoir posé la question! (Natanaël Rochat)

 

 

DAZ alias Daniel Zurcher

 

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/07/2017

No 190

La chronique quotidienne de DAZ No 190 Entendu, vu, eu ou lu ce dimanche 9 juillet 2017.

 

  • o   Reçu d'un ami du Sud ces commentaires sur les modifications de la langue française qui mérite d'être retransmis: - INSTITUTEUR, longtemps remplacé par MAÎTRE D'ÉCOLE. Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l'enseignement, au bénéfice de PROFESSEUR des ÉCOLES. Tout augmente… et MAÎTRESSE, ne pas assimiler à la version féminine d'instituteur! Ce serait une professeure des écoles. Les maris n'ont plus de maîtresse mais une amie. Les épouses conservent parfois l'amant, mais seulement à cause de la connotation romantique: les moins romantiques n'ont qu'un ami aussi…

 

  •  
  • o   Quand un voisin dans une villa commence à sortir sa tronçonneuse un samedi matin vers les 07h00, la journée est mal partie! Et le pire, c'est quand l continue avec une souffleuse pour enlever les feuilles tombées de la souche! Le mec qui a inventé les souffleuses à feuilles devrait être…

 

    •  
    • o   Bizarrerie journalistique, sur la même page de la Tribune de Genève, on nous parle d'un malade aux HUG (Hôpitaux Universitaires de Genève) qui s'est suicidé avec EXIT et de Me Warluzel dont la photo n'était pas très rassurante. Cherchez l'erreur et ne tirez pas de conclusions…
    •  
  • o   Entendu hier samedi dans plusieurs bus et tramways des TPG: - Attention Mesdames et Messieurs les voyageurs, des pickpockets sont montés à bord. Plutôt que de nous dire qu'il y a des pickpockets, ils feraient mieux de les arrêter ou de les empêcher d'agir, non…

 

    •  
    • o   Entendu de Daniel Attenza, consultant cycliste du TDF sur RTS un: - plus la moyenne de la course est importante, plus la course a été rapide. Et dire qu'on paye des mecs comme ça avec notre redevance…
    •  
  • o   Vous pouvez écouter n'importe quelles chaînes de télévision en français, n'importe quel radio, n'importe quel journaliste ou reporter, mais après chaque phrase ou presque on entend:   évidemment ou bien évidemment. Ca s'appelle un tic ou un maniérisme de langage… “L'important n'est pas de guérir, mais de vivre avec ses maux.” (Albert Camus) Reçu d'un lecteur fidèle…

 

  •  
  •  

DAZ alias Daniel Zurcher

 

 

 

| Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |