Dzudzu - Page 7

  • No 238

     

    Les ECHOS de DAZ No 238

     

    Le surréalisme est la surprise de trouver un lion dans un placard là où on était sûr de trouver des chemises! (Frida Kahlo)

     

    Surprise

    Passé ce week-end à la traditionnelle Fête de Pêcheurs, manifestation annuelle le week-end avant la rentrée scolaire à Port-Choiseul ou les pêcheurs des "Traîne matin" organisent une jolie bastringue avec repas, boissons, orchestre, concours de pêche, etc. Le repas préféré des participants est bien évidemment composé de filets de perches, frites et sauce rémoulade. Habitué de l'endroit où ma barque est amarrée, j'y participe depuis des décennies avec joie. Il faut maintenir les traditions.

     

    Selon les pêcheurs du coin, j'avais cru comprendre que les "Traîne matin" mettaient de côté pendant toute l'année une partie de leur pêche quotidienne afin d'obtenir pour leur fête les 400 kilogrammes de filets ce qui représente en gros 1'200 kilos de perches.

     

    Mais hier, surprise. Un pêcheur de l'endroit qui aidait à l'organisation nous a confié que les filets de perches que nous consommions provenaient d'Estonie. Je n'ai rien, bien au contraire, contre l'Estonie, mais j'avais eu l'audace de croire pendant de nombreuses années que les filets que nous mangions provenaient du Lac de Genève ou encore du Léman. Et bien que nenni! Il n'y a plus suffisamment de perches, de pêcheurs de la société "Traîne matin" et de petites mains pour préparer autant de filets tant et si bien qu'il ont du se fournir à l'étranger. Les filets étaient toutefois bons. A noter que dans une récente enquête d'une société de consommatrices sur la qualité des filets de perches, les Estoniens congelés étaient sortis vainqueurs.

     

    Mais, des filets de perches estoniens à Versoix, c'est un peu comme si on buvait du Fendant à la Fête des vendanges de Russin ou si on consommait du Beaufort en visitant les caves de la fromagerie de Gruyères. Le Fendant, le Beaufort et les perches estoniennes sont excellents, mais sur place, on préférerait du "local". Tout fout le camp!

     

    Sur ce excellente semaine à tous et bonne reprise pour ceux qui vont bosser!

     

    DAZ, alias Daniel Zurcher

    26 août 2019

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • No 237

     

    Les ECHOS de DAZ No 237

     

    Il ne faut pas courir plusieurs lièvres à la fois! (Expression empruntée au monde de la chasse dès le XVIIème siècle).

     

    Forum RTS

    Peut-être l'avez-vous remarqué, Forum, cette émission radiophonique est désormais transmise sur la télévision RTS deux, tous les soirs. On y a vu par exemple la semaine passée le président du Parti socialiste Levraz être interviewé en direct par un journaliste. Il portait sur la tête un épouvantable et immense casque qui faisait penser à des pilotes de la seconde guerre mondiale. Qui plus est, comme il croyait n'être qu'à la radio, il ne regardait pas vers le petit oiseau tant et si bien que ça avait l'air dantesque. Ou la RTS fait de la radio ou de la télévision, mais les deux en même temps, c'est l'horreur..,.

     

    Joli jeu de mot

    Lors d'une émission de "C' dans l'air" sur le Brexit de la chaîne France 5, un téléspectateur a posé la question suivante: - est-ce que la reine pourrait descendre dans l’arène? Humour et politique vont parfois bien ensemble...

     

    Réponse à une citation

    Un lecteur assidu conteste la citation d'hier et développe: - Pourquoi chercher ailleurs ce que nous possédons déjà. C'est dans la simplicité que se trouvent les clés du bonheur! (Saël)". Je découvre de plus en plus à quel point chaque mot mériterait traitement. Cette phrase ne veut rien dire pour moi. Pourquoi? - c'est le mot à éviter, car obtenir la réponse c'est cesser d'exister; - chercher : C'est le principe même de la condition humaine; - ailleurs : Forcément puisque nous n'avons pas conscience de l'universalité, de l'ubiquité et de l'omniprésence. - ce que nous possédons déjà : Ah bon? la Porsche, la maison et tout le tintouin? Non, je ne les possède pas. Ou pas encore. Et je dois bien chercher ailleurs pour satisfaire ces envies/besoins. A moins que je réalise que je n'en ai pas vraiment besoin, ni envie, mais c'est une autre histoire qui n'est pas simple du tout. Certains commencent tout juste à comprendre que l'accès aux biens et aux services est plus important que le fait de les posséder.

     

    Avec les excuses de la rédaction pour le retard du à des problèmes techniques.

    Mais beau dimanche tout de même!

     

    DAZ, alias Daniel Zurcher

    25 août 2019

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • No 236

     

    Les ECHOS de DAZ No 236

     

    Pourquoi chercher ailleurs ce que nous possédons déjà. C'est dans la simplicité que se trouvent les clés du bonheur! (Saël)

     

    Distances et incohérence - suite -

    Les Échos d'hier à propos des achats lointains ont été l'objet de nombreuses remarques. En voici une intéressant d'un ami du Sud: - en ce qui concerne les produits importés mais dont on trouve des équivalents en Suisse, il y a toujours la problématique des bouteilles d’eau. On a écrit des pages à ce sujet. Des voisins sont revenus hier soir d’un excellent souper)avec une très belle bouteille d’eau, vide. Elle leur a été recommandée par le maître d’hôtel de l’établissement en question. Elle contenait de l’eau pétillante puisée en Norvège dans une nappe cachée sous la glace. Dépourvue de sodium et complètement privée de minéraux. Presque de l’eau distillée, que les médecins nous interdisent de boire, car justement dépourvue de minéraux! Bref, cette bouteille contenant l’eau miraculeuse a accompli 4100 km certainement pas sur le voilier de Pierre Casiraghi car il sert à la balade sur l’Atlantique de l’écologiste Gretha Thunberg pour le plaisir de son consommateur, plutôt de ceux qui en tirent profit. Elle était vendue €uros 8,50 . Ce qui les a décidés de l’acheter est certainement le fait qu’elle a été conçue par un "designer" ou en français dans le texte un concepteur de Calvin Klein et Ralph Lauren. Comme nous disait notre médecin de famille, buvez l’eau du robinet, elle vient de chez nous, est contrôlée en permanence et son prix moyen revient à environ CHF 0,003 le litre! Sur ce, excellente journée, et n’oubliez pas de boire!

     

     

    Que ces Echos vous apportent après lecture un agréable fin de semaine dans la joie et la bonne humeur et si possible le soleil...

     

     

    DAZ, alias Daniel Zurcher

    24 août 2019

     

    Lien permanent 0 commentaire