26/01/2018

#026

Les ECHOS de DAZ # 026

 

Le seul avantage des lettres anonymes, c'est qu'on n'a pas besoin d'y répondre! (Paul Bocuse)

 

De la confusion des abréviations, d'un lecteur du Sud: Le balourd que je suis en a pris autant pour lui ce jour. Naïvement, poétiquement, fleur bleue certes un peu fanée à mon âge, je croyais dur comme fer que l'abréviation " lol " que les jeunes utilisent signifiait " lot of love ". Alors, chaque fois que je recevais ce mot, je me disais: - Chic, on m'envoie de la tendresse, de l'amour ! Or, plusieurs correspondants me tirèrent de mes rêves. Car " lol " est l'abréviation de " laugh out loud " qui signifie  rire à en perdre haleine ou mourir de rire. D'abord un peu dépité, j'en revins vite à l'essentiel. Car l'essence de l'amour a parfum d'humour. Joli, non…

 

Parmi les inepties des contrôles de vitesse par radar automatique, il y a celles des scootéristes ou des motocyclistes. Si les appareils flashent depuis le devant et que ce genre de véhicules passent à 200 kmh, il n'y aura absolument aucune sanction. En revanche, si les appareils de mesure fonctionnent depuis l'arrière des véhicules, les gars concernés n'auront plus de permis pendant quelques mois. Vous avez dit bizarre!

 

La boutade sur les de Montmollin a fait couler beaucoup d'encre. Voici un joli commentaire d'un autre lecteur du fin Sud. L’utilisation des particules est réglée de façon précise et pas toujours comme on le croit. Cela me rappelle une remarque d’un colonel valaisan de grande noblesse, dont un ancêtre avait commandé un régiment à l’étranger, qui avait fait enlever la particule ”de” avant son patronyme sur sa tenue d’assaut. Le nom seul n’a en effet pas de particule. Elle ne doit donc apparaître que lorsque le nom est précédé d’un prénom ou d’un titre (Philippe de Courten, le duc de Wessex). Lorsque le nom est employé sans prénom ou sans titre, le ”de” disparaît (les Windsor, l’écrivain La Fontaine, etc.). Il en va de même au pluriel (les Montherlant), à l’exception des noms qui n’ont qu’une syllabe sonore (les de Sèze). Finalement, il faut aussi savoir que le nom à particule ne fait pas le noble, de même que l’absence de particule ne veut pas forcément dire absence de noblesse. Merci pour cette information…

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

26 janvier 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

25/01/2018

Les ECHOS # 025

Les ECHOS de DAZ # 025

 

Je peux vivre avec ou sans toi! (U2)

 

D'un ami du Sud, une remarque sur les noms propres. - voici bien un sujet qui colle à la peau. Le mot  patronyme, d’origine grecque, signifiant étymologiquement nom du père, a été introduit dans la langue française au sens large de nom commun à tous les descendants d'une race et tiré du nom de celui qui en est le père. Et pourtant, c'est d'un nom propre dont il est question et qui s'en lave les mains. Une fois encore, le masculin l'emporte sur le féminin, mais c'est un autre débat. De même que certains patronymes ne sont pas évidents à porter et que l'on aurait préféré être affublé de celui de sa mère. Nous connaissons tous des amis, des copains, des voisins, des inconnus qui sont affublés par une marque de fabrique qui mérite le carré blanc. Tel un tatouage indélébile. On peut même parfois s'appliquer personnellement la compresse. Comme vous en avez tous à l'esprit, je fais confiance à vos souvenirs et tourne la page de vos délires et de la boucherie Sanzot de Moulinsart. Inversement, je connais des personnes qui ont de très beaux noms de famille, mais qui ne les supportent pas. Ou plutôt ont du mal à les assumer, quand bien même aucune histoire scabreuse ne serait venue éclabousser la vie et la réputation familiale. Il convient alors de faire preuve de persuasion pour donner goût à notre nom. Exemples: Bruciamacchie. Car dans la folie de mon imagination, il vient étymologiquement de l'allemand  "Brücke" qui signifie le pont et du français "maquis". Car en français existe le mot nerprun qui désigne une petite plante aux fruits sombres, le prunier noir. Or, la racine remonte à la bruque épeine. Monsieur Boué est capitaine aux longs cours, Madame Widmer est sage-femme, Monsieur Blanc est Noir et Lenoir est blanc… Dont acte!

 

A propos des noms, il me souvient cette anecdote. Un militaire nommé de Montmollin était systématiquement appelé Montmollin par son sergent-major et à chaque fois il faisait corriger son nom en disant à son supérieur, mon nom c'est de Montmollin et non Montmolélin. Le sergent-major en a eu marre et le lendemain, lors de l'appel matinal, il fit sortir des rangs le soldat en question et lui servit:

De Montmollin,

Demain matin

De bonne heure,

De corvée

De chiottes.

…et l'affair5e fut réglée…

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

25 anvier 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

24/01/2018

Les ECHOS #024

Les ECHOS de DAZ # 024

 

L'intolérance ne produit que des hypocrites ou des rebelles, quelle funeste alternative! (Voltaire)

 

Les quidams qui manifestent contre la venue de Trump au WEF (FEM) de Davos ou tout simplement contre le Forum lui-même sont des ânes. 1/Tout d'abord, Trump a été élu président des Etats-Unis d'Amérique et même si on n'est pas d'accord avec lui, il n'en demeure pas moins le président des USA et il a été élu par plus de 60 millions d'électeurs américains. 2/Davos en Suisse tient un Forum dont on parle dans le monde entier et même si on est contre les milieux économiques, il est bon de parler de l'Helvétie, chaque fois qu'on le peut. 3/Il y aura aussi le président de la France, Emmanuel Macron à Davos, et personne ne manifeste contre sa venue alors que 45% des Français ne l'ont pas élu. 4/Le chef de la Police des Grisons a interdit les manifestations à Davos parce qu'il a suffisamment à faire avec le Forum sans encore s'occuper des troublions qui vont foutre le feu à des bagnoles ou casser des vitrines. L'impartialité, c'est aussi reconnaître l'adversaire et le laisser s'exprimer…

 

Ai souhaité de bons vœux à un ami qui avait son anniversaire et qui m'a répondu si gentiment ainsi: - Merci de vos vœux. Mais qu'est-ce qu'un jour au regard de tous les autres. Dans ce monde ici où la lutte pour le pain quotidien a pris la forme pour la plupart d'un travail régulier et d'une caisse de retraite relativement bien garnie, la peur n'est plus à fleur de peau et la fraternité qui servait jadis d'assurance sociale non plus!

 

Hier je vous narrais la détresse d'un bébé qui n'arrivait plus à respirer dans un bus des TPG. Aujourd'hui, je suis surpris de remarquer que parmi le public de l'Open d'Australie à Melbourne, il y ait des poupons qui se mettent à pleurer à quasiment minuit, en plein rencontre. Que fait un bébé dans un stade de 15'000 places au milieu de la nuit en français? N'y a-t-il pas de "babysitter" pardon de baby-sitter en français, (C'est vrai que baby-sitter, c'est plus court que - personne rétribuée et engagée par des parents pour garder occasionnellement des enfants en bas âge) selon Larousse.

 

Reçu d'un ami du Sud: - il ne faut pas s’étonner que des supporters de matches de football réagissent violemment quand ils ont entendu des propos tels que vient de les tenir un capitaine avant le match qui va opposer son équipe dans un derby. Ou alors je me trompe: - on peut respecter l’autre équipe, mais faut pas trop la respecter. On est des guerriers! Pour avoir participé à l'étude des groupes de travail traitant du hooliganisme j’ai souvent entendu dire que les actes violents des supporters rendaient indirectement service aux équipes concernées. Cela ne m’étonne donc pas du tout de constater que ce sont les joueurs eux-mêmes qui incitent à la violence. Certes, il y a aussi des exceptions! Que voilà un point de vue censé…

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

24 janvier 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |