28/10/2017

No 301

La Chronique de DAZ

No 301 de samedi 28 octobre 2017

D'un fidèle lecteur de l'Ouest -au2ème degré-: - dans ce monde de brut de moins en moins raffiné nous passons Leclerc de notre temps à faire l’Esso sur des routes, pour, au Total, quel Mobil? On se plaint d’être à sec, tandis que le moteur économique, en ce temps peu ordinaire, est au bord de l’explosion, dans un avenir qui semble citerne. Il conviendrait de rester sur sa réserve, voire, jauger de l’indécence de ces bouchons qu’on pousse un peu trop loin. Il y a des coups de pompes ou des coûts de pompes qui se perdent. La vérité de tout cela sortira-t-elle du puits de pétrole? Qu’en pensent nos huiles? Peut-on choisir entre L’éthanol et l’État nul, voilà qui est super inquiétant! C'est en dégainant le pistolet de la pompe qu'on prend un fameux coup de fusil. Je vous laisse réfléchir sur cet axe-là ou sur ces taxes-là...

Les Catalans sont au bord du précipice, il est temps qu'ils fassent un grand pas en avant aurait dit erre Rabhi…

D'une fidèle lectrice du Sud: Dans la vie, il existe deux types de voleurs: Le voleur ordinaire, c’est celui qui vole votre argent, votre portefeuille, votre montre, votre téléphone, etc.  Le voleur politique,  c’est celui qui vous vole votre avenir, vos rêves, votre savoir, votre salaire, votre éducation, votre santé, votre force, votre sourire, etc.  La grande différence entre ces deux types de voleurs,  c'est que le voleur ordinaire vous choisit pour voler votre bien, tandis que le voleur politique, c’est vous qui choisissez qu’il vous vole.  Et l’autre grande différence, qui n’est pas des moindres,  c'est que le voleur ordinaire est traqué par la police, tandis que le voleur politique est le plus souvent protégé par un convoi de police. A méditer avant de choisir votre voleur…

A propos des anglicismes, commentaire d'une lectrice du Nord: -tout à fait d'accord avec vous, dans ce foutu pays, on parle déjà quatre langues plus des idiomes régionaux, soit assez pour exprimer ce qui doit être dit. On n'a vraiment pas besoin de tout mettre encore en anglais…

 Sur la route du Pont-Butin, la moitié du tapis de la chaussée a été remplacée (oui c'est la moitié qui a été remplacée) par un tapis absorbant appelé bitume phonoabsordant. C'est le jour ou la nuit ou mieux dit le bruit ou le silence! Faites un essai… 

Une cigarette est une quittance d’impôts à laquelle collent quelques brins de tabac!'

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

27/10/2017

No 300

La Chronique de DAZ

 

No 300 de vendredi 27 octobre 2017

 

C'est déjà la trois centième de 2017. Dans 65 jour, c'est 2018. Bon vendredi à tous!

 

Regardé quelque peu une rencontre de tennis à Bâle sur RTS2. Le journaliste Pierre-Alain Dupuis ne dit pas grand chose et soudain arrive dans la cabine le consultant Rosset. Si déjà Dupuis ne parle pas beaucoup ce qui est très bien en matière de tennis, pourquoi encore un consultant? Bref, Dupuis demande à Rosset: - que pensez-vous du divorce entre Magnus Norman, l'entraîneur et Stanislas Wawrinka? Long silence et Rosset dit: - ben je ne sais pas que vous dire… Puis après un nouveau long silence, Rosset va épiloguer, déblatérer, commenter pendant au moins 5 minutes sur Wawrinka et Normann, alors qu'il venait de dire qu'il ne savait pas que dire. Des consultants de cet acabit, on s'en passe volontiers et ça fera faire des économies à la RTS qui en a grand besoin… On parle toujours mal quand on n'a rien à dire! (Voltaire)

 

 

Quelle mouche a donc piqué les instances du hockey suisse? Les amateurs de sport de glace se contentaient parfaitement de l'appellation Ligue nationale réunissant les meilleures équipes du championnat. Cette saison, pour d'obscures raisons, probablement mercantiles, on a décidé de rebaptiser cette ligue National League. La LNB a hérité quant à elle du sobriquet de swiss league. Quant à la première ligue, elle est devenue Mysport league, ce qui ne veut à peu près rien dire du tout. Il semble que cela soit devenu une obligation, voire une obsession de donner à tout le sport une appellation en anglais. Une mode? Une mode malvenue en tout cas. Ici, on maîtrise parfaitement le français…(Défense du français).

 

"Taux d'alcoolémie". On lit trop dans les rubriques d'accident cette locution pléonastique. L'alcoolémie étant déjà le taux d'alcool que nous présentons tous dans le sang lorsque nous avons bu quelques verres. Il est donc ridicule et erroné de parler de "taux d'alcoolémie". Ce taux est exprimé en pour mille ou en mg/l. La limite légale dépend des pays. En Suisse, on peut conduire un véhicule avec une alcoolémie inférieure ou égale à 0,5 pour mille. Dont acte. (Merci à la DDF).

 

La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si habile, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle! (Anatole France)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

26/10/2017

No 299

La Chronique de DAZ

No 299 de jeudi 26 octobre 2017

 

Et voici maintenant que les filles sont plus intelligentes et réussissent de meilleures notes lors des examens de maturité fédérale, selon une statistique officielle. Décidément, l'égalité des sexes, ça n'est pas pour demain…

 

Hier, je vous parlais des spams, d'une attaque informatique subite avec réception de plus de 500 messages en ce qui me concerne. Ce matin, swisscom informe par presse interposée. swisscom aurait pu et du informer sa clientèle directement, hier, non…

 

Suite à la chronique anti tabac, d'un lecteur du Sud et néanmoins ami: - laissons mourir les accros de l'herbe à Nicot plutôt que de dépenser des milliards pour les soigner.

Ce préambule posé, nos Etats sont des tordus. Car soit nous acceptons la consommation de tabac, d'alcool, de drogues et laissons rouler des assassins sur les routes, soit nous prenons des mesures drastiques. Nous interdisons tout et sommes en porte-à-faux avec nos constitutions. La consommation de tabac est sociétale,

générique et génétique. Pour comprendre, il faut avoir été gamin dans les années cinquante. Nos parents et nos grands-parents fumaient. Dans tous les bistrots, dans toutes les administrations, les trains, dans les cinémas, au théâtre, au bureau ou dans les ateliers, si tu ne fumais pas, tu étais le paria. Exclus socialement et méprisé du groupe. Sur les plateaux de télévision, dans les conférences, en photographie en quatrième page de ton livre, si tu n'avais pas la clope au bec, tu n'étais pas entendu, vu et lu. La culture et la vie passaient obligatoirement par cette mode. Par chance, tout se démode .Il n'a pas tout tort l'ami, mais parfois, il faut évoluer…

 

Un ami de l'Est me signale qu'il a aussi reçu environ 250 mails sur ses deux adresses, mais qu'ils se sont rangés dans la catégorie des indésirables, ce qui facilite leur élimination. On a toujours plus malin que soi…

 

Le même ami a appris un nouveau mot: pangramme. Il s’agit d’une phrase contenant toutes les lettres de l’alphabet, mais qu’une seule fois chacune. Par exemple: Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume! Il a partiellement raison l'ami, sauf que la nécessité de n'avoir qu'une seule fois les lettres de l'alphabet n'est pas indispensable. Ainsi: Ornithorynque et kiwi, je n'ai pas vu formes plus bizarres que ces deux-là. Guy! est aussi un pangramme…

 

Le Français est le tait d'union entre les peuples de cinq continents! (Michaelle Jean)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |