21/05/2018

No 141

Les ECHOS de DAZ # 141

 

On ne peut pas toujours gagner!

 

Ainsi donc, en finale des Mondiaux de hockey sur glace au Danemark, la Suisse a trébuché contre la Suède pour finir par perdre aux tirs au but. Et toute la presse helvétique (sûr que pas la suédoise) crie à l'injustice. Tout d'abord, quand on passe aux "penalties" comme on dit communément, ben il faut bien qu'il y en ait un qui perdre. Alors quand c'est votre équipe préférée qui perd, on crie à l'injustice, mais si elle gagne, c'est l'adversaire qui se plaindra de cet état. Donc il faut savoir perdre, même aux tirs au but.

 

La Suisse s'était donnée pour mission se se qualifier pour les quarts de finale. Elle a réussi. Puis le nouveau but fut de jouer les demi-finales, ce qu'elle a aussi parfaitement réussi. Et enfin, elle voulait gagner la finale. On ne peut pas tout réussir du premier coup, et il faut parfois se contenter de réaliser ses buts et ses rêves sans en vouloir toujours plus ou aller toujours plus haut. Les espoirs, c'est bien, mais il faut de temps à autres savoir se limiter.

 

Finalement, si la Suisse a échoué, c'est aussi parce que ses joueurs ne savent pas tirer des penalties ou mieux dit ne savent pas les concrétiser. Et ça, ça s'apprend. Mais il faut commencer à apprendre bien avant qu'on en ait besoin.

 

Alors, la Suisse, deuxième des championnats du monde 2018, je dis bravo et chapeau! Surtout quand on se souvient, il y a peu, de la débande de cette même sélection il y a quelques semaines aux Jeux Olympiques d'hiver de Corée du Sud.

 

Sur ce, très belle semaine à tous, surtout qu'elle commence par un jour férié...

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

21 mai 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

20/05/2018

No 140

Les ECHOS de DAZ # 140

 

Je suis contre les femmes, tout contre! (Sacha Guytri)

 

(Citation aimablement transmise par une lectrice du Sud-ouest).

 

Hier, j'évoquais le racisme. Entendu ce midi sur RTS 1: - ce qu'il y a de bien avec le mariage du prince Harry et de la mulâtre Megan, c'est que s'ils ont des enfants, il y aura enfin un descendant bronzé chez les Windsor! Ne serait-ce pas aussi une forme de racisme?

 

Toujours à propos de racisme et de sport, il me souvient encore et aussi d'une rencontre de 2ème ligue dans le Canton de Vaud dont le vainqueur était promu en première division. Elle avait lieu à Aigle et l'adversaire était Gland. J'avais eu la chance d'arbitrer cette rencontre qui se solda par la victoire d'Aigle, sur le score serré de 2 - 1. Le lendemain, j'avais lu la presse locale d'alors et dans le Journal L'Est vaudois, il était mentionné: - excellent arbitre de M. DAZ de Genève. Dans le Journal L'Ouest vaudois, Feuille d'Avis de la Côte, il y avait aussi un reportage sur cette rencontre qui se terminait par: - exécrable arbitrage de M. DAZ de Genève. Cherchez l'erreur...

 

Aux Championnats du monde de hockey sur glace, la Suisse a encore gagné. Cette fois-ci contre le Canada. Elle est qualifiée pour la finale. La presse n'a plus de qualificatif! Quand on exagère avant la fin, on ne trouve plus les bons mots.

 

Sur ce, excellent dimanche à tous!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

20 mai 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

19/05/2018

No 139

Les ECHOS de DAZ # 139

 

La femme est la dernière chose que le bon Dieu a faite. Il a du la faire un samedi soir, on sent la fatigue! (Alexandre Dumas)

 

(Cette citation va encore m'attirer des ennuis, mais il faut bien rire de temps à autres...)

 

Hier, samedi, 07h59, réveil radiophonique en douceur et les nouvelles: - un avion s'écrase à Cuba faisant plus de 100 morts, un tireur abat une dizaine d'étudiants au Texas, un attentat fait plus de 40 morts quelque part en Afghanistan, 2 heures d'attente à l'entrée du tunnel du Gothard ce samedi de Pentecôte... On fait quoi, on se retourne et on se rendort ou on pleure déjà tôt le matin?

 

C'est Pentecôte! C'est quoi Pentecôte? C'est une fête chrétienne, 7 semaines après Pâques qui fête la descente du Saint-Esprit sur les apôtres. Si jamais vous le voyez passer, le Saint Esprit, faites signe...

 

En sport, il est de plus en plus parlé des agressions verbales racistes à l'encontre des joueurs non-blancs ou encore en provenance de pays de l'ex-Yougoslavie, par exemple. Certes, ces agressions sont intolérables, insupportables, mais elles sont là et il faut faire avec. Le monde est ainsi fait qu'il y aura toujours des remarques de ce genre, et pas seulement dans le sport. Et chacun est raciste et qui n'a jamais dit dans sa vie: - c'est évidemment des Espagnols, c'est sûrement des Youvous, forcément, c'est des Juifs ou encore plus près de chez nous, c'étaient des Suisses allemands, alors... etc. Donc le racisme est latent, et avant que de critiquer celui des autres, il faudrait commencer par soi-même.

 

Ces derniers temps, donc, on prête une attention particulière au racisme dans le sport, et c'est tant mieux. Ce qui est bizarre, c'est que sur les stades et autres terrains sportifs, dire à un non-blanc "sale nègre", c'est inacceptable et généralement puni après enquête, mais dire à un arbitre "sale con", c'est courant, normal, fréquent et personne ne s'indigne, sauf peut-être l'arbitre! Pour avoir œuvré pendant plus de 35 ans dans ce domaine, en tant qu'arbitre d'abord, puis inspecteur et ensuite instructeur, j'ai tout entendu dans ce domaine, et il faudrait trois numéro spéciaux des Echos pour faire une liste qui ne serait même pas exhaustive, des injures proférées, et même souvent par des gens dits respectables et membres de la bonne société contre les arbitres lors des rencontres. Pour la petite histoire, une association de football qui s'occupe donc de l'administration du championnat de football cantonal avait établi une liste des injures proférées par des joueurs vis-à-vis des arbitres. Elle servait avant tout aux arbitres qui étaient censés faire un rapport après les matches et qui ne tenaient pas forcément à écrire noir sur blanc que le numéro 9 de l'équipe bleue l'avait traité de tel nom d'oiseau. Ainsi donc, l'homme en noir (à mon époque), dans son rapport se référait à la liste numérotée des injures et inscrivait par exemple: joueur No 9, équipe bleue, 55ème minute m'a insulté en prononçant 118, ce qui signifiait selon la liste en question (gros con), C'était plus facile pour chacun, attendu que l'administration punissait par la suite le joueur en fonction de la gravité et de l'intensité de l'insulte. Ce système a été appliqué à la perfection par tous jusqu'au jour où ladite liste des insultes a été connue par les joueurs. Il me souvient alors qu'un joueur d'une équipe importante de 2ème ligue de Suisse qui n'avait pas été d'accord avec une de mes décisions dans une rencontre importante pour l'ascension en ligue supérieure était venu vers moi et m'avait dit à haute et intelligible voix: 11, 56 et 128, ce qui voulait dire en clair: connard, va t'acheter des lunettes, et va te faire (enc...). Réglementairement, je n'ai pas pu lui montrer un carton rouge synonyme d'expulsion parce qu'il n'avait rien dit de mal. J'ai appris par la suite que le joueur en question était avocat. Le système n'a plus été appliqué par la suite. Alors le racisme est partout, mais il fait plus mal chez certains que chez d'autres. Dont acte!

 

Sur ce, excellent long congé...

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

19 mai 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |