12/04/2017

No 102

 

La chronique quotidienne de DAZ No 102 Entendu, vu, eu ou lu mercredi 12 avril 2017

 

Anecdote souvenir. Il fut un temps, où militairement j'occupais un poste dans le renseignement auprès des Troupes d'aviation devenues maintenant Forces Aériennes.

 

Comme chacun peut le comprendre aisément, le renseignement est plus nécessaire lors de conflit et bien heureusement notre Armée n'a pas eu de guerre à subir depuis fort longtemps. Ainsi donc, le préposé aux renseignements que j'étais n'avait pas grand chose à faire pendant ce qu'on appelait à l'époque des cours de répétition.

 

Le commandant suprême de la place aéronautique militaire sur laquelle je me trouvais me confia donc, entre autres, la tâche de m'occuper des demandes de congé et autres dispenses. Comme il y avait en gros 2'000 militaires sur cet aérodrome, la mission était considérable, chaque soldat ayant toujours un quelconque désir pendant ces 3 semaines pénibles.

 

Le commandant m'avait spécifié que j'étais suffisamment grand, fort et humain pour décider tout seul de ces demandes et que seulement en cas de gros doute, je pouvais le consulter car il avait d'autres choses bien plus importantes à faire.

 

Je distribuais donc selon mes humeurs du jour les congés à droite comme à gauche. Un jour, toutefois, je reçus une sollicitation pour un congé d'une journée avec comme motif de l'intéressé: - je dois absolument repeindre les volets de ma maison! J'avais vu beaucoup de demande du genre naissance, enterrement,  décès, maladie d'un proche, etc. mais un truc

aussi bizarre, encore jamais.

 

J'en référai donc à mon supérieur hiérarchique en lui demandant que faire en pareille situation? Le lendemain, je reçus de mon chef le document paraphé en rouge où il avait noté: - pour les volets, c'est non, mais si c'est pour aller tirer un coup, accordez-lui un jour!

 

Je transmis donc l'autorisation à l'intéressé qui me remercia avec un sourire en coin et le commentaire à peu près ainsi: - il y a quand même des chefs dans notre armée qui sont proches des hommes… A la fin du cours, on le nomma appointé pour bons et loyaux services.

 

Tout ceci date de 50 ans, il y a donc plus de secret et prescription…

 

  • o   La politique, ça n'est pas entre le bien et le mal, c'est entre le pire et le moindre mal! (Eric Fotorino)    
  •  
  •  
  •  
  • DAZ alias Daniel Zurcher
  •  

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

11/04/2017

Bo 101

La chronique quotidienne de DAZ No 101 Entendu, vu, eu ou lu mardi 11 avril 2017

 

  • o   Remarque pour les Suisses qui n'achètent pas en France selon le principe, "je vis en Suisse et j'achète en Suisse", et à qui je tire mon chapeau bien bas. Mais quand on constate que les Biscuits Kambly, fabriqués à Truebschachen dans le bel Emmental sont vendus moins chers chez Carrefour à Ferney qu'à la COOP ou ailleurs en Suisse, (sans tenir compte d'une offre spéciale quelconque) on se demande bien pourquoi on n'irait pas en France acheter les biscuits Kambly. C'est bien d'être chauvins et nationalistes, mais faut pas être cons, quand même…

 

    •  
    • o   Un néologisme, un de plus, a fait son apparition: phablette, nom féminin. Il s'agit de la combinaison entre un téléphone portable (phone) et une tableltte.
    •  
    • o   Et pour ceux qui "Tweetent", "Instagramment" ou "Facebookent", un "follower" est en bon et vieux français un abonné.
    •  
  • o   Enfin, les hommes qui font du judo sont des judokas, ceux qui pratiquent le karaté des karatékas. Et comme les dames s'y sont aussi mises, on dira une judokate et une karatékate, avec un "s" au pluriel.

 

    •  
  • o   Il y a parfois des escrocs finauds et d'autres cul cul la praline. Ai reçu un "faux" message du gouvernent français avec un numéro de remboursement long comme un jour sans pain qui m'informe que les impôts de ce gouvernement ont à ma disposition la somme de € 2'820.20 payés en trop et qu'en indiquant le numéro de ma carte de crédit, le versement sera fait ces prochains jours. Que des farceurs essaient avec des contribuables français, on pourrait encore le comprendre, mais avec un Suisse qui n'a rien en France, c'est un peu débile...Les hommes politiques utilisent les statistiques comme les ivrognes les réverbères, pour s'y appuyer non pour éclairer! (Andrew Lang) (Citation transmise par un fidèle lecteur).DAZ alias Daniel Zurcher   

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

10/04/2017

la centi¨me

La chronique quotidienne de DAZ No 100 Entendu, vu, eu ou lu lundi 10 avril 2017

 

    • o   Si vous voulez écouter, entendre ou recevoir des conseils quand vous bricolez, alors, allez sur un chantier naval. Chaque plaisancier qui bricole y va de sa petite remarque quand il passe devant vous. En voici quelques-unes: - ah bonjour l'ami, vous ne savez pas qu'il ne faut jamais peindre au soleil! - Certes oui, répondis-je, mais mon bateau est sur des plots et je ne peux pas bouger le soleil. Et le quidam d'ajouter: - vous feriez mieux d'attendre alors! Il était 10h00 heures au moment de la remarque. Je suis parti à 17h00, le bateau était toujours au soleil…
    •  
  • o   Autre remarque: - eh ben dites donc, la ligne de flottaison est pas très droite sur votre bateau! Ma réponse: - mais elle ne peut pas être droite parce que le bateau est courbe! Et le gars d'ajouter: - ah tiens, je n'avais pas remarqué… Puis il maugréa: - ouais c'est juste, les bateaux sans courbe ce sont des barges!

 

    •  
    • o   Et finalement une troisième remarque d'une jeune grand connaisseur qui semblait tout mieux savoir et qui inspectait tout: - ben vous avez pas beaucoup poncé sous la coque! Alors là, j'ai pété un fusible:- oui Mossieur, j'ai poncé la coque, parce que dessous la coque, c'est du gravier et il n'a pas besoin d'être poncé celui-là. Et le jeune expert ès batellerie a poursuivi son chemin la queue entre les jambes comme on dit, même si c'est difficile de l'avoir ailleurs.
    •  
    • o   Ledit chantier est situé le long d'une route de campagne entre Collex et les hauts de Versoix, route très fréquentée les dimanches par des cyclistes. Bon les cyclistes, on ne les entend pas vraiment, mais alors les 10'000o motards qui ont passé pendant 6 ou 7 heures, ça fait plus de bruit qu'un Illiouchine-18 au décollage…
    •  
  • o   C'est tout de même bizarre qu'entre Pris et Roubaix il n'y ait pas d'autres routes que des chemins pavés. Ca ne m'étonne pas si Marine Le Pen fait un tabac dans le Nord…Un président de la République en France, ça n'est pas quelqu'un qui est normal dans sa fonction! (Emmanuel Macron)DAZ alias Daniel Zurcher   

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |