18/11/2017

No 322

La Chronique de DAZ

No 322 du samedi 18 novembre 2017

 

Un tableau a été vendu près de 400 millions de francs suisses. Bravo au vendeur. Mais autant de fric, fut-ce pour un Léonard de Vinci, c'est tout de même beaucoup quand on pense qu'il y a des enfants qui meurent de faim tous les jours…

 

L'OCAN (Office cantonal des automobiles et de la navigation) envoie ses bordereaux de taxe des véhicules pour 2018 avec de la publicité pour les TPG (transports Publics Genevois). En gros, c'est laissez votre voiture au garage après avoir payé la taxe 2018, c'est autant de fric que la République et Canton de Genève encaisse et utilisez les transports publics, c'est autant de fric que la République et Canton de Genève encaisse. C'est ce qu'on appelle vulgairement: - bouffer à tous les ateliers…

 

Ai du passer et manger chez IKEA à Vernier. L'exposition est belle, immense, variée et attrayante, en revanche, le restaurant, c'est pas terrible. En plus de 1'200 jours de service militaire, je n'avais jamais si mal "bouffé". Vol au vent tiède et ramolli, sauce au lait et boulettes sans goût, frites fades, industrielles et toutes molles. Bref un désastre. Le seul truc qui était bon, c'était l'eau minérale… Si vous voulez montrer à quelqu'un ce qu'est de la mal bouffe, amenez-le chez IKEA.

 

Super service. Je passe dans une grand magasin de Ferney (et oui, parfois, la France a des trucs meilleurs que la Suisse, et meilleur marché) qui commence par Car et finit par four (vous ne trouverez jamais). J'arrive à la caisse, paie, mets mes affaires dans un cornet adéquat avec au fond un bocal de concombres. Je prends le cornet, je fais trois pas, le fond du cornet pète et le tout se retrouve par terre. Pas grave, sauf que le bocal de concombres a rendu l'âme. Le caissier précise de suite: - ne vous inquiétez pas, j'appelle un nettoyeur. Je prends un nouveau cornet, remets tout de dedans sauf les cornichons bien évidemment et le nettoyeur étant là, je m'en vais. A ce moment précis, le caissier m'appelle: - mais Mossieur, allez chercher un nouveau pot de concombres, vous avez payé cet article. Ce que je fis sur le champ. J'avais pourtant passé la caisse et la responsabilité était mienne. Sympa Carrefour…

 

Sur ce, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une excellente fin de semaine!

 

La gentillesse est le langage qu'un sourd peut entendre et qu'un aveugle peut voir! (Mark Twain)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

17/11/2017

No 321

La Chronique de DAZ

No 321 du vendredi 17 novembre 2017

 

Longs trajets dans les Transports Publics Genevois et quelques chapitres:

 

1/U quidam monte dans le tram 12 à Bel-Air avec un cornet de marrons chauds. Il les mange (les marrons, pas le cornet) jusqu'à Moillesulaz en foutant toutes les pelures parterre…

 

2/A Moillesulaz, terminus de la ligne, ledit tram reste stationné quelques minutes pour permettre au conducteur d'aller vidanger. Pendant ce temps, quelques titis du coin s'amusent à ouvrir toutes les portes depuis l'extérieur en pressant sur les boutons et en courant le plus rapidement possible…

 

3/ A Bel-Air toujours, 7 contrôleurs attendent le tram 12, tout comme moi. Le tram arrive, bondé. Un des contrôleurs s'écrire: - eh les gars, y a trop de monde, on prend le suivant! Et le chef de lui répondre: - tu viens avec nous comme tout le monde…

 

4/A Chêne, un passager monte dans le tram, s'assied à mes côtés et se met à manger un kebab qui sent fort et après quelques bouchées, la moitié du kabab tombe sur ses genoux…

 

5/Un peu plus loin, le portable d'une passagère sonne, fort. Elle répond et s'écrire au moins 4 ou 5 fois, à voix haute: - t'es où?, mais t'es où, t'es où, mais t'es où?

 

6/Vers Rive, enchevêtrement magistral de 5 poussettes à l'endroit prévu à cet effet. Il manque de place et les mamans s'excitent: - mais faites-moi de la place, j'ai autant le droit que vous…

 

7/Et finalement un dernier pour la fin. A Servette, un père (!) monte dans le bus avec son fils de 7/8 ans. Le gamin ne se tient pas correctement, met ses souliers sur le siège et le père lui fait des remarques. Pas d'obtempération du jeune. Le père soulève alors son fils pour qu'il se tienne correctement et à ce moment là, le gamin tape son père violemment dans le ventre et sur le plexus... Le père ne dit mot, mais tous les deux descendent à Moillebeau… Hier, il était question d'interdire aux parents de taper leurs enfants. Demain, il faudra interdire aux enfants de taper sur leurs parents…

 

Aujourd'hui, je reprends mon scooter, la bise est tombée et les TPG, c'est pas le pied…

 

Un coup de pied au cul fait souvent plaisir, surtout à celui qui le donne! (Pierre Dac)

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/11/2017

No 320

La Chronique de DAZ

No 320 du jeudi 16 novembre 2017

 

Un autre pays à croix blanche s'est qualifié pour la Coupe du monde de football 2018 en Russie. Il s'agit du Danemark. Il a aussi battu l'Irlande, mais du Sud en rencontre de barrage, mais lui, par 5 à 1, clairement et nettement et sans l'aide de l'arbitre…

 

Dans le même conteste, l'Italie semble être en deuil parce qu'elle ne s'est pas qualifiée pour ladite Coupe. Mais il y a des trucs plus importants que le football, non, comme les tremblements de terre, ou les immigrés du Maghreb, par exemple…

 

D'un ami du Sud qui a suivi une émission sur le paracétamol. Je n'irai pas jusqu'à affirmer que la vie était plus rose avant l'invention de l'aspirine. Les grincheux nous ressassent que c'était mieux avant. Michel Serres, du haut de son regard malicieux, nous en a fait la brillante démonstration inverse il y a quelques jours à la télé française. C'était mieux avant, mais nous avions Hitler, Mussolini, Staline, Franco, Pétain. C'était mieux avant: la seconde guerre mondiale a fait 45 millions de morts. C'était mieux avant, que de poètes, d'écrivains et de petites gens décédés jeunes de la syphilis, car la pénicilline n'avait pas encore été découverte. C'était mieux avant:- tu verras, tu vas t'éclater lorsque tu auras vingt ans, mais je me suis drôlement embêter le jour de mes vingt ans. Je ne relirai pas ce soir La Peste de Camus qui repose à deux kilomètres de chez moi, Car ce n'était pas mieux avant, tant il est vrai que c'est bien maintenant. T'as raison philosophe…

 

RTS 1, journal de 19h30: - les conférences se suivent et se succèdent en Allemagne… (Nathalie, correspondante pour la Télévision suisse romande) Et oui, si elles se suivent elles se succèdent forcément…

 

Demain, vous aurez droit à une série de chroniques sur les transports publics genevois.

 

La plongée sous-marine est belle que si on peut la raconter en surface! (Aldo, plongeur italien)

 

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |