04/04/2018

No 094

Les ECHOS de DAZ # 094

 

Un sourire coûte moins cher que l'électricité mais donne plus de lumière! (Abbé Pierre)C'était l'entête prévue depuis longtemps pour aujourd'hui.

 

Mais en fonction des circonstances, il faut ajouter celle-ci venant d'un quidam français: - La grève de la SNCF, le gouvernement, il s'en fout, il ne prend pas le RER ni le TER...

La SNCF est en grève et c'est le Bronx en France. Bon on ne va pas plaindre les Français, ils n'ont que ce qu'ils méritent. En revanche, ce qui demeure incompréhensible, c'est que cette grève ayant été annoncée il y a plus d'un mois, il s'est trouvé des Suisses qui n'ont rien trouvé de mieux que d'aller le week-end pascal à Paris ou ailleurs en France en train et qui s'étonnent qu'ils n'ont plus eu de moyens de transport public pour rentrer en Suisse ce mardi. Il y a des durs en France qui emmerdent tout le monde, mais il y a aussi des drôles en Suisse qui ne pensent pas plus loin que leur bout de nez...

Transmis à la demande d'une lectrice et néanmoins amie du Sud d'un pays voisin. Un médicament a la même efficacité 4 ans après la date de péremption. Mais il ne faut pas le dire trop fort parce que les compagnies pharmaceutiques n'aiment pas ça! L'armée américaine avait pour plus d'un milliard de médicaments et voulait savoir si c'était vrai qu'il fallait en disposer selon la date indiquée. Ils ont tout testé et seulement un produit perdait un peu de son efficacité après 4 ans.

Les dates limites de conservation sont imposées par les industriels pour écouler un maximum de produits et renouveler régulièrement leurs stocks. En fait, les yogourts ont été analysés et goûtés 57 jours après le dernier jour de consommation autorisé inscrit sur l'emballage: même saveur, même fraîcheur, donc aucun problème
à être consommés. Même chose pour les charcuteries sous vide qui peuvent être utilisées 15 jours après la date de consommation affichée. Pour les gâteaux secs, biscuits sous vide de toutes sortes:
confiseries, chocolats, légumes secs, pâtes, riz, lentilles, ces produits sont consommables et de même saveur 3 à 4 ans après la date limite de consommation affichée.

Les industriels organisent ce gâchis alimentaire pour augmenter leurs bénéfices. Un médecin a confirmé qu'il en est de même pour les pilules. La seule différence, c'est qu' après 3 ans, l'efficacité est légèrement diminuée, soit autour de 95 % au lieu de 100 %.Donc, avant de jeter vos pilules, réfléchissez! A noter que je partage partiellement cet avis, raison pour laquelle je l'ai transféré, en revanche, pour les pommades médicinales, il faut tout de même se méfier, les effets diminuent ou disparaissent après la date de péremption...

Entendu sur RTS 2 lundi soir lors de la rencontre de hockey sur glace entre CP Berne et les Zurich Lions par le consultant Louis Matte: - les gardiens sont de mieux en mieux meilleurs! C'est encore pire si c'était moins bien dit...

 

Dans le cadre de la campagne pour les élections au Conseil d'Etat et au Grand conseil genevois, hormis les affiches dans les rues, les papillons dans les boîtes à lettres privées et la publicité roulante sur les bus des TPG, certains ont adopté la méthode internet ou carte postale personnelle. C'est étonnant de voir des gens que vous ne connaissez ni d'Eve in d'Adam prendre soudain contact avec vous par courriel, sms ou carte postale, pourtant démodée depuis l'introduction des portables ou autres machines électroniques. Ainsi un candidat me dit que je peux compter sur lui et un autre de demande s'il peut compter sur moi. Que c'est beaux les élections, ça rapproche les gens. Ça devrait durer toute l'année...

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

04 avril 2018

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

03/04/2018

No 093

Les ECHOS de DAZ # 093

 

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire! (Pierre Corneille dans Le Cid) J'aime bien les corneilles, mais j'aime aussi bien Pierre Corneille.

 

En cette période de pré-élection, il m'a semblé utile de lire attentivement toutes les propositions des partis en course et surtout de les commenter. Ceci en toute objectivité, sans préférence, sans ordre ni classement. Rien en publicité ce lundi de Pâques, mais vu deux magnifiques affiches. La première du PDC qui mentionne: Nous allons baisser les primes maladies! Ça fait 60 ans que je paie des primes maladies et chaque année, elles ont augmenté. On ne peut tout de même pas croire que le PDC de Genève va réussir a baisser les primes alors que c'est la Berne fédérale qui les augmente chaque année. Comment un parti sérieux peut-il écrire de pareille baliverne?

 

L'autre affiche provient d'"Ensemble à gauche": Partageons les richesses! En clair, votre voisin possède 5 millions et vous vous n'avez rien, et bien grâce à ce parti, demain vous aurez 2,5 millions. Superbe, non! Bon de toutes façons, on ne peut pas être tous ensemble à gauche sinon il n'y aurait plus personne à droite. Mais pour lancer de tel slogan, faut vraiment être un peu barjot...

 

Il semblerait qu'à Berne, certains édiles tenteraient de modifier une loi sur la circulation routière et de punir encore plus fortement les conducteurs de voitures ou d'autres engins qui bloqueraient les véhicules de police, les pompiers et les ambulances lors de leurs actions d'urgence. Encore un nouveau moyen de remplir les caisses de l’État, car, parfois, il n'est pas évident de faire de la place aux véhicules prioritaires. Et d'autre part, on imagine mal un véhicule prioritaire s'arrêter pour coller un automobiliste qui le gênerait... Décidément, nos représentants à Berne ne doivent pas avoir de graves problèmes s'ils ont le temps de se préoccuper du déplacement des flics, des pompiers et des ambulances. Il est vrai que faire baisser les primes des caisses maladies, c'est plus coriace, plus difficile et surtout irréalisable...

 

L'autre jour, j'étais critique avec le nombre de joueurs "non blancs" dans l'équipe nationale suisse de football, mais ce jour, observant la rencontre de championnat helvétique entre BSC Young Boys de Berne et le FC Basel de Bâle, je me dois de constater que chez les Bernois, il y a autant de joueurs blancs que "foncés". Et du côté de Bâle, c'est un peu la même chose. Certains membres de l'ancien PAB, actuellement UDC devraient revoir leurs principes...

 

Sur ce excellente semaine raccourcie...

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

03 avril 2018

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/04/2018

No 092

Les ECHOS de DAZ # 092

Finalement pour le premier avril, on ne fera jamais mieux qu'un bon poisson! (Proverbe belge)

N'avais jamais fait attention au mot impromptu. C'est un adverbe (invariable) qui signifie à l'imprévu ou au pied levé, comme par exemple arrivé impromptu chez un ami. C'est un adjectif qui signifie: - fait sans préparation préalable et qui s'accorde comme par exemple une rencontre impromptue, et c'est aussi une petite pièce poétique improvisée ou une courte pièce de théâtre et dans ce cas, c'est un nom masculin. Qu' elle est belle notre langue française!

 

Passé au Marché de Plainpalais ce dimanche de Pâques. Belle affluence malgré la fête pascale. Déambule à travers les stands et soudain entre un étal de nippes et un étalage de fruits et légumes, un stand de publicité pour le parti MCG. Parcouru encore quelques mètres et entre un vendeur de casseroles et une fabrique de "churos", un stand du Parti Socialiste. Les partis politiques en vendeurs der salades, ça leur va vraiment bien...

 

Ignoré si ce sont les fêtes pascales qui influencent la jeunesse, mais dans les transports publics genevois ce dimanche, à de réitérées reprises, des jeunes se sont levés pour céder leur place à des anciens. Était-ce Pâques ou le premier avril!

 

Mise au point. Mon engouement pour les corneilles est certes grand, mais ça n'est pas de l'adoration comme d'aucuns le prétendent dans leurs remarques aux Echos. J'aime donc les Corvus splendens qui vivent autour de chez moi, même si je n'aime pas bayer (bailler) aux corneilles, ce qui signifie perdre son temps ou ne rien faire de bien, glander. J'aime aussi les corbeaux, mais il n'y en a pas chez nous contrairement à ce que beaucoup pensent. Je n'aime pas du tout en revanche "le corbeau" celui qui dénonce anonymement comme on en voit dans les romans policiers. Et finalement, je déteste les pigeons, ces rats volants qui ne servent à rien sinon à transmettre la psittacose. Même à manger, c'est misérable, on dirait des cure-dents déjà utilisés, et se trouver le pigeon de quelqu'un, c'est affreux. Alors, oui, j'aime les corneilles et je le crie haut et fort. Il y en a bien qui aiment les poissons rouges...

 

Sur ce, excellente semaine raccourcie!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

02 avril 2018

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |