25/08/2017

No 237

 

La Chronique de DAZ

No 237 du vendredi 25 août 2017.

 

Voici qu'on se remet à parler de pourboire. Il semblerait qu'en France, 16% des consommateurs ne donnent plus de pourboire dans les cafés et les restaurants.. Rappelons qu'en Suisse, une loi de 1985 avait aboli les pourboires, ou mieux dit, le pourboire est compris dans le prix des consommations comme souvent par ailleurs indiqué sur les tickets. En ce qui me concerne, je n'ai par ailleurs jamais compris ce système de pourboire. Vous donnez un pourboire à une serveuse parce qu'elle a de beaux yeux, à votre coiffeur parce qu'il a parlé pendant 15 minutes et au chauffeur de taxi parce qu'il s'est tu pendant 20 minutes. Pourquoi donc ne donne-t-on rien à un conducteur de bus qui fait pourtant des prouesses en traversant la Ville de Genève, à un commandant de bord d'un aéronef qui vous a amené à bon port malgré les nuages ou encore à un flic qui vous a collé une bûche parce que vous étiez mal stationné? Et l'on pourrait allonger la liste indéfiniment. Je ne donne plus de pourboire parce que la loi a aboli ce système, et parce qu'à CHF 4.00 pour un café qui revient à 30 centimes, le patron peut payer correctement son personnel. Dont acte!

 

Le club de football de Berne, BSC Young Boys n'a pas réussi à se qualifier pour la ligue des Champions 2017/2018 en perdant encore, hier, à Moscou. Donc pas de pourboire aux joueurs. Non, mais les titres dans la presse d'hier: - adieu les millions pour Youg Boys. L'essentiel n'était pas de participer, mais d'encaisser une vingtaine de millions pour s'être qualifié. Le sport est donc un commerce comme un autre…

 

Le PDC (parti démocrate chrétien) se cherche, lit-on partout ces derniers jours et devrait se réformer (difficile pour des catholiques de se réformer, sinon ils deviennent protestants) et se refondre. Je n'ai pas de conseil à donner à ce parti, mais s'il m'en demandait un, je leur dirais simplement de laisser tomber l'adjectif chrétien qui ne veut plus rien dire de nos jours et qui empêche les Musulmans d'en faire partie. Il existait par ailleurs une caisse maladie qui s'appelait Chrétienne Sociale Suisse et qui s'intitule dès lors CSS, ayant renie totalement le mot chrétien. Vive la Réforme…

 

Passé (à vélo électrique) le pont Butin dans les deux sens aux environs de 12h30 hier. Faut faire vachement gaffe, parce qu'il y a autant de coureurs à pied que de bagnoles sur ces tronçons à cette heure-là…

 

 

Sans doute serais-je chrétien si les Chrétiens l'étaient 24 heures par jour! (Gandhi)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

24/08/2017

No 236

 

La Chronique de DAZ

No 236 du jeudi 24 août 2017.

 

Rififi chez certains éditeurs de journaux. On parle de fusion entre Le Matin et 20 minutes. Ne serait-il pas bientôt le temps de faire un seul bon journal pour la Suisse romande?

 

Après Le matin, la Tribune de Genève, voici que GHI s'en prend aussi à la compagnie d'aviation easy jet. Vivement un seul journal romand comme ça on ne lira qu'une seule fois la même chose. Or donc des passagers rouspètent parce que certains avions ont eu du retard, certains vols ont été annulés ou certains ont fini à Lyon au lieu de Genève. Pour ma part, je viens d'effecteur 3 vols aller et retour avec cette compagnie orange, sans aucun problème si ce n'était une fois que l'on me servit une bière chaude… Mais quand une compagnie aérienne basée à Genève, fait pratiquement le 50% du trafic de l'Aéroport International de Genève avec une quinzaine d'aéronefs, il est forcément normal qu'il arrive des couacs. Le ciel est saturé en Europe et ailleurs, l'Aéroport International de Genève ferme bêtement à minuit, donc les vols retardés doivent s'en aller à Lyon qui lui ne ferme pas la nuit et quand un avion fait luit (legs) trajets entre 06h00 et 23h59, avec (un turn around), une rotation en français dans le texte, de 25 minutes, ça risque parfois de saturer au chargement et au déchargement ce d'autant que la moitié des passagers prennent des bagages de cabine beaucoup plus gros à ce qu'ils auraient droit. Qui plus est, c'est une compagnie, très sûre, (remember SR111) à bas coût, comme Aldi, Lidl ou Denner pour les victuailles. Et quand vous allez dans ces derniers établissements acheter des mandarines ou des citrons, il y en a aussi toujours un qui est pourri. Et je n'évoquerai pas ici le phénomène du Fiprofil dans les œufs bons marché français… Et alors, je dis tout haut, aux passagers d'easy jet mécontents: - prenez une autre compagnie et vous verrez la différence de prix, vous n'aurez pas de destination directe, mais vous passerez généralement par Zurich, mais vous arriverez à l'heure, quoique, pas toujours (remember SR 111)…

 

Passé précisément chez Lidl à Ferney un mercredi vers les 13h30. 4 caisses ouvertes et noirs de monde. Je m'apprête à me résigner pour faire une queue quand soudain, deux dames de la colonne, dont une non-blanche me disent en chœur: - mais passez devant Mossieur, vous n'avez presque rien. Je fus ravi, merci Mesdames…

 

Il vaut parfois mieux arriver tard que pas du tout! (easyjet dixit)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/08/2017

No 235

 

La Chronique de DAZ

No 235 du mercredi 23 août 2017.

 

Il vous souvient peut-être du détournement d'un avion DC-10 sur Genève en 1987 par un certain Hussein Hariri. La scène avait duré longtemps et les différents services de Police n'étaient pas encore au point pour contrer de tels événements. Le commandant du Service de Secours de l'Aéroport international de Genève, assez célèbre et reconnu pour son courage avait offert ses services pour se débarrasser du pirate qui siégeait toujours dans la cabine de l'avion. Mais les pontes et édiles de l'époque avaient refusé ses services sachant pertinemment que le Major en question allait régler définitivement le cas du pirate, sous prétexte qu'on n'a pas le droit de descendre un malfrat, qu'il y a la Justice à respecter, etc. etc. Tout ceci pour vous dire que les temps changent et que maintenant, après un attentat comme à Paris ou récemment à Barcelone, quand un malfrat qui a participé à l'horreur est recherché et soudainement aperçu, c'est pan, une balle dans la tête et on n'en parle plus. Et oui, tout fout le camp et un petit hommage à Roland Troyon…

 

Vu la liste des prénoms les plus donnés ces derniers temps, soit: MiA, EmmA, ElenA. SofiA, LenA, ValentinA. N'importe quoi pourvu que ça finisse en A. Mais où sont les Monique, Virginie, Danièle et autre Simone?

 

Reçu d'une amie du Sud: - un gars ouvre une taverne dans son village juste en face du cimetière et pose l'écriteau suivant: Quoi que l'on dise ou quoi que l'on fasse, on est bien mieux ici qu'en face! Et le lendemain, le curé apposa sur la porte d'entrée du cimetière: -Quoi que l'on dise ou quoi que l'on fasse, tous ceux qui sont ici viennent d'en face! Jolie réplique, non!

 

D'une lectrice attentive de l'Ouest et actuellement au Sud: - pas d'accord du tout sur les conditions scandaleuses des travailleurs en Italie. On ne peut pas "offrir" des conditions d'esclavage à ces types à qui on retire les passeports ou autres papiers d'identité. Ce n'est plus de l'accueil, c'est du profit à 100%. Pas besoin de leur offrir un hôtel 5 étoiles mais simplement de la décence, de l'hygiène  et le moyen de partir,  ça fait longtemps que ça dure, cet esclavage italien pour des tomates, pas bonnes de surcroît! On ne peut pas toujours être d'accord avec tout le monde…  

 

Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme! (Antoine Lavoisier, copié chez Anaxagore)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |