01/11/2017

No 305

La Chronique de DAZ

No 305 du mercredi 01 novembre 2017

 

En France, il se vole bon an mal an 350'000 (trois cent cinquante mille) vélos. Ca fait un toutes les 90 secondes. C'est une belle moyenne…

 

Entendu de Pierre-Alain Dupuis, le journaliste de la RTS, spécialiste ès tennis lors de la finale du Tournoi de Bâle: - c'est deux à deux partout! En général, quand c'est 2 - 2, c'est partout…

 

Passer de la publicité sur les chaînes de télévision coûte extrêmement cher et l'on parle même d'un million de dollars américains la seconde lors de la finale du Super Bowl qui est diffusée dans le monde entier. Sur la RTS, c'est moins cher, heureusement mais il y a aussi moins de gens qui regarde. Alors pour ne pas payer des sommes astronomiques, la pratique de la publicité "non payée" est fréquente. Voici quelques exemples: Les joueurs de Lausanne HC portent des casquettes "Leysin-Villars" lors de chaque interview. Les Fribourgeois ont, eux, une casquette "Vacherin" A Bâle au tennis, à chaque arrêt de jeu, un garçonnet tend une serviette "Persil" aux joueurs, Lara Gut à toujours son bonnet "Ragusa". Quant à Schlaepfer, le nouveau coach de EHC Kloten, il a "PKZ" sur le col de sa chemise.   Les finalistes de Bâle au tennis  avaient "NIKE" sur le pull, la chemise, les cuissettes, les bas, les souliers et sur le bandana et les poignées.

Bon on n'a pas vu les slips, mais il devait sûrement y en avoir aussi. La prochaine fois que je passe à la TV, je mettrai un t-shirt: - "lisez la chronique de DAZ", gratis pro Deo…

 

La République et Canton de Genève aurait encaissé 82 millions d'amende en 2016, soit plus de 3 fois plus que le Canton de Vaud, qui est pourtant 11,5 x plus grand. Bizarre, non! Ou les Genevois conduisent plus mal, ou les flics genevois sont plus sévères, ou ce sont les Français qui roulent à Genève qui alimentent les caisses de l'Etat genevois. Une chose est certaine, c'est que les contractuels et autres contrôleurs du stationnement s'en donnent à cœur joie, même le dimanche quand il y a des centaines de places libres…

La langue française à cette époque commençait à être choisie par les peuples comme intermédiaire entre l'excès de consonnes du Nord et l'excès de voyelles du Midi! (Victor Hugo dans L'homme qui rit))*

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

31/10/2017

No304

La Chronique de DAZ

No 304 du mardi 31 octobre 2017

 

Les tribulations dominicales d'un utilisateur des transports publics genevois. Ayant du*, pu*, voulu*, su* (*à choix) prendre les TPG, j'ai vu: 1/Attends le bus 3 à Colladon et il passe un ahuri, simple d'esprit qui crie à tue-tête des demi-phrases en arabe tout en se dirigeant vers la Mosquée. Son entrée chez les Islamistes est refusée et le gars s'en retourne vers l'abribus pour prendre les TPG toujours en criant comme un forcené. Le bus arrive, le gars monte et moi aussi, mais il se tait. Il descend à la Servette et recommence ses élucubrations. Il y a des toyets chez toutes les races… 2/Dans le bus 21, à Onex,  une femme âgée entre et va vers chaque passager en le saluant et en lui tendant la main. Comme on est environ une vingtaine, elle a du boulot! 2 simplets en peu de temps, c'est presque gagner à l'Euromiliion… 3/Un peu plus en avant, un quidam pénètre dans ledit bus avec probablement une tarte au fromage du marché d'Onex qui embaume le véhicule faisant renifler les nombreux passagers! Il y en a vraiment pour tout le monde… 4/Entre certains arrêts, il y a tellement de poussettes et de pousse-pousse pour handicapés que l'entrée et la sortie du bus deviennent presque impossibles. Il faudra bientôt mettre des remorques aux bus pour les accessoires… 5/ A Place d'Armes (Carouge), une handicapée avec 2 cannes anglaises tente de sortir très lentement du tram. Ce voyant, plusieurs passagers (dont je fus) pressèrent sur les boutons bleus pour que la porte ne se referme pas sur elle-même, ce qui peut être dangereux pour un handicapé et même pour un être normal. Et soudain, la malheureuse de s'écrier: - pressez sur le bouton bleu non de Dzou, alors qu'on était déjà 3 à le faire! On devrait faire attention aux gens qui prêtent attention… 6/A Poterie, dans le tram 3, un quidam monte et se met à courir dans la voiture, longue et avec peu de passagers, s'asseyant sur à peu près tous les sièges pendant 2 secondes et branlant du chef comme ça n'est pas permis. Il devait avoir la dans de Saint-Guy. Si mes souvenirs médicaux sont encore valables, ça s'appelle aussi la chorée. Au Moyen-Age, les gens atteints de chorée étaient brûlés vifs, maintenant, ils prennent même les TPG…7/Arrivé à ce stade du voyage, je me suis dit qu'il ne manquait plus qu'un contrôle des billets et la journée aurait été totale. Bien, vous n'allez pas le croire, mais à Grand-Pré, 5 agents-contrôleurs sont montés dans le bus pour y faire leurs petites affaires. Si vous ne savez pas que faire dimanche prochain et qu'il fait mauvais temps, faites un tour en TPG, il y a à boire et à manger. Bon voyage!

 

Il faut respecter la diversité dans l'unité! (Rafael Maja)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/10/2017

No 303

La Chronique de DAZ

No 303 du lundi 30 octobre 2017

 

Hier dimanche matin vers 09h00, c'est tout gris. Je sors chercher le Matin du matin et un voisin grommelle: - bonjour Mossieur, je me demande si avec ces changements d'heure ils ne nous foutent pas le temps en l'air! Je ne dis mot à part bonjour, il ne faut pas contrarier les gens de bonne heure..

 

J'ignore comme chacun ce qu'il s'est passé avec Tariq Ramadan, mais selon Caroline Fourest, c'est mal parti pour lui et il est dans de beaux draps…

Pour ceux qui n'ont rien compris avec les heures d'été et d'hiver, et le réglage des breloques, un lecteur et néanmoins ami de l'Est donne le moyen mnémotechnique suivant: - En avril on les avance, en octobre , on les recule !Pigé? Alors bon dimanche !

Il fallait bien évidemment reculer d'une heure et non pas avancer comme beaucoup de lecteurs me l'ont fait remarquer. Lapsus gigantibus…

Tout le monde connaît le pédagogue, penseur et éducateur Pestalozzi, célèbre notamment pour les ventes de timbres portant le même nom. Savez-vous quel était son prénom? Ah, mystère! Et bien il se prénommait Johann-Heinrich, mais à la rue du même nom, à Genève, dans le quartier de la Servette sur sa plaque, il est marqué Jean-Henri. Ca fait plus sympa…

 

Pas fan de l'équipementier NIKE parce qu'il employait des gamins en Afghanistan pour réaliser ses pompes. Mais zyeutant Federer-DelPotro à Bâle au tennis sur RTS2, quand je vois que les deux joueurs sont habillés exactement de la même façon et du même noir et blanc ou gris bleu sale, je me dis que les responsables marketing des choix sont des ânes. N'y a-t-il plus de couleurs chez Nike?

 

Bon, ben pour une fois Mercedes n'a pas gagné, mais Federer l'a bien remplacé. Bonne semaine…

 

Au tennis, les spectateurs qui applaudissent quand un joueur rate un service ou fait une double faute sont des ignobles individus et je pèse mes "maux"…

 

Demain, la chronique aura un seul chapitre sur les Transports publics Genevois…

 

Rien n'est trop beau, rien n'est trop cher! (Ettore Bugatti)

 

DAZ, alias Daniel Zurcher

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |