22/11/2018

No 326

 

Les ECHOS de DAZ No 326

 

Il semblerait que Christophe Colomb fut le premier radical: - quand il est parti, il ne savait pas où il allait. Quand il est arrivé, il ne savait pas où il était, et de toutes façons, il s'en foutait, parce que ça n'est pas lui qui payait! (Cette citation n'est pas de Pierre Maudet)

 

Il vous souvient peut-être que le 4 août 2018, un Ju-52 s'était écrasé dans les Grisons faisant d'un seul coup 20 morts. Les causes de l'accident ne sont pas encore connues, officiellement du moins, et le rapport d'enquête n'est pas encore publié. Toutefois, les 2 appareils Ju-52 de Ju-Air sont désormais interdits de vol car l'inspection de l'épave a décelé des dommages structurels aux ailes qui ne pouvaient pas être mis en évidence lors des contrôles réguliers. Toutefois, ces défauts ne sont pas en lien avec l'accident. Comment se fait-il qu'on ne puisse pas déceler des défauts de structures lors d'une inspection?

 

TPG # 3, 21 novembre 2019, 17h15. J'attends le bus qui ne vient pas. Rien de nouveau jusque là. Je consulte l'application qui ne fonctionne pas non plus. Rien de nouveau non plus! Mais après quelques minutes, je m'inquiète et remarque un tout petit avis sur le côté de l'abribus: - cet arrêt est supprimé depuis le 21.11.2019 à 08h00 pendant 6 mois environ. Ben voyons...

 

Après quelques centaines de mètres de marche jusqu'au prochain arrêt, j'attrape enfin un bus No 3 direction Bel-Air. Une dame monte à l'arrêt Grand-Pré. Elle téléphone déjà, mais continue. Visiblement, elle est très fâchée et profère des menaces à son interlocuteur, qui, à l'écoute des termes utilisés, doit lui avoir fait une grosse vacherie. Ses dernières paroles sont: - tu vas voir en rentrant, c'est pas fini, sale con, et elle raccroche. La dame est debout devant une porte du convoi. Le bus arrive à Servette, la porte s'ouvre et devant la porte, 3 solides contrôleurs de billets des TPG. La dame veut descendre, mais les vigiles s'y opposent et demandent le billet à la passagère, ticket qu'elle n'a visiblement pas. Les 3 gaillards empoignent la bonne dame, la sortent manu military du bus, et une grande discussion s'enchaîne. Le bus repart. La dame n'en avait pas fini avec les emmerdements en cette fin d'après-midi... Il y a des jours comme ça!

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

22 novembre 2018

| Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

21/11/2018

No 325

 

Les ECHOS de DAZ No 325

 

Il est plus facile de copier que de penser, c'est ce qui fait la mode! (Wallace Stevens)

 

Aux Etats-Unis d'Amérique il existe un jour spécial qui s'intitule "Black Friday" ou vendredi noir en français dans le texte qui est disposé sur le calendrier le lendemain de "Tnanksgiving Day" ou Journée de grâce, fêtée dans toutes les Amériques le 4ème jeudi de novembre. Le vendredi noir est en fait une journée où les commerçants offrent des rabais généralement substantiels pouvant aller jusqu'à 50%. Mais évidemment comme la concurrence cherche toujours toutes les combines pour être plus compétitive, certains marchands ont élargi les rabais à plusieurs jours. Les Suisses et les Français qui n'ont rien à voir avec ce "Black Friday" et encore moins avec le "Thanksgiving Day" se sont bien évidemment emparés de l'occasion de telles sortes que sur certaines publicités helvétiques, on peut lire: - chez YXZ, c'est "Black Friday toute l'année... Le fric, toujours le fric, et copier les Ricains, toujours copier les Ricains...

 

D'habitude, je n'aime pas les très bonnes chansons quand elles sont reprises par un chanteur ou parfois une chanteuse quelques décennies plus tard. Il y a toutefois certaines exceptions dont celle de "Paris s'éveille" de Jacques Dutronc reprise par An Pierlé. Un délice!

 

A propos de la victoire helvétique en football face à la Belgique, un lecteur et néanmoins ami de l'Est précise: - en ce qui me concerne, j’ai arrêté ma télévision  après un quart d'heure, le score étant de 0-2. A tort visiblement, comme il devait s'avérer par la suite. J’étais enchanté

d’apprendre plus tard qu’un miracle avait eu lieu dans cette belle ville de Suisse centrale. On ne peut pas dire que l'ami fut un bon supporter...

 

Le Comptoir e Lausanne ferme ses portes définitivement après 99 éditions. Santé! Décidément, tout fout le camp...

 

Le comité directeur du PLR a décidé de ne rien décider dans l'affaire dite Maudet! Il ne faut pas trop se mouiller, on ne sait jamais ce qu'il peut arriver demain...

 

En revanche, au Japon, on décide plus rapidement. Carlos Ghosn, le CEO de Nissan,et accessoirement de Renault, ou serait-ce le contraire s'est fait arrêter et lourder séance tenante... Bon, avec ce qu'il gagne encore chez Renault, il n'a pas trop de soucis à se faire... Mais aux dernières nouvelles, il semblerait que Renault l'ait déjà remplacé. Là aussi, tout fout le camp!

 

 

 

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

21 novembre 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

20/11/2018

No 324

 

Les ECHOS de DAZ No 324

 

Le théâtre n'est pas la vie.

Mais la vie est un théâtre.

Dans lequel chacun joue son rôle.

(Citation d'un ami du Sud, auteur, poète, chansonnier et écrivain)

 

Dans le sport, on dit toujours qu'à partir de 30 ans on est vieux et gentiment dépassé. Ben, dans la Route du Rhum, le vainqueur, cette année 2018, le vieux Francis Joyon, a 62 ans. Cherchez l'erreur!

 

La Suisse a battu la Belgique, nettement, par 5 à 2 et s'est qualifiée pour le tour final de la Coupe des Nations de football. Bravo! Dans cette même rencontre, entendu du commentateur Philippe von Burg: - la Suisse évolue avec deux Romands: - Kevin Mbabu, le Genevois, et le Valaisan Gelson Fernandes. Des noms bien de chez nous, quoi...

 

Le commentateur des rencontres de l'équipe suisse de football Philippe von Burg, et son perroquet consultant Alexandre Comisetti arrêtent après 12 ans de service. Il était temps... Quand Michel Pont arrêtera lui aussi, tout ira mieux. En football, les consultants, c'est comme une affiche électorale pour le "oui" après une votation pour le "non", ça ne sert à rien...

 

Jolie histoire transmise par un lecteur du Sud: Un enfant d'immigrés musulmans en France demande à sa mère en burqa: - Maman, c'est quoi la différence entre la solidarité et le racisme? - Eh bien mon fils, la solidarité c'est quand les contribuables français travaillent dur chaque jour pour que nous puissions obtenir tous nos avantages. Tu sais, comme le logement gratuit, la nourriture gratuite, les soins gratuits, l'éducation gratuite, des terrains pour construire des mosquées et des centres communautaires gratuits, etc... Tu comprends? C'est ça la solidarité!
- Mais Maman, les contribuables français doivent être en colère.
- Bien sûr qu'ils le sont. C'est ça le racisme!

 

Il y a des gens qui n'ont pas l'eau courante chez eux dans ce bas monde. Il y a ceux qui n'ont que de l'eau froide. Il y a les nantis qui ont de l'eau froide ou chaude, et même un mitigeur ou mélangeur. Et bien, il y a une nouvelle catégorie, ceux qui n'ont que l'eau chaude. C'est ce qui est arrivé dans l'immeuble où je réside l'autre jour. Pas de flotte froide que de la bouillante, aux deux robinets et au mitigeur. Ca n'a l'air de rien, mais ça n'est pas vraiment marrant. Il faut de tout pour faire un monde...

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

20 novembre 2018

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |