La DAZette du 5 septembre 2021

La DAZette du 5 septembre 2021

 

On affaiblit toujours ce qu'on exagère!  (Jean-François Laharpe)

 

Formule 1 automobile

Reçu d'un ami du Sud: -le Grand Prix de Belgique de Formule 1, c’est 20 coureurs qui roulent quelques minutes sur deux tours et c'est Red Bull qui remporte la victoire.

Parfois le sport, c'est n'importe quoi et c'est surtout le fric qui gagne!

 

L'arroseuse arrosée (pour en sourire)

Il m'arrive assez souvent de jeter un coup d'œil sur l'émission de vente de brocante de France 2 "Affaire conclue".

Non pas pour la présentatrice principale Sophie Davant, qui n'est de loin pas ma préférée, même si son physique est agréable, mais il n'y a pas que le physique dans le vie, mais, et surtout pour la valeur des choses et souvent la rareté des objets.

L'autre mercredi, arrive une dame pour vendre deux chandeliers. Et d'abord, les questions habituelles un peu primaires et bébêtes: -vous venez d'où, Madame?, posée par Sophie Davant. - de Charente Maritime, fut la réponse. - et d'où précisément? - de Clérac fut la précision!,   - et ça se trouve où? poursuit la présentatrice? - et la Dame de préciser: - ben en  Charente Maritime!

Quand on ne sait pas et qu'on veut jouer les malins, on s'abstient, ou alors on évite de poser des questions idiotes!

 

Les questions bêtes à la télévision française

Au risque de réitération, je confirme que je suis tous les jours, outré, déçu, voir époustouflé par la bêtise des questions que les animateurs de jeux peuvent poser aux téléspectateurs.

Quand on en arrive à demander à quelques millions de Français, par exemples:

- Alice était-elle au Pays des Merveilles ou des groseilles?, ou encore: - le fournil à pain se trouve-t-il dans une buanderie ou dans une boulangerie?, répondez en appelant au 3615…

j'ai l'audace de croire que la Télévision française, chaînes publiques prend ses téléspectateurs pour des cons, tout simplement. Bon, il est vrai que des millions de Français, même de Suisses qui suivant les télés hexagonales, d'ailleurs, répondent en laissant à chaque coup 80 centimes ou plus et que les chaînes ne rétrocèdent que quelques milliers d'Euros, elles encaissent à chaque coup un "hénaurme" pactole. Mais faire du fric sur la bêtise humaine n'a jamais été gratifiant…

 

Etude déraillée d'une facture d'un bon restaurant italien du Grand-Saconnex pour 2 personnes

 

3 dl de Chasselas à CHF 4.50, soit CHF 13.50.

Ca correspond à CHF 45.00 le litre alors qu'un litre de bon Chasselas à la Cave de Genève coûte CHF 10.00 le litre.

1 San Pellegrino, 5dl, CHF 5.50.

En action, il est CHF 3.00 pour 6 bouteilles de 1,2dl, soit 41 centimes suisses le litre.

2 Tagliatelle aux chanterelles à CHF 29.00 le met = CHF 58.00.

Il y a 2 balles de nouilles et disons CHF 4.00 de chanterelles pour 100 grammes à CHF 40.00 le kilo, bien compté.

1 pot de 5 dl de Montepulciano, soit CHF 20.00, donc 40 francs le litre.

Chez Denner, une bonne bouteille de 75 cl coûte environ CHF 12.00 et toutes les deux semaines, en action pour moitié prix.  Et je vois régulièrement des restaurateurs se servir par palettes chez Denner…

Une boule de glace à CHF 3,50 et un San Marco  à CHF 11.00.

Chez le fabricant spécialiste de San Marco au Grand-Saconnex, vous avez 8 portions pour CHF 16.00, soit CHF 2.00 la portion au lieu de onze..

Un expresso à CHF 3.80

alors qu'une capsule de café coûte  18 centimes

Un thé à CHF 3.40.

Un sachet de thé coûte moins de 10 centimes.

Total CHF 118.70 pour un prix de revient de CHF 32.00 environ.

 

Certes, il faut ajouter la location des lieux, les salaires des employés, cuisiniers, serveuses, etc, l'AVS, l'AI, l'APG, le chômage, les assurances, les nappes, les serviettes, l'usure des verres, des services et des assiettes, la poudre à laver pour le lave-vaisselle, l'électricité, la bougie sur la table, etc, etc.

Mais même avec en plus tous ces frais, un bistrotier gagne très bien sa vie, et même s'il n'a pas pu travailler pendant la pandémie, avec tout ce qu'il a gagné avant et après le COVID-19, et tout le fric qu'il a pu mettre de côté, il n'est pas vraiment à plaindre.

Mais si vous êtes d'un autre avis, c'est votre droit et faites-le moi savoir.

D'aucuns diront encore que si on n'a pas assez d'argent pour aller manger dehors, on n'y va pas, mais telle n'est pas la question. Se tromper est humain, mais lorsque la gomme s'use plus vite que le crayon, c'est qu'on exagère (Josh Jenkins).

 

Simplification du français

Il semblerait que les écoles romandes vont simplifier l'orthographe et la grammaire françaises.

Alor, je vou di bel semaine, bo tan et bocou de bone chose…

 

DAZ alias Daniel Zurcher

La DAZette parait irrégulièrement, mais en principe le dimanche. 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.