Dzudzu - Page 3

  • La DAZette du 12 janvier 2020

    DAZette du 12 janvier 2020

     

    (Échos et chroniques de DAZ paraissant désormais aléatoirement)

     

    L'écriture est un remède à l'insupportable! (Corinna Bille)

     

    Aéroport International de Genève

    De retour d'un périple de fin d'année, on atterrit le samedi 4 janvier 2020 sur le coup des 17h00 après un magnifique vol entre Nice et Genève qui a duré, sol-sol, exactement 44 minutes. Vive l'aviation.

    Puis l'attente pour la réception des bagages sur les appareils distributeurs prévus à cet effet dura exactement 56 minutes. Un message par haut-parleur transmis toutes les 5 minutes indiquait qu'à la suite de modification des tapis roulants, la distribution des bagages était retardée. Des milliers de passagers se plaignaient, et certains durent attendre encore plus longtemps. Cherchez l'erreur!

    Qui plus est, le stationnement des voitures venant chercher un passager à l'AIG qui coûte normalement entre un et deux francs fut taxé à CHF 7.00. Il n'y a pas de petits profits!

     

    Bonne année

    En 2019, les premiers vœux de bonne et heureuse année ont été reçu via un courriel le 13 décembre 2019. Il semblerait que la coutume veuille que l'on puisse souhaiter une belle année jusqu'au 31 janvier de l'année suivante! Un jour viendra où l'on pourra se souhaiter bonne année, toute l'année.

     

    Les contrôles de sécurité

    Je me suis souvent demandé à quoi servent les contrôles de sécurité dans les aéroports et les terminaux maritimes. On vous fait enlever votre veste, votre ceinture, parfois même les souliers. On vous demande et redemande vos papiers et vos cartes d'embarquement. On vous fait enlever votre chapeau ou votre casquette et votre écharpe, et on vous fait jeter votre bouteille d'eau. Mais on ne voit pas le couteau militaire que vous avez dans votre poche! Ah, j'oubliais, une machine à scanner coûte environ CHF 50.000.00 pièce. Dans chaque terminal, il y en a environ une vingtaine et parfois même plus. Il y a 3'864 aéroports commerciaux dans ce bas monde et pratiquement autant de terminaux maritimes. Alors faites le compte du "business" que ça représente...

     

    Les arbres abattus

    On lit sans cesse que des quidams généralement verts et écolos se plaignent que le Service des Espaces Verts (SEVE) du Canton ou de la Ville abattent des arbres. Mais je n'ai jamais entendu quelqu'un se plaindre des cent mille sapins de Noël, coupés, vendus, ayant servis à Genève et ailleurs à y mettre des bougies pendant quelques heures ou jours et qui traînent ensuite dans les rues pour être jetés en décharge.Cherchez l'erreur?

     

    Tu couches

    Déjà tout petit, j'entendais de ma mère qu'une actrice qui voulait réussir dans le cinéma devait "obligatoirement" coucher avec son producteur ou son metteur en scène. Et maintenant, il y a beaucoup d'actrices, qui après avoir réussi leur carrière s'en prennent aux metteurs en scène ou autres financiers de leur avoir fait subir des trucs pas forcément racontables. Cherchez l'erreur?

     

     

    Il n'y a pas de hasard, il n'y a que de la coïncidence?

     

    La Gazette de DAZ paraît irrégulièrement!

    DAZ alias Daniel Zurcher

    Lien permanent 0 commentaire
  • No 350 et dernière

    Les ECHOS de DAZ No 350

     

    La coutume est une seconde nature qui détruit la première (Blaise Pascal)

     

    Cé qué l'aino

    Il est de coutume, lors des rencontres de hockey sur glace du Genève-Servette à la patinoire des Vernets à Genève que juste avant le début du match, l'"hymne" cantonal genevois "Cé qué l'aino" est joué par un musicien et chanté par le public souvent fort nombreux, ce d'autant que les paroles sont affichées, genre karakoe sur un immense écran. C'est souvent fort joli et à la fin du chant, le public scande trois fois Servette, Servette, Servette. On se trouvait, une équipe, l'autre soir, 12 décembre, commémoration de l'Escalade, dans un établissement public près de la Jonction pour y prendre un repas. Les restaurant était bourre plein, bien évidemment. A peu près à l'heure du café, une troupe de jeunes se rapplique dans le bistro et se mette à chanter le "Cé qué l'aino", fort bien, d'ailleurs. Silence complet de l'assistance pour mieux écouter. A peine le dernier mot de la chanson prononcé, "Genevois" que tout le bistro s'est mis à crier: - Servette, Servette, Servette!. Parfois la mode rattrape la coutume!

     

    La classe

    En balade l'autre jour dans mon quartier avec le chien, j'observai quelques minutes de repos pour mes jambes et pour le chien, si vous voyez ce que je veux dire. Passe alors une jeune dame qui nous regarde et qui soudain déclara: - avez-vous besoin d'aide, Monsieur? Nous n'avions besoin de rien, ni l'un, ni l'autre, m,ais la question nous a fait chaud au cœur. Il y a encore des quidams qui se préoccupent des quidams...

     

    La der

    Cet Écho No 350 est le dernier de cette année. En plus de 4 ans, vous avez reçu 1'500 chroniques d'abord, Échos ensuite.

    Dès 2020, vous pourrez lire la DAZetrte qui ne paraîtra plus tous les jours, mais aléatoirement et irrégulièrement en fonction des événements.

     

    Belle fin d'année à tous et jolies fêtes.

     

     

    DAZ, alias Daniel Zurcher

    16 décembre 2019

    Lien permanent 0 commentaire
  • No 349

    Les ECHOS de DAZ No 349

    Faites comme je dis et non comme je fais! (Mathieu)

    Achetons local
    Suivant les conseils avérés des spécialistes et des donneurs de bons conseils, justement, il m'arrive de faire mes achats de produits frais auprès de la Ferne de Budé au Petit-Saconnex. Bon, c'est paraît-il meilleur, mais c'est plus cher et c'est surtout local. Ce samedi, j'y ai fait un saut. Il y avait en action des mandarines d'Espagne, des kakis du Chili, des kiwis de Nouvelle Zélande, des ananas du Kenya, du gingembre de Chine, s oranges du Maroc et des nectarines de Tunisie, j'en passe et des meilleures et d'encore plus loin. Ne trouvant pas la ciboulette nécessaire à une sauce, je m'enquis (oh, joli passé simple du verbe s'enquérir) auprès du patron de l'établissement où se trouvait la ciboulette. Et ça réponse fut: - il n'y en a pas chez nous en ce moment et ça ne vaut pas la peine de l'importer ou de la cultiver sous serre. C'est évidemment plus rentable de vendre des ananas ou des kiwis qui ont fait entre autre 10'000 kilomètres en avion que de la ciboulette à 1 balle et 10 centimes les 10 grammes ce qui ne fait que CHF 110.00 (cent dix francs suisses) le kilo. Du coup, sur mon parcours, il y avait un grand distributeur orange commençant par Mi et finissant par gros qui avait de la ciboulette du pays, des nectarines de Tunisie, des mandarines d'Espagne, des ananas du Kenya, des kakis du Chili, du gingembre de Chine etc. Cherchez l'erreur... Et vive le commerce dit local!

    Vive La France
    Le vent a soufflé fort en France, donc il y a 50'000 ménages privés d'électricité depuis et pendant quelques jours. Si La France consacrait autant de fric à ce que leur coûte les grèves pour parfaire leurs installations électriques, il n'y aurait plus jamais de panne. Cherchez l'erreur!


    Bon, c'est dimanche, c'est congé, sauf pour le Léman Express et le CEVA qui commencent aujourd'hui. S'ils commencent, parce qu'il y a des grèves...
    Belle journée à tous!

    DAZ, alias Daniel Zurcher
    15 décembre 2019

    Lien permanent 0 commentaire