03/10/2018

No 276

 

Les ECHOS de DAZ # 276

 

Il faut se débarrasser des casse-tête, on ne vit qu'une fois! (Charles Aznavour)

 

...et oui, il avait raison, mais son tour est aussi venu.

 

Pendant les premiers six mois de 2018, 100 personnes sont mortes en Suisse dans des accidents de la circulation, et 1'850 ont été grièvement blessées. Et parfois, suivant la gravité des blessures, il vaut peut-être mieux mourir que de se trouver complètement invalide. Ne devrait-on pas interdire les bagnoles, ou alors au moins les accidents?

 

Selon un grand groupe d'assurance maladie, il semblerait que seuls 4% des primes vont à l'assureur. Ça n'est vraiment pas énorme! Les hôpitaux et les toubibs raflent eux le 70% des primes payées. Ça, c'est beaucoup!

 

Il semblerait, en l'état, qu'il existe plus de 100'000 applications pour les téléphones portables. Ben si on les met toutes sur un seul appareil, ça doit être compliqué à les retrouver...

 

L'autre jour, dans l'émission de France 2 intitulée "Affaire conclue" une vendeuse présumée, présentait une table avec sous le plateau un billard d'entraînement aux 3 bandes. Jusque là, rien d'anormal, mais quand le responsable des estimations a commencé de parler de queues, de boules, de trous et de bandes, la présentatrice et la vendeuse se sont mises au fou-rire tant les mots présentés avaient plusieurs significations. C'est marrant comme un ou deux mots à double sens peuvent provoquer l'hilarité totale...

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

03 octobre 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/10/2018

No 275

 

Les ECHOS de DAZ # 275

 

Je ne suis pas vieux, je suis âgé, ça n'est pas la même chose! (Charles Aznavour)

 

...et maintenant, il est mort. Tout fout le camp!

 

On fait de terribles économies au profit du néant. (Achuille Chavée)

 

Quand on doit mettre la lumière chez soi à dix heures du matin pour y voir clair, c'est qu'on est bien dans l'automne et que l'hiver se profile au loin. Élémentaire, non!

 

C'est l'histoire du beurrier acheté il y a quelques années chez un géant orange dont la première syllabe est Mi et la finale gros. Lors de l'achat, j'avais été surpris par la notice de garantie qui précisait en toutes lettres: - garantie à vie! (Il n'était pas précisé s'il s'agissait de ma vie ou de celle du beurrier). Méticuleux, je déposais ledit garant et le ticket y relatif dans un classeur destiné à cet effet, comme on dit généralement dans la bureaucratie. Il y a quelques jours, le couvercle dudit beurrier était cassé pour je ne sais quelles raisons. Me souvenant de l'offre mirobolante d'assurance dudit beurrier, je retrouvai la garantie, bien classée et me rendis au service dit du client chez le géant de la distribution. Sur présentation du couvercle, de la garantie et du ticket d'achat, la préposée me dit d'emblée: - mais vous l'avez laissé tomber? Je répondis que je ne savais pas attendu que je ne suis pas toujours le seul à utiliser du beurre dans ma cuisine, mais que la garantie était valable à vie. Elle fit alors appel à un chef de rayon qui me tint à peu près les mêmes propos et consentit finalement à faire parvenir l'objet à son constructeur pour voir ce qu'il en pensait, non sans m'avoir demandé mes coordonnées postales, téléphoniques, etc, à l'instar de ce qui se passe dans un poste de police lorsque vous rapportez un objet perdu ou trouvé. Une dizaine de jours plus tard, le facteur sonna à ma porte et me tendit un paquet d'au moins 200 grammes. Lisant le nom de l'expéditeur, je me dis que Migros avait fait fonctionner la garantie et m'envoyait un nouveau beurrier. J'ouvris donc le colis emballé comme une douzaine d’œufs avec de nombreuses précautions en plastic plein de petites bulles et qui am,use les enfants quand ils les percent et carton mâché pour y découvrir, ô bonheur, le vieux beurrier cassé. Il y avait une lettre d'explication de deux pages stipulant que ledit couvercle était tombé et que la garantie ne valait pas pour la mauvaise utilisation du beurrier mais uniquement pour des défauts de constructions, une malformation ou encore une déformation due au froid. Bref, une babillarde signée à deux qui a du coûter au moins une heure de travail à une secrétaire et une demi-heure pour la relecture par deux directeurs. Le timbre de la poste sur l'envoi en priority était de CHF 9.00. Ah, j'ai oublié de vous dire, le beurrier identique est toujours en vente à Migros au prix de CHF 5.95. Ça s'appelle un excellent service à la clientèle Migros dont le slogan actuel est: - La Migros vous appartient!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

02 octobre 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

01/10/2018

No 274

 

Les ECHOS de DAZ # 274

 

Il ne faut jamais dire que l'on a fait une erreur, il faut préciser que l'on a fait une mauvaise appréciation de la situation! (Jean-Michel Cina)

 

Quatre compagnons devaient se rendre dans la magnifique ville de Lucerne à l'occasion d'un colloque d'une grande société helvétique en cette fin de semaine passée. Le but premier était bien évidemment de suivre les débats de l'assemblée, mais comme tous les quatre sont de fins gourmets et gourmands, la mission secondaire consistait à manger des vol-au-vent à la Lucernoise appelés aussi bouchées à la reine, ou en allemand "pastetli", sauf erreur, dont la délicatesse mous avait été tant vantée par de nombreux amis et connaissances.

 

On a visité 3 restaurants pendant ces deux jours, dont un qui naviguait même, mais que pouic, jamais de vol-au-vent à la carte. On se retrouva donc confus et surtout prêts à y retourner pour enfin arriver une fois à nos fins.

 

On ne peut pas toujours tout réussir du premier coup.

 

Belle semaine à tous!

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

01 octobre 2018

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |