- Page 4

  • No 022

    Les ECHOS de DAZ No 022

     

    Je suis capable du meilleur comme du pire, mais dans le pire, c'est moi le meilleur! (Coluche)

     

    Le Conseil municipal de la Ville de Genève se demande ce qu'il faut faire pour que la confiance revienne à la suite de leurs abus sur les frais personnels? La première chose à faire, c'est de les rembourser, c'est pourtant simple et clair!

     

    Entendu dans un corridor à propos du tournoi de Melbourne: quand on joue contre Tsitsipas(se), c'est normal qu'il passe au tour suivant...

     

    Les Chambres fédérales s'occupent à nouveau du loup en Suisse. S'il n'y a rien de plus important, c'est que tout va bien chez nous...

     

    Les belles sorties de nos radios; Option Musique, lundi, 09h00. En parlant de la nouvelle application du Pape, "click to pray", "cliquez pour prier" la journaliste traduit en "cliquez pour payer". Certes, elle a corrigé par la suite, donc c'était un lapsus linguae. A ce propos, l'application est gratuite pour le moment, mais pendant combien de temps?

     

    Après 19 jours en 2019, il y a déjà eu 2 meurtres à Genève. Si le taux reste le même, ça va en faire 38 à la fin de l'année. Ça ne sera plus Genève, mais Chicago...

     

    Aperçu ce lundi matin un quidam qui déambulait avec une immense valise sur roulettes en face de l'entrée de l'Hôtel Intercontinental. Puis il vira à gauche pour s'en aller vers une belle demeure dont la cour est pavée à l'ancienne avec de grosses pierres comme au 16ème siècle, par exemple. Les roulettes de sa valise supportaient mal les gros pavés, mais le mec avançait avec l'énergie du désespoir, semble-t-il tant et si bien qu'au bout de quelques mètres de parcourus, la valise explosa carrément et apparurent chemises, souliers, dentifrice et autres ustensiles parmi les pavés. Au 16ème siècle, on avait des malles et des porteurs...

     

     

    DAZ, alias Daniel Zurcher

    22 janvier 2019

    Lien permanent 0 commentaire
  • No 021

    Les ECHOS de DAZ No 021

     

    C'est important de ressentir es émotions sur un court de tennis! (Justine Henin)

     

    Le commentaire d'hier sur la joueuse de tennis qui crie, que dis-je qui gueule a créé pas mal de remarques. En voici une très intéressante d'un ami et lecteur de l'Est: - Effectivement hier, en regardant certains passages de ce match Muguruza Blanco - Bacsinszky j'ai arrêté le son pendant les échanges, tellement les cries animaliers de franco-vénézuélienne me dérangeaient. Et en la voyant après les échanges je n avais pas l'impression que ses efforts avaient été surhumains!

    Autrefois ce sport était marqué par le respect, le fair-play, un code vestimentaire strict. Au public on demandait, et on le demande encore aujourd'hui, de garder un silence absolu aussi longtemps que la balle est en jeu.

    Les temps changent d'accord, les tenues sont colorés (ce qui n'est pas pour déplaire) mais que de tels aboiements, émanant du monde des animaux sauvages ou des guerres médiévales ne peuvent pas être sanctionnés par des points de punition dépasse ma compréhension. Car je trouve que c'est un manque de respect vis à vis de l'adversaire, et aussi du public. Car bien que le tennis est devenu un sport plus musclé et la technique plus violente, on ne va pas me dire que les efforts des Borg, Connors, McEnroe, Navratilova, et d'autres encore étaient moindre que ceux des joueurs actuels. Et, à part des expressions de mauvais humeur de certains, je n'ai jamais entendu de tels bruitages autrefois.

    Mais c'est malheureusement à l'image du monde actuel, d'une sorte de "brutalisation", de manque de respect et de fair-play en politique et bien d'autres domaines.
    Toi tu dirais "tout fout le camp"., moi, j'appuie sur le bouton "off" (ou "arrêt" en français). Tout à fait d'accord, l'ami!

     

    Et dans le même ordre d'idée, quand des spectateurs applaudissent parce que l'adversaire de leur favori a commis une faute, ça m'est plus très vraiment du "fair-play svp"!

    Sur ce, excellente semaine à tous!

     

    DAZ, alias Daniel Zurcher

    21 janvier 2019

    Lien permanent 0 commentaire
  • No 020

    Les ECHOS de DAZ No 020

     

    La vraie résistance ne consiste pas seulement à manifester symboliquement le week-end, elle consiste à changer efficacement les données du monde! (Arundhati Roy)

     

    Les jeunes qui sont allés manifester pour le climat en vélomoteur ou en scooter me rappellent étrangement un vieux pasteur de ma région d'origine qui n'avait de cesse de dire: - faites comme je dis, pas comme je fais... Ça me fait aussi penser aux verts écolos qui consacrent chaque premier août quelques centaines de francs pour acheter des pétards, fumigènes ou autres feux d'artifice, et qui courent pour voir les feux de Genève...

     

    Suivi d'un œil une rencontre de tennis aux championnats de Melbourne. Qu'est-ce que ça fait du bien d'entendre et d'écouter le journaliste Pascal Droz, excellent, sans les borborygmes du vieux titi Marc Rosset. Et en plus, ça crée des économies pour la RTS...

     

    Dans le même sport, avec Garbine Muguruza Blanco, la joueuse vénézuélienne qui a battu l'Helvète Timea Bacsinszky - oh là, que c'est difficile à écrire ce nom -, c'est l'orgasme à chaque coup. Elle doit pouvoir faire le bruitage dans un film porno sans problème...

     

    Dans le bus No 8, vendredi en fin d'après-midi, avec mon Labrador, une dame bien sous tous les rapports entre à l'arrêt Florissant avec un chien genre bichon ou Westie, c'est à dire très petit et bas sur pattes. Voyant mon molosse, il se met à aboyer vivement et fortement ce qui excite à peine mon chien. Je lui dis, pourtant, à mon chien, pas à la dame, et à voix basse: - tu ne t'excites pas pour un plumeau! Et la dame de me lancer à haute et intelligible voix: - plumeau toi même, espèce de vieux (et un mot incompréhensible). Je n'ai rien répondu, mais j'ai dit à mon chien: - t'entends, je te parle et c'est une dame qui répond à ta place...

     

    Il fut un temps où la skieuse qui s'appelait Lara Gut gagnait tout. Maintenant qu'elle s'appelle Behrami, elle végète dans les bas fonds des classements. Ski et football ne font pas bon ménage...

     

    Les belles sorties de nos télévisions, RTS 2, samedi, 13h37, interview du skieur français et annecien Johan Clarey: - j'ai bien skié jusqu'à la fin, mais après, moins bien... Effectivement, après la fin, il n'y a plus besoin de bien skier!

     

     

    Sur ce, excellent dimanche à tous mes lecteurs!

     

    DAZ, alias Daniel Zurcher

    20 janvier 2019

    Lien permanent 0 commentaire