22/08/2017

No 234

 

La Chronique de DAZ

No 234 du mardi 22 août 2017.

 

Coup de gueule. Le Matin d'hier a consacré 9 pages aux migrants employés dans les champs de tomates en Italie sous prétexte qu'ils sont exploités, sous payés et doivent beaucoup travailler. L'Italie est certainement le pays qui en fait le plus dans la migration européenne d'Africains qui veulent fuir leur pays pour des raisons économiques uniquement, en les sauvant souvent de la noyade, en les accueillant, en les nourrissant, en les logeant, en leur fournissant en plus un travail, certes sous payés, mais il y a des limites. Les non-blancs qui fuient leur pays, qui sont accueillis, nourris et à qui on fournit un travail devraient être contents d'être en Europe et encore en vie. On ne peut tout de même par leur fournir à tous un poste à la direction de Novartis. de l'UBS ou de La Police. Sans racisme aucun, je déclare que s'ils ne sont pas contents, qu'ils restent chez eux…

 

Rien qu'à Genève, il y a 9 accidents de la circulation tous les jours, selon les statistiques officielles. Mais quand on voit comment certaines automobilistes se comportent derrière leur volant, il me semble que c'est peu 3'400 accidents de circulation par an…

 

Ainsi donc La France s'est dotée d'une charte de transparence sur le statut de la Première dame de France, de Brigitte Macron. C'est vrai qu'en ces périodes d'attentats et d'insécurité, elle n'avait rien d'autre à faire, La France…

 

Qu'est-ce qu'une allégorie: c'est un cri d'encouragement pour un gros singe. Selon le dictionnaire du sourie transmis par un ami lecteur du Sud.

 

Quand je suis arrêté à un feu rouge en 2ème position, et quand le feu rouge devient vert, et que la voiture devant allume ses feux de recul, je chope une trouille immense…

 

Reçu d'un ami du Sud cette petite réflexion digne d'un sujet de philo du bac:

Je suis né sans le demander,

Je vais mourir sans le vouloir,

Alors laisse-moi vivre comme je veux!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

21/08/2017

No 233

 

La Chronique de DAZ

No 233 du lundi 21 août 2017.

 

Pour commencer bien la semaine, dans le dictionnaire du sourire transmis par un ami du Sud, cette jolie définition du mot Ramadan: C'est un encouragement d'Eve à son mari pour faire avancer le bateau…

 

S'il vous arrive de prendre un avion en classe économique à l'Aéroport International de Genève, vous avez peut-être déjà noté que les contrôles de sécurité sont précédés de queues interminables prenant souvent 30 à 45 minutes d'attente. Je vous avais conté, il y a peu, le passage en force d'un soi-disant retardataire. Mais j'ai appris incidemment aujourd'hui qu'on pouvait "by-passer", que dis-je, court-circuiter lesdites queues en faisant la demande à l'AIG et surtout en payant CHF 8.00 par personne. Décidément, avec le fric, on peut tout faire et n'importe quoi…

 

Je vous avais fais part, il y a peu, des châtiments que l'on devrait imposer aux incendiaires, chronique qui avait fait couler passablement d'encre. Un ami lecteur du SUD m'envoie la note suivante: Voici une lettre de Napoléon 1er envoyée le 21 août 1809 au préfet du Var concernant les incendies de forêt. Napoléon, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, Empereur de France, au Préfet du Département du Var. Monsieur le Préfet, J’apprends que divers incendies ont éclaté dans les forêts du Département dont je vous ai confié l’administration. Je vous ordonne de faire fusiller sur le lieu de leur forfait les individus convaincus de les avoir allumés. Au surplus, s’ils se renouvelaient, je veillerai à vous trouver un remplaçant. Fait à Schoenbrunn le 21 août 1809. Napoléon Empereur. A l'époque on discutait moins et on agissait plus…

 

Et pour terminer cette première chronique de la semaine, une histoire transmise par une fidèle lectrice du Sud: Un homme âgé est arrêté par un barrage de police vers 2 heures du matin. Le policier lui demande où il va à cette heure de la nuit. L'homme répond: - je me rends à une conférence sur l'abus d'alcool et ses effets sur le corps humain, ainsi que ceux du tabac et des soirées tardives. Le policier pas convaincu demande alors: - vraiment, et qui est ce qui donne cette conférence à une 

heure pareille? L'homme répond: - comme d'habitude, ça va être ma femme." Pas joli, non…

 

En apparence, les gens ne sont pas ce qu'ils sont! (Proverbe hindou)

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

20/08/2017

No 232

 

La Chronique de DAZ

No 232 du dimanche 20 août 2017.

 

Reçu d'un ami du Sud qui se trouve être chef de place d'un champ d'aviation éphémère et estival pour vol à voile et planeurs l'anecdote suivante: - Ce vendredi après-midi, je fais découvrir à deux amis les plaisirs du vol à voile lorsque deux voitures de la gendarmerie déboulent sur notre champ d'aviation. En sortent huit flics équipés. - On nous a signalé un parachutiste qui tombait très vite par ici. On se regarde, puis soudain nous comprenons la méprise. Alors, nous expliquons à la maréchaussée la procédure du treuillage. Un câble qui tire le planeur depuis un camion (le treuil et ses 230 CV) situé à un kilomètre, filin d'acier qui se détache lorsque le planeur, déjà haut, passe à la verticale et est freiné dans sa chute par un ... parachute. Les gendarmes sont de plus en plus intéressés. Et ça tombe bien, car le prochain décollage est prévu dans cinq minutes. Nous les invitons à y assister. Ainsi, ils pourront voir ce que le témoin a pris pour un vrai parachutiste mal barré. Un des pandores a un radar portable. Au décollage, il flashe le pilote et notre Président qui est aux commandes, à 95 km/h. Avec humour, il déclare: - Quarante euros d'amende et un point de moins sur le permis! On a rien volé, on a bien volé et surtout bien rigolé. Joli, non, parmi la grisaille actuelle!

 

Quand j'entends que Donald Trump s'est débarrassé de son meilleur conseiller stratégique, Steve Bannon, je me dois de me dire que son règne va bientôt s'achever…

 

Passé au Marché de Ferney-Voltaire pour acheter un petit sac de voyage. Je fais les stands et en découvre un pas mal, mais légèrement trop petit. Arrive alors le vendeur, pas blanc qui me dit: - il est beau ce sac, hein. J'acquiesce, mais lui rétorque: - il est juste un petit peu trop petit. - Mais il est pas petit, il est grand, rétorquera le vendeur. Oui, il est grand, mais j'aimerais l'avoir un peu plus grand encore. Et le vendeur de répéter trois fois: - mais il est assez grand ce sac, il est très grand même, pourquoi tu veux un plus grand? Bref, les échanges durèrent encore un moment. Et le vendeur était persuadé qu'il était assez grand! Quand on veut se débarrasser de son chie, on dit qu'il a la peste!

 

"No tinc por"! ce qui signifie visiblement en Catalan, nous n'avons pas peur. En fait, tout le monde a la trouille, mais peut-être bien qu'en répétant sans cesse qu'on n'a pas peur, la peur disparaît…

 

Sur ce, beau dimanche à chacun!

 

Il ne faut jamais supprimer l'échelle avant que d'avoir construit l'escalier (Ghislaine Oppenheimer)y

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |