25/11/2018

No 329

 

Les ECHOS de DAZ No 329

 

Ceux qui n'ont pas peur me font peur! (Juliette Binoche)

 

Faisant mes courses dans une grande surface commerciale commençant par Mi et finissant pas OS, je suis à la recherche de pain. Arrive alors devant la section boulangerie un employé avec un chariot de pain joli, chaud, sentant bon et je craque comme beaucoup de chalands, d'ailleurs. Ledit pain, au nom de Milanais de blé clair, ramené chez moi, je le consomme et lit son emballage. Les ingrédients sont: farine de blé, eau, huile de tournesol, protéines de blé, sel de cuisine iodé, levure, acidifiant E 263, farine de malt d'orge, agent de traitement de la farine, acide ascorbique. Peut contenir des fruits à coque, sésame, soja, œufs, lait. C'était bon, certes, mais pourquoi autant de trucs dans un pain alors que farine, sel, eau et levure suffisent normalement. On nous fait parfois, bouffer n'importe quoi...

 

A propos des communications téléphoniques dans les transports publics, un ami du Sud précise: - en résumé, plutôt que d’installer des wifis dans les transports publics, les TPG feraient mieux de placer des brouilleurs GSM. Les passagers auraient la paix, pourraient à nouveau admirer le paysage ou converser avec leur voisin! Comme il a raison l'ami, les transports publics sont vraiment devenus les cabines téléphoniques qui ont disparu. Et quand elles existaient encore, les autres gens n'étaient au moins pas indisposés par ces communications souvent inutiles, débiles et perturbantes...

 

En attente d'un bus des TPG sous un abribus, 2, visiblement, copains discutent et refont le monde quand soudain l'un dit à l'autre, avec un accent de Carouge: - dis-donc j’ai regardé les essais du Grand Prix de Formule 1 d'Abu Dhabi tout à l'heure, mais j'ai pas vu Maudet dans les tribunes. Il était pas invité cette année? Il y a des pince-sans-rire vraiment partout...

 

Sur ce, bon dimanche à tous!

 

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

25 novembre 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

24/11/2018

No 328

 

Les ECHOS de DAZ No 328

 

En matière d'écologie, nous sommes plus près du sinistre que le tocsin lui-même! (Alain Finkelkraut)

 

Les belles sorties sur les télévisions: jeudi soir, France 2, vers 22h00, lors de l'excellente émission "L'émission politique", l'invitée Juliette Binoche, dont on a pu se demander ce qu'elle venait bien faire là, sort: - en tous cas, la manifestation pour la climatisation du 8 décembre 2018 à Paris sera très importante!

Avec le réchauffement de la planète, le climat n'a bientôt plus besoin de climatisation...

 

La discrétion est une vertu silencieuse, selon Louis Deniset. Visiblement, ça n'est pas le cas pour tout le monde. L'autre jour, je prends le bus 3, pas à Colladon dont l'arrêt a été supprimé, mais à Tourelle. Un quidam se trouve déjà dedans, debout, près d'une porte et téléphone. Il parle à haute et intelligible voix. Il explique entre autres à son correspondant qu'il a mis en vente ce matin à 09h00 sur un site internet de vente d'occasion un vélo électrique, qu'il a eu beaucoup d'appels et qu'il a reçu pas mal de couriels et de messages et que finalement, il avait vendu son vélo à 11h00. livré, payé. Puis il continue toujours à grand renfort de détails qui avait appelé ou écrit, comment ça s'était passé, en décrivant même le gars qui lui avait acheté sa bicyclette. Les passagers du bus écoutaient attentivement. On arriva alors, enfin, à Bel-Air, ce qui fait un joli bout de route et il était temps que je descende. En sortant, le gars téléphonait toujours à haute voix et je ne résistai pas de lui demander: - finalement vous l'avez vendu combien votre vélo? Le quidam a crié à son ou sa correspondante: - attends voir un moment!, et se tournant vers moi ajouta: - mais comment savez-vous que j'ai vendu un vélo? Et oui, il n'y a rien de plus choquant ni de plus incivil que l'indiscrétion des gens comme le disait si bien Pierre Claude Victor Boisle.

 

Sur ce, il ne me reste plus qu'à souhaiter à tous mes fidèles lecteurs une excellente fin de semaine.

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

24 novembre 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/11/2018

No 327

 

Les ECHOS de DAZ No 327

 

Les impressions, c'est le cancer de l'objectivité! (Jean-Michel Wyl)

 

mais encore, et à choix:

 

L'objectivité, c'est l'excellence de la rationalité! (Elhadjiyouga Sarr)

 

Avec l'apparition des réseaux sociaux et des sites ayant trait à la restauration comme Trip-Advisor, la Fourchette, i-taste ou encore resto-rang et bien d'autres, il est devenu coutumier de faire part de ses expériences suite à un repas dans des estaminets, des bistronomiques ou des gastronomiques. Certes, le jugement est facile quand tout était bien. Mais ça n'est pas toujours le cas. Intervient alors la critique qui devrait être objective, mais c'est difficile de ne pas devenir subjectif, parfois. Ces derniers temps, des commentateurs ont été interpellés par la Police suite à des plaintes de restaurateurs qui ne supportaient pas la publication des critiques négatives. Faisant partie des épicuriens qui aiment signifier à des amis, des connaissances ou des membres de sa famille que tel et tel établissement était bien, il faut savoir demeurer critique, mais poli et évidemment objectif. Il faut par ailleurs toujours mentionner la date du commentaire, parce que le personnel de cuisine et de service change parfois et prend aussi congé d'où de grandes différences possibles. On peut dire d'un potage qu'il n'a pas plu, qu'il était trop salé, qu'il n'avait pas de goût, mais balancer: - la soupe était dégueulasse n'est pas de mise. Il en va de même avec le personnel: - mentionner que le tablier de la serveuse était sale est possible, mais ajouter qu'elle avait un gros nez ou de petits seins est détestable. Il ne faut pas non plus oublier de faire la différence, comme beaucoup d'enfants, et d'ailleurs aussi d'adultes, entre: - je n'aime pas ou bien: - ça n'est pas bon! Finalement les commentaires publiés un peu partout et même ailleurs devraient avoir la même devise que le sport: - du respect, svp! Hélas, même en sport, ça n'est pas toujours le cas.

 

La presse et la télévision nous bombardent ces temps de publicités à l'occasion du "Black Friday" dont je vous avais parlé récemment. Quand on voit que certains produits sont vendus pendant quelques jours avec 50% de rabais, que des voitures neuves sont cédées avec 30% de bonus, et même 70% chez un marchand de meubles, on est obligé de se dire que certains commerçants doivent s'en mettre plein les poches les autres jours, sachant que même un juif, un arabe ou un libanais ne vend à perte... Il me rappelle qu'il y a quelques semaines, passant dans un grand centre commercial commençant par C et finissant par P, j'avais aperçu un quidam qui remplissait son immense caddy ou chariot en français avec des dizaines de six-packs de bière à qui j'avais gentiment fait la remarque: - ben vous avez l'air d'avoir soif! et qui m'avait répondu: - non, mais quand elle est à 50%, je fais mon stock. J'suis pas con tout de même, avait-il ajouté. Ben, il avait bien raison le quidam...

 

Maudet, toujours Maudet, encore Maudet! C'est à se demander de quoi parleraient les gens en ce moment s'il n'y avait pas cette affaire et de quoi seraient remplis nos quotidiens ou autres journaux télévisés. Bon, vous allez dire que j'en fais de même, alors j'arrête pour ce vendredi.

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

23 novembre 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |